Pauline Laigneau est une multi-entrepreneure française, co-fondatrice de la marque de joaillerie GEMMYO. Elle a également créé des séries de podcasts inspirants avec sous le nom de GRATIN et Chalalove by GEMMYO. Cette passionnée touche à tout combine d’une main de maître sa vie d’entrepreneure, de sa vie de couple et arrive encore à trouver du temps pour lire ainsi que faire ses séances de sport. Pauline a accepté de répondre aux questions de Mademoiselle Ergo pour en entretien exclusif :

Photo: Pauline Laigneau de GEMMYO – Tous droits réservés

«MADEMOISELLE ERGO» – Pouvez-vous nous décrire le concept de GEMMYO ?

Pauline LaigneauGemmyo est une marque de joaillerie créée en 2011 qui vise à rendre la joaillerie de qualité, fabriquée en France, plus accessible. Pour nous, le monde de la joaillerie est une belle endormie : un milieu  souvent intimidant, cher, peu accessible au grand public. Nous voulons apporter audace, amour et sincérité dans le monde trop étriqué et refléter la singularité de chacun de nos clients. C’est pourquoi nous avons privilégié internet comme moyen de distribuer nos bijoux, et laissons la possibilité à nos clients de choisir la pierre et le métal du bijou qu’ils désirent… ensuite le bijou est fabriqué pour eux dans nos ateliers en France, en un peu plus de 2 semaines.

Pourquoi vous-êtes vous lancer et quel a été le déclic dans la création de ce projet ?

J’avais envie d’entreprendre mais n’avais pas d’idée précise… et c’est quand mon copain de l’époque m’a demandé de l’épouser que le déclic a eu lieu ! Nous avons été faire le tour de nombreuses joailleries et ce que nous espérons être une expérience inoubliable s’est révélé très décevant. Cher, intimidant, souvent plus à vocation des riches touristes que des français, nous avons été très déçus. En discutant autour de nous, nous nous sommes rendus compte qu’il n’y avait pas de marque qui proposait notre vision du monde de la joaillerie : un monde plein d’audace et d’amour où chacun serait libre d’avoir un bijou qui lui ressemble ! Alors on s’est lancés 🙂

Quelle est votre cursus académique en supérieur ?

J’ai eu un parcours étudiant assez alambiqué… quand j’étais petite j’étais assez forte dans les matières littéraires et assez nulle en maths, donc je me suis assez rapidement orientée vers une voie littéraire. Après une prépa je suis entrée à l’école normale supérieure. Mais très rapidement je me suis rendue compte que je ne voulais pas enseigner ou faire de la recherche (les deux carrières vers lesquelles on s’orienter à la fin de Normale). Du coup, j’ai décidé de complètement changer mon fusil d’épaule et suis partie faire des études de commerce, cette fois à HEC… et c’est à la fin de HEC que j’ai créé Gemmyo !

Pourquoi vous êtes-vous lancer dans le podcating avec “Le Gratin” ?

Je crois à quelque chose: l’énergie appelle l’énergie et les projets appellent les projets. Gemmyo c’est mon entreprise, elle me passionne et je suis toujours heureuse d’aller au bureau le matin. Mais mon métier, c’est d’avoir des idées. Et discuter avec des personnes que j’admire me stimule. Avec ce podcast, je veux permettre à mes auditeurs d’entendre de précieux conseils et les inspirer.  Du coup, le fil rouge du Gratin  est de décrypter les clés du succès d’une personne. Mes invités font partie du Gratin dans leur domaine 😉 J’ai par exemple invité Roxanne Varza qui dirige Station F, l’incubateur de start-up de Xavier Niel, Guillaume Gibault du Slip Français, Lucile Woodward pour parler sport et nutrition et bien d’autres… Ils évoluent dans des milieux très variés. J’aime aussi leur faire parler des moments pénibles, montrer l’envers du décor. Quand quelqu’un a du succès, on a souvent l’impression que ça a été facile alors que non. C’est aussi enrichissant.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans ce genre de format ?

Le podcast est un média très intime. Il a encore de beaux jours devant lui car c’est un format qui permet d’avoir de la liberté et d’exploiter les sujets en profondeur. Mes émissions durent parfois une heure car je ne fais aucun montage. J’aime que l’auditeur puisse entendre toute la conversation. J’aime cette authenticité. Ceci dit le podcast est aussi pour moi le meilleur format pour apprendre : même quand on est bien occupé comme moi, on a toujours des moments un peu “inutiles” où on peut mettre ses écouteurs et écouter un podcast inspirant : que ce soit en faisant du sport, dans les transports, en voiture, ou en faisant la cuisine ! Ça doit être mon passé dans le monde de l’enseignement qui me rattrape!

Comment se passe une journée ou une semaine type avec vous ?

J’ai des semaines plutôt cadrées, j’aime bien avoir des routines, pas parce que je suis routinière, mais parce que pour moi se créer une routine c’est un moyen de décider en amont de ce qu’on va faire dans une journée… et pas de se laisser porter ! Du coup, ma matinée ressemble à ça : je me lève 3 fois par semaine à 6h30, le reste du temps à 7h30 (weekend inclus), les jours où je me lève plus tôt, je fais du sport (course à pieds et renforcement musculaire), je médite 15mn (ça c’est tous les jours), petit-dej, note et préparation de la journée puis je file au bureau. J’y arrive entre 8h30 et 9h. Le matin je me consacre à des tâches de travaux de fonds (réflexion, nouveaux contenus). Je déjeune souvent dehors, puis quand je rentre l’après-midi est plutôt dédié à des rdv : avec les équipes, séance de branstorm, partenaires, presse etc. Je finis ma journée de boulot vers 19h-20h en général puis retour à maison avec mon mari.

Cette interview te plait ? Épingle-là sur Pinterest 😉

Quels sont vos projets et rêves futurs ?

Nous venons de lancer un podcast pour Gemmyo, qui s’appelle CHALALOVE, et qui m’amuse beaucoup. C’est un podcast qui vise à décrypter l’amour, j’y invite des couples pour me parler de la relation, de leurs petits trucs, de leurs moments difficiles etc. C’est à la fois drôle, émouvant et enrichissant. J’adore ! Nous avons de nombreux autres projets créatifs pour Gemmyo, à la fois au niveau des produits, de la distribution mais aussi des contenus.

En ce qui concerne le podcast le Gratin, j’ai quelques personnes que je rêverai d’avoir : Fabrice Luchini ou Eric-Emmanuel Schmitt par exemple (c’est mon côté littéraire qui ressort). A court terme, j’ai pas mal de projets pour ce podcast mais peu le temps de les exécuter : avoir une newsletter avec mes conseils / trucs de la semaine, mieux utiliser le format vidéo etc.

Quels conseils donneriez-vous à des jeunes qui souhaitent se lancer ?

Il est difficile de ne donner qu’un seul conseil, surtout sans connaître la personne ou le projet, mais mon conseil principal serait de vous dire : “Lancez-vous dans un domaine qui vous passionne sincèrement” !

J’ai vu beaucoup de personne se lancer pour les “mauvaises raisons” : parce qu’ils pensent que l’entrepreneuriat est cool, que c’est une manière de gagner de l’argent, que cela fait bien sur le CV, que cela permet d’être entièrement libre et de ne jamais avoir de comptes à rendre… Je comprends ces raisons, mais si votre projet ne vous passionne pas profondément, dans les moments difficiles, quand vous ne pourrez pas vous payer, que vous aurez des soucis à ne plus savoir qu’en faire et que vous serez obligé de travailler 15h par jour, vous ne saurez plus pourquoi vous vous battez. C’est quelque chose d’un peu évident, mais que j’ai beaucoup vu autour de moi et je pense qu’il est important d’être sincère avec soi-même et de ne pas s’auto-convaincre de quelque chose pour les mauvaises raisons…

Suivre :

Site FacebookInstagram