Interviews

Orientation: Dans l’œil du recruteur 2.0.

Maroan n’est pas un recruteur comme les autres, c’est avant tout un slasheur comme on les aime chez Mademoiselle Ergo. Il est aussi blogueur chez PENSƎR, ou encore attaché parlementaire. Maroan nous livre quelques pépites en matière de recrutement mais surtout il partage sa vision du monde des RH. Découvrez un portrait dans l’air du temps tout aussi pertinent.

Tous droits réservés.

«MADEMOISELLE ERGO» – Pouvez-vous nous décrire votre métier de RH ?

Maroan Nomi – Je suis responsable du recrutement des profils en IT dans le secteur pharmaceutique sur le marché francophone chez Real Life Sciences by Sthree. Mon rôle comprend l’analyse des demandes clients, la recherche de candidats, la sélection des profils et le suivi des consultants. Une description de fonction classique en somme… J’aimerais ajouter à cela un aspect essentiel, qui selon moi permettra l’émergence du recruteur 2.0, c’est l’importance d’être également un « blogueur ». Créer du contenu pertinent et en lien avec les critères de notre marché est primordial, si vous désirez engendrer de la visibilité et surtout une relation viable et enrichissante. Apporter de la connaissance et de l’information aux candidats vaut mieux qu’une simple et banale annonce pour un emploi.

Quel a été le déclic pour vous lancer ce domaine ?

J’ai toujours été passionné par l’humain, c’est l’alpha et l’oméga dans mon quotidien. A la sortie de l’université, je recherchais un job dans lequel je pouvais m’épanouir tant d’un point humain que professionnel, mais je voulais également me lancer un challenge. Je ne suis pas le profil « Sales » par excellence, il était intéressant d’observer mes capacités d’adaptation dans un environnement qui me paraissait « hostile ». L’amoureux de la philosophie dans le monde du loup de Wall Street, voilà comment je définirais l’image que je voulais dessiner pour mon premier emploi.

Quelles études/formations avez-vous suivies en supérieur ?

J’ai suivi un bachelier en sciences politiques des plus passionnants et un master en Gestion des ressources humaines. Mon bachelier m’a permis d’approcher l’homme en société et mon Master m’a offert une vision plus claire de la place de l’homme en entreprise.

Quel est le business model que vous proposez ?

Un business model construit sur l’empathie et la performance. Deux concepts qui peuvent sembler dissonant à première vue, mais qui dans les faits, offrent le meilleur cocktail pour se différencier des concurrents. J’apporte aussi un intérêt à l’image employeur, à la communication externe (qui se doit de coller avec l’image interne de Sthree) et à l’apport de nouvelles idées dans le domaine RH.

Comment vivez-vous le fait d’être à la recherche de talents ?

Un peu comme Indiana Jones à la recherche de l’arche perdue. Après des fouilles intenses et souvent difficiles, vous faites la connaissance de profils incroyables. Vous rencontrez des personnalités nouvelles et variées chaque jour, c’est très riche en expérience humaine. Du développeur passionné de Mangas, en passant par la chef de projet incollable sur la série « Friends », je suis toujours agréablement surpris des profils que je côtoie au quotidien.

Comment se passe une journée ou semaine type avec vous ?

Définir les contours d’une journée type est aussi difficile que trouver le candidat répondant parfaitement aux attentes d’un client. Rencontre de candidats, prospect de clients, recherche de nouveaux talents, meetings et trainings à toutes les sauces, etc. Aucune journée ne se ressemble et cela vous permet de collectionner des anecdotes chaque semaine.

Qu’est-ce qui vous anime le plus dans votre métier ?

Lorsqu’un candidat vous remercie de lui avoir trouvé la mission idéale et qui lui permet de rester au plus proche de ses enfants, c’est ce qui vous donne l’envie de vous réveiller tous les matins. D’autres recruteurs vous diront sans hésiter : les commissions. Ce qui peut se comprendre vu les nombreuses possibilités de s’enrichir, c’est une vérité que je ne voudrais pas cacher sous le tapis. C’est un fait, le recrutement est un monde où l’argent est présent mais cela ne doit pas éclipser l’attention portée aux candidats. Nous travaillons à l’amélioration des carrières et notre intérêt personnel ne peut primer là-dessus.

Quel est votre recette ou mantra dans les moments “down” ?

Me détacher via la lecture ou un documentaire. Cela peut sembler « vieux-jeu » mais je vous rassure, j’aime aussi sortir pour aller boire un verre ou aller voir un film. Le secret, à mon humble avis, réside dans la capacité à se détacher du travail et à ne jamais prendre les choses personnellement, le risque de souffrir des nombreuses frustrations engendrées par le métier est trop grand. Rien de nouveau sous le soleil, je reconnais que mes conseils ne vont pas réinventer la roue.

Selon vous, qu’est-ce qui il faut faire pour se lancer à son compte ? Avez-vous des conseils ?!

N’étant pas un indépendant, je n’ai pas la prétention de détenir les connaissances suffisantes pour répondre à cette question. Je dirais qu’il faut nourrir un intérêt fort pour l’entreprenariat, être visionnaire tout en ayant un cap fixe, posséder une motivation sans limite et avoir une bonne étoile. La chance sourit aux plus audacieux, c’est bien connu.

Quels sont vos rêves ou projets futurs ?

Devenir un grand écrivain et changer le monde. Rien que ça… Je n’ai jamais réellement tué l’enfant qui sommeille en moi. Je rêve de voir mon livre dans les rayons des librairies et sur les étagères des amoureux de la lecture. De plus, j’aspire à apporter ma contribution à l’amélioration de notre société en combattant l’injustice, la misère et la bêtise humaine. Cette dernière étant, je pense, la plus dure à éradiquer…

Qu’est-ce que vous faîtes quand vous ne travaillez pas ? (activités/hobby’s)

Je lis énormément, j’écris tout le temps et je dévore documentaires et reportages en tout genre. Ce qui touche de près ou de loin à la politique, l’histoire, la philosophie et l’art m’intéresse. Je passe également beaucoup de temps avec mon épouse, mon meilleur ami et ma famille. Ma vie n’a exceptionnelle que sa normalité.

Suivre Maroan

LinkedIn

 

Tags : interviewsRH
Mademoiselle Ergo

Mademoiselle Ergo

Fondatrice & Rédactrice en chef
Fondé en juin 2015, le média de Mademoiselle Ergo est un “recueil” de bons plans, d’astuces et de conseils liés aux thématiques de la communication digitale, des métiers, des modes de vie (lifestyle) et de l’orientation. Mademoiselle Ergo, c’est avant tout une entrepreneure de sa vie qui, depuis 5 ans, a créé un univers avec une touche de “Yellow Vibes”. C’est surtout, une jeune femme solaire et dynamique prénommée Florence Ergo

Leave a Response

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.