Rétrospective 2018 : L’année de l’apprentissage

Rétrospective 2018 : L’année de l’apprentissage

Nous sommes le 15 décembre est c’est une bonne date pour réaliser mon bilan de fin d’année concernant l’année 2018 qui touche à sa fin bientôt. L’an dernier, j’avais déjà écrit un article sur ma rétro de 2017  et je vous parlais de mon année de création avec mon activité de freelance. Qu’est-ce que l’année 2018 m’a apprise ?

Premier trimestre

J’ai démarré mon année 2018 avec l’obtention de mon permis B pratique après 4 années d’apprentissage de conduite (très compliquées), j’ai réussi à décrocher le Saint-Graal : mon permis.

Ma première rencontre de l’année (l’une de mes plus belles rencontres entre entrepreneures) et devenue amie aujourd’hui, c’était avec Charlotte de Ekko Studio, une jeune bruxelloise qui est graphiste et traductrice de formation.

Fin janvier, je suis partie quelques jours à Paris avec une de mes meilleures amies du Collège. Nous avons profité de notre séjour pour nous balader dans tous les coins de la ville et nous avons aussi fait la connaissance d’une autre entrepreneure parisienne: Lauriane du blogzine, Make it Now.

Entre janvier et février, je me suis rendue à deux reprises sur Lille pour rencontrer d’autres entrepreneurs comme Aurélie de Digital Women ou encore Loïs Low, illustrateur et singer.

J’ai bouclé mon premier trimestre de l’année en trouvant (enfin) mon petit nid douillet après 24 ans à vivre avec ses bagages à la main, j’avais enfin trouvé l’endroit idéal pour déposer mes affaires. J’ai emménagé en solo dans mon petit studio.

Deuxième trimestre

Un mois après mon emménagement, j’apprends que ma collaboration avec mon plus gros client régulier prenait fin. Cette annonce a été un peu un choc pour moi tant j’adorais mon job, le lieu de travail et mes chers collègues.

J’ai surtout commencé à comprendre, que j’allais de devoir vivre avec une pression financière pour joindre les deux bouts tous les mois. C’était la première fois que j’étais confrontée à ce genre de problématique. Bienvenue dans la vie d’adulte Florence ! Tu dois payer tes factures, ton loyer et tout le reste. Ma nature angoissée n’a pas vraiment réalisé tout de suite et disons que je me suis mise encore plus dans mon mode “instinct de survie”, ce mode qui est un très vieil ami chez moi. Welcome back my friend !!

Je me souviens ce jour-là avoir pris un café avec mon amie Charlotte et elle m’avait dit : Flo, prends du temps pour toi. Retrouve-toi un job mi-temps (même alimentaire) pour t’alléger la conscience concernant tes charges. Je me suis remise à postuler plus que jamais dans l’espoir de retrouver quelque chose rapidement.

Au printemps, avec mon amie entrepreneure Anna, nous avons mis sur pied des business breakfast sur Bruxelles entre femmes. Ce groupe s’appelle les GirlsBoss Digit Club.

J’ai profité aussi pour passer davantage de temps à m’occuper de ma famille plus agée. J’ai passé beaucoup de temps avec mon meilleur ami avant son grand départ pour le Canada. J’ai retrouvé aussi à cette période, mon amie journaliste d’investigation Laura qui revenait de ses études à Paris et de son stage en Afrique du Sud. Nous nous sommes très fort soutenues à ce moment-là, car on fréquentait au même moment chacune quelqu’un avec qui rien n’était simple notamment parce qu’il y avait des enfants en jeux. Petit à petit, on a fait le deuil de nos histoires d’amour et avec nos bracelets de quartz rose (NDLR: à retrouver chez Nasoha), nous avons vu la chaleur de l’été arrivée.

Le mois de juin est arrivé avec la date échéance du 3e anniversaire de la création du site de Mademoiselle Ergo. Et à cette occasion, j’ai repensé tout le branding, l’identité visuelle, les couleurs du site. Je suis passée du rose petite fille à un jaune solaire et davantage femme, à la veille de mes 25 ans, c’était nécessaire. J’ai été fêtée mes 3 ans le jour J à Lille (ville que j’affectionne) en présence d’un ami de longue date et le même jour, j’ai revu également Aurélie de Digital Women et j’ai rencontré Marie Roé avec d’autres entrepreneures pour un afterwork qui sentait déjà bon l’été.

J’ai fêté le 28 juin avec quelques jours d’avance mes 25 ans en présence de mes amis proches.

Troisième trimestre

Une seconde naissance ? Presque. A quelques jours de mes 25 printemps, je me suis jamais sentie aussi bien avec moi même, j’ai connu quelques déboires avec ma voiture (pot échappement qui tombe, accrochage), mais je suis surtout allée retrouver des copines entrepreneures à la 2e édition des Folle Com afterwork. J’ai adoré l’ambiance décontractée et informelle où recruteurs et stagiaires/juniors se rencontrent autour d’un verre pour réaliser une sorte de job dating.

Au lendemain de mes 25 ans, je suis partie rejoindre mes grands-parents dans le sud de la France pour 3 semaines de vacances bien méritées. La France qui venait de gagner pour la 2e fois, la coupe du monde de football. Autant vous dire, que c’était la fête partout et que ça nous chambrait en tant que Belge ne pas avoir gagné la coupe. Mais on était content pour nos compatriotes. Je suis partie avec le projet de faire : eat.beach.sleep.repeat.

Sauf que j’ai rencontré sur ma route un petit crabe de républicain duquel je suis tombée sous le charme. Et voilà que mon idée de eat.beach.sleep.repeat SOLO se transforme en Summer of love. J’adore la phrase de Salomé qui dit : “il y’a des rencontres qui vous réconcilient avec le meilleur de soi” et c’est ce que cette rencontre m’a apporté.

J’ai (ré)appris à vivre ma vie dans la vraie vie, à sortir faire de vraies activités pour moi uniquement et apprendre à être davantage dans la qualité des moments sans être non-stop sur les réseaux sociaux. J’avais oublié combien c’était important, cela m’a rappelé l’époque où je ne bossais pas dans le digital et que même Facebook n’existait pas! Je me suis souvenue de mes vacances en famille l’été dans le sud et l’hiver au ski. Vous vous souvenez quand petit, on avait que nos yeux pour mémoriser tout ce qu’on vivait parce que même le téléphone à l’époque ne servait qu’à téléphoner. Cela m’a fait du bien et pour la petite histoire, j’ai eu une infection à mes yeux qui a duré plusieurs jours, mais maintenant avec le recul, je pense que c’était la seule façon pour mon corps de me dire : STOP FLO ! Stop les écrans (déjà) et apprends à voir la vie sous un autre angle, à regarder ta vie autrement.

J’ai rencontré aussi d’autres entrepreneures de la région comme Rachel Nething ancienne photographe devenue formatrice en marketing digital.

Comme a dit ma grand-mère: elle n’a jamais passé un aussi bel été. Je suis revenue dans le plat pays toute bronzée, souriante, avec un mood puissance 10 en mode : Good Vibes Only. Motivée à bloc pour me pencher sur la rentrée et démarcher pour la première fois de ma vie de nouveaux clients.

La rentrée est arrivée et j’ai décroché mes premières demandes avec des prospects potentiels, j’ai retrouvé aussi mon groupe de copines entrepreneures entre différents networkings. Mais les prospects ne sont pas devenus tout de suite des clients, par contre, ils ont été un excellent labo pour moi, me repositionner dans mon business.

Quatrième trimestre

Profité de l’après-rentrée et de l’été indien pour faire “une vraie pause” et réfléchir à mon repositionnement. Mes services… étais-je toujours en adéquation avec les besoins/demandes du marché et avec moi aussi ? NON. Je me suis retrouvée à un stade où je ne voyais pas que j’étais devenue SUPER à cran et que j’avais accumulé beaucoup trop de choses depuis presque 3 ans concernant ma frustration face à des objectifs non atteints et des non-résultats. Il a fallu que je dise STOP, mais consciemment cette fois ! Je n’étais pas la seule à vivre cela, beaucoup de copines entrepreneures vivaient la même chose que moi dans leur business également.

J’ai profité de ma pause pour vivre à nouveau ma vie. Prendre du temps pour moi, de la distance surtout et puis me protéger émotionnellement sans doute d’une période personnelle, familiale compliquée suite à des problèmes de santé. Ce qui remet beaucoup de choses en question. J’ai senti aussi le besoin de me rattacher davantage au domaine spirituel, médecine alternative et holistique. J’ai même effectué une séance de voyance avec Céline. Elle m’a donné dans les grandes lignes beaucoup de directives concernant la suite de mon avenir pro.

Je me suis remise à travailler et à mon rythme, j’ai relancé une nouvelle version du site web avec des services globaux. Je dois encore continuer à travailler sur pas mal de points d’ailleurs. J’ai repris le chemin des interviews et des articles pour le mag.

J’ai rencontré Clément dans le cadre d’une interview et j’ai pu tester son salon. J’ai coupé mes cheveux avec un léger changement, mais radical : une frange ! Est-ce ma façon à moi, d’amorcer un changement de vie ? un nouveau cap ? une nouvelle direction ? Continuer à retrouver davantage mon enfant intérieur que j’ai commencé à retrouver depuis ce printemps. Tout est possible.  

Enfin, nous sommes arrivés en décembre et les temps sont durs pour beaucoup de monde, 2018 doit se terminer dans une dynamique de mouvement – peut-être pas toujours pacifique – mais il faut que les choses bougent ! J’ai aussi choisi de me mettre un peu en veille sur les réseaux sociaux et j’ai notamment désactivé mon Facebook perso. La page de Mademoiselle Ergo reste active notamment pour la suite du calendrier de l’avent. Ceux, qui me connaissent, savent que je n’ai jamais été très esprit de Noël et que je ne raffole pas des fêtes de fin d’année ou de la fin d’année tout court. J’attends toujours d’être en janvier de l’année suivante, cette fois, pour la première fois, je ne suis pas tout à fait confiante et j’ai du mal à dessiner la suite de mes projets pour l’année à venir. Mais je reste convaincue que nous allons tous nous en sortir et qu’on va trouver le bon chemin, au pire, on change d’itinéraire en cours de route, ce n’est pas dramatique.

Je vous souhaite déjà de belles fêtes de fin d’année ainsi qu’une excellente année pour 2019. Je vous remercie pour votre suivi, vos messages, vos commentaires, votre soutien pendant cette année 2018 qui était riche en apprentissages pour moi. Merci d’être vous et de plus en plus nombreux sur les réseaux sociaux notamment pour échanger ensemble sur ce qui nous anime dans cette belle aventure qu’est la vie ! Je vous souhaite d’être vous et d’essayer d’être heureux tant qu’on le peut puis n’oubliez pas que nous sommes tous, l’étoile de quelqu’un et qu’après la pénombre, il y’a toujours de la lumière, après les tempêtes, le beau temps revient toujours. MERCI la vie.  

Orientation : être à bout de souffle…

Orientation : être à bout de souffle…

Ces derniers mois, sans m’en rendre compte, j’avais pris un ticket pour les montagnes russes. Depuis le printemps, je me suis retrouvée au bout du bout que ce soit professionnellement, mentalement et émotionnellement pourtant je continuais dans ma course effrénée, celle dans laquelle je m’étais lancée 3 ans auparavant en me disant les résultats vont finir par arriver sauf que…

 

Quand les choses deviennent difficiles : reposez-vous mais n’abandonnez pas

J’ai décidé de prendre un autre ticket et de prendre un train vers une pause bien méritée. J’ai tout lâché ici et j’ai mis le site en maintenance pendant plusieurs semaines. Je ne trouvais plus aucune envie et inspiration pour vous écrire des articles et encore moins la force de mettre en page des interviews.

Mon activité freelance ? Je ne vous en parlais déjà pas (beaucoup) mais je n’étais même pas certaine de vouloir continuer quoi que soit en ne voyant pas mon business décoller et être rentable.

Mademoiselle Ergo a soufflé sa 3e bougie en juin dernier et m’étais-je perdue par rapport à mes débuts… quand j’ai relu mes anciens articles, j’en étais moi-même étonnée ! Je me suis même dit, c’est moi qui ait écrit cela ?! Oui Flo, c’est toi qui écrivait avec passion et envie. Le plus dingue est qu’à l’époque quand j’ai créé Mademoiselle Ergo, je cumulais ma fonction d’assistante en relations presse dans une agence PR de Bruxelles et mes études en cours du soir en pub/com. Mais n’était-ce pas mon expérience entre la réorientation scolaire et mon job qui donnaient matière à mes articles ? Sans doute !  En parallèle de Mademoiselle Ergo, je me suis lancée activement dans une recherche d’un CDI à temps partiel pour m’assurer une stabilité financière et me permettre de donner un souffle à mon business. Mais mes recherches n’aboutissaient pas plus loin que les entretiens… Finalement avais-je vraiment envie de faire tout ça ?!

Sans m’en rendre compte, j’en voulais de plus en plus à l’univers entier de ne pas voir les résultats espérés arriver et de ne pas garder la niaque pour atteindre mes objectifs. J’étais à cran de toute ma situation parce que j’avais beau faire tout ce que je pouvais et bien rien n’avait lieu comme je le voulais.

C’est mon entourage qui m’a fait remarquer que j’étais devenue une vraie cocotte minute prête à exploser à la moindre chose. J’étais surtout devenue une machine qui encaissait au point de même plus sentir quand j’étais prête à craquer.

Je me suis dit Flo stop, lâche et repose toi ! Assieds-toi et prend le temps de réfléchir à ce que tu veux vraiment faire et comment tu peux faire pour accompagner les autres (NDLR: Les métiers de services servent à cela, aider l’autre avant même d’y voir un profit !). Quel était mon chemin intérieur et ma mission de vie. A mon “pourquoi”, à ce qui me fait vibrer dans la vie, à prendre du recul sur le monde du digital, à sortir moins pour me recentrer davantage sur moi, prendre le temps de vivre ma vie dans la vraie vie. Fréquenter et prendre du temps pour les personnes que j’aime mais à la fois dans une distance raisonnable pour me préserver émotionnellement des derniers événements survenus dans ma vie privée.

 

 

Se remettre à respirer

Un petit peu plus tous les jours, j’ai commencé à pouvoir respirer à nouveau. Sortir s’oxygéner et faire des longues balades dans la nature, lire mes livres, regarder des films, aller au cinéma, me remettre au sport, prendre le temps de parler vraiment avec mon réseau/entourage, profiter des petits bonheurs simples de la vie avec mon 🦀 et surtout vivre pour moi.

Toutes ces choses m’ont permises de me recentrer et de faire descendre l’auto-pression trop longtemps accumulée et infligée – inutilement -.

J’ai retrouvé petit à petit l’énergie, l’envie et l’inspiration de me relancer dans la création de mon nouveau site et le repositionnement de mon business (NDLR: Merci à Luc D. & à Laura G. pour vos précieux conseils et votre guidance digne des meilleurs coachs), de me laisser du temps pour réapprivoiser la page blanche et revenir vous écrire.

Les priorités ont changé

J’ai décidé de mettre le focus sur la recherche active d’un CDI dans la communication et de continuer à côté Mademoiselle Ergo à mon rythme. C’est ce qui me permettra d’insuffler toujours plus d’énergie dans mon business. D’être davantage dans la qualité des moments avec les gens que j’aime et d’être dans le présent principalement car le passé n’existe plus et le futur n’existe pas encore.

Mes 10 conseils pour dépasser ce passage à vide :

  1. Il faut pouvoir accepter de “se stopper” et de “prendre le temps” le temps de réfléchir => Ce sont des choses qu’on s’autorise de moins en moins avec les pressions/obligations sociaux-professionnelles avec lesquelles nous avons été éduqués. Cependant accepter de lâcher prise, de souffler et de revenir à nos besoins fondamentaux (manger, boire et dormir ) nous permettent de se régénérer.
  2. Faire des activités qui vous font du bien => A vous de vous remettre à pratiquer un hobby ou passion mise sur le côté, à faire ce que vous aimez simplement.
  3. Limiter les écrans au maximum et n’être joignable pour ce qui est nécessaire => Le smartphone est peut-être la meilleure invention du 21e siècle mais elle est aussi devenue la pire parce que nous sommes tous devenus dépendant de ce petit objet. On veut rester joignable H24 7J/7 pour le travail, les amis, la famille, …. Nous nous disons, on ne sait jamais au cas où il y’a une urgence… de toute façon dites-vous que rien n’est urgence et que même si il y’a une vraie urgence (médicale par exemple) que vous devrez quand même improvisé sur le moment.  Alors rien ne sert de checker ce téléphone non-stop.
  4. Écrire sur du papier => Prenez une feuille et de quoi écrire. Laissez tout sortir, peu importe si vos paroles sont cohérentes. Faites des tableaux, des plans, des to-do, noter vos objectifs, vos ambitions, vos envies, bref notez tout ce qui fait tourner votre cerveau non-stop !
  5. Entourez-vous de personnes qui vous veulent du bien => Prenez du temps du temps avec votre famille, vos amis, votre entourage, votre conjoint mais entourez-vous de personnes positives qui ont peut-être un point de vue différent mais qui ne sont pas là pour vous DÉCOURAGER surtout !
  6. Confrontez vos idées et vos points de vues => Ce que j’apprécie le plus dans mon entourage, c’est ma bande copine entrepreneure parce qu’on rencontre les même galères ! Il n’y a pas de frontières pour ça avec Anna, Charlotte, Alexa, Aurélie, Mélinda. Après j’aime aussi avoir les avis de mes amis de longues dates avec qui j’ai grandi parce qu’ils ne sont pas du tout dans mon domaine ou dans l’entrepreneuriat mais ils me connaissent depuis des années. Je sollicite aussi parfois des avis neutres avec des personnes que je connais à peine car elles ont une objectivité que les autres n’ont pas toujours et un regard extérieur sur mon univers.
  7. Être dans la qualité des moments => Peu importe ce que vous faîtes et avec qui vous êtes mais essayons d’être davantage dans la qualité du moment. D’en apprécier chaque minute. Se dire, je vis ceci dans l’instant et pas je le vis par procuration parce que je le partage sur les réseaux sociaux et que je regarde mon téléphone, je fais 3 choses en même temps ou que sais-je encore.
  8. Partir de chez vous => Si cela vous est possible, essayer de vous prendre quelques jours et de partir ! Il n’est pas forcément obligé de partir à l’étranger, aller voir votre famille/amis qui vit en campagne ou à la mer. Cela peut déjà vous changer les idées et surtout vous permettre de mettre de la distance entre soi et son quotidien.
  9. Sortir de votre zone de confort => En faisant quelque chose que vous avez envie de réaliser depuis longtemps et que vous n’osez pas. (ex: faire un ciné tout(e) seul(e), se faire un tattoo, s’offrir un objet que vous affectionnez, faire un karting, un bowling.)
  10. Se fixer des objectifs simples et se relancer => Nous sommes d’accord que votre “beak” ne va pas durer 10 ans donc il est temps aussi pendant cette période de se fixer des objectifs simples et réalisables ! D’établir une ligne conductrice dans votre vie qui va vous aider à avancer et à vous recentrer si vous éloignez en chemin. Attention, petites astuces : prévoyez-vous plusieurs plans, c’est-à-dire plusieurs itinéraires en cas où vous êtes amenés à dévier de vos objectifs de départ, ce qui évite de ressentir ce sentiment que rien ne fonctionne comme vous le voulez. Dites-vous, le plan A ne fonctionne pas, il y’a un plan B. Cela rassure tout le monde 😉
Orientation: Postuler en été, où et quand ?

Orientation: Postuler en été, où et quand ?

L’été est arrivé mais votre recherche d’emploi est toujours là. Pas de panique car en effet en été les entreprises tournent au ralentis mais vous allez quand même pouvoir postuler à des offres et décrocher des entretiens ! Tout est une question de timing, alors voici quelques pistes:

Le secteur de la vente : Les soldes

Le mois de juillet est un gros mois dans le secteur de la vente avec les soldes. Ce qui demande aux enseignes d’avoir un gros turn-over de personnels. Vous avez donc une grande chance de décrocher un contrat (même temporaire – comme intérim par exemple – ) pour venir renforcer les équipes déjà en place ou encore remplacer le personnel absent ou en congé. Je vous conseille donc d’aller vous présenter avec votre CV à la main directement en boutique (tout le monde gagne du temps car on vous a déjà vu et on voit votre motivation  !!)

Le secteur de l’horeca : l’été et ses terrasses

Les restaurants, bars, hôtels ont autant de place à pourvoir parce que là aussi avec l’arrivée des touristes et des chaleurs, les gens sortent beaucoup plus donc il faut du personnel pour servir tout ce monde ! Alors on fonce avec son CV à la main et on n’hésite pas à regarder sur des plateformes comme Waiters (voir les offres dans le groupe FB) pour trouver rapidement les offres disponibles.

Travailler comme saisonnier : la mer, les club de vacances, la montagne

Vous n’êtes pas obligés de rester dans votre ville, pourquoi ne pas aller à la côte ou dans les Ardennes en Belges ou alors si vous êtes plus aventuriers, n’hésitez pas à partir à l’étranger dans des clubs de vacances par exemple. Renseignez vous surtout auprès des organismes compétents pour partir en toute légalité et être couvert en cas de problème !

S’occuper des enfants : plaine, stages, baby-sitting, gardiennage

L’été c’est surtout synonyme des grandes vacances pour les enfants donc pas d’école toute la journée. Ce qui représente souvent un calvaire pour les parents qui travaillent car ils ne savent pas toujours où casser leur enfant ou encore comment les occuper ! La solution est les stages d’été etc et là aussi il faut du personnel “accompagnant” alors si vous avez des qualifications dans l’enseignement ou encore un brevet d’animateur, on fonce postuler ! Il n’est pas systématiquement obligatoire d’avoir une qualification dans le cas où vous êtes un accompagnateur supplémentaire pour encadrer des sorties par exemple en plus des moniteurs brevetés déjà sur place par exemple.

Garder la maison ou les animaux: Dog ou home sitting

Il n’y a pas que les enfants qu’il faut garder en été, vos animaux ou votre maison pendant vos vacances demandent aussi d’être surveiller. Ici il existe des plateformes qui vous mettent en relations pour répondre à l’offre et la demande. N’hésitez pas à en parler autours de vous en disant que vous êtes disponible pour garder des animaux ou loger dans une maison pour qu’il y ait une présence avec entretien des plantes et/ou du jardin par exemple.

Évidemment le secteur médical est toujours en recherche de personnel donc si vous avez des qualifications dans ce domaine, n’hésitez pas à postuler. Pour les autres d’autres secteurs comme l’administration ou la communication tournent au ralentis mais ils peuvent toujours être en recherche donc on guette la moindre offre ! 😉

J’espère que cet article vous est utile et ne perdez pas foi en votre recherche car vous finirez par trouver du boulot ! Celui qui cherche, trouve comme on dit ! Partagez votre expérience en commentaire.

Lifestyle: Comment je me sens après 1 an de thérapie ?

Lifestyle: Comment je me sens après 1 an de thérapie ?

Quoi tu vas chez un.e psy ? Tu as des problèmes à régler… alors tu devrais aller consulter ! Vous avez sans doute déjà entendu ce type de phrases… Autant au USA, consulter un psy est quelque chose de normal voir de “tendance” enfin surtout c’est assumé. Tandis qu’ici chez nous en Europe, c’est pas encore hyper bien perçu pour beaucoup de gens. Pourtant, il y’a beaucoup de bienfaits d’aller consulter un professionnel.

Comment et pourquoi ai-je décidé de consulter ?

J’avais rencontré plusieurs psy’ pendant mon adolescence. Je suis retournée voir une psy d’orientation au CIO de Louvain-la-Neuve pendant mon année de réorientation. Après mes 2 années de sup’, j’avais besoin de comprendre pourquoi avais-je eu un parcours si compliqué et qu’est-ce que j’allais faire professionnellement. Devais-je poursuivre des études ? Si oui, lesquelles ? Devais-je aller bosser pendant X temps. Après 3-4 séances et quelques tests d’orientation, nous étions arrivées à la conclusion que j’allais créer quelque chose. Mais quoi à ce moment-là, je ne savais pas. Aujourd’hui, je sais que j’ai créé mon métier de digital content & social media freelance.

Après mon soucis de santé en janvier 2017, j’ai ressenti le besoin d’aller voir une professionnelle car beaucoup de choses avaient changé dans ma vie privée et professionnelle. Je suis allée consulter une première psy qui proposait aussi des séances de sophrologie. Je me disais parfait car j’ai toujours été quelqu’un de très angoissé. Après quelques séances avec cette psy, je m’y retrouvais pas. J’ai décidé de changer et suite à une recommandation dans mon entourage, je suis arrivée chez ma psy actuelle. J’avais enfin trouvé celle qui me correspondait avec qui je pouvais “entreprendre” un chemin thérapeuthique en pleine confiance et conscience.

Mettre des mots sur les maux

Le travail “d’investigation” entrepris en compagnie de ma psy a permis de mettre des mots sur mes maux. Cela m’a fait un bien fou et surtout de semaine en semaine, apprendre à mieux me connaître.  Socrate disait déjà dans la Grèce antique: « Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers et les Dieux ». Passer par la case thérapie permet justement d’apprendre, d’analyser et de se remettre en question sur qui nous sommes et le monde qui nous entoure.

Ce n’est pas un travail facile mais il peut s’avérer nécessaire dans certaine période de votre vie parce qu’à ce moment-là tout seul, on n’y arrive plus! Oui la famille et les amis ou le/la conjoint(e) peuvent être présent pour nous écouter, nous conseiller mais ce n’est pas la même chose car ils ne peuvent pas toujours avoir le “recul” ou “l’objectivité” nécessaire pour nous aider.

Le professionnel quant à lui est là pour nous aider sans jugement et avec objectivité sur nous et les situations que nous rencontrons.

Consulter un professionnel n’est pas synonyme d’un problème ou de folie

Je ne sais pas pourquoi chez nous c’est pas très bien perçu de consulter un professionnel au même titre qu’on va chez le médecin quand on est “malade” ou à titre préventif. Consulter un psy ne veut pas dire systématiquement que nous avons des “problèmes” ou que nous sommes “fous” et bon à être interné en hôpital psychiatrique !

Consulter un professionnel est avant tout un espace où nous pouvons apprendre sur nous-même dans un cadre thérapeutique. Parce que nous avons tous des zones d’ombres avec lesquelles nous vivons et la connaissance de soi permet d’aller à la rencontre de ces zones d’ombres cependant tout(e) seul(e), ce n’est pas toujours recommandé de faire les remises en question ou analyse sans pouvoir en parler avec quelqu’un.

Nous avons tous des vécus et des histoires différents avec lesquelles nous avons appris à vivre mais la vie n’étant pas linéaire, elle peut parfois et de façon inattendue réveiller des “blessures” en nous. Et accepter d’accueillir et de voir en face le sens de nos blessures nous permet de grandir et de se sentir plus libre.

Il y’a aussi les croyances (souvent limitantes) que nous avons reçu de par notre éducation, nos schémas familiaux, amicaux ou de nos relations amoureuses. Ces croyances peuvent nous bloquer dans d’autres situations de notre vie et pouvoir les démystifier nous rend plus fort.

Comment je me sens après 1 an de thérapie ?

Je me sens beaucoup mieux et davantage en adéquation avec qui je suis. J’ai pu remettre en place certaine pièce manquante de mon puzzle dans mon histoire passée. J’ai plus confiance en moi et je me connais mieux. J’apprends encore tous les jours dans les situations que je rencontre et forcément avec l’âge aussi, on acquiert toujours plus d’expériences. Je ne saurais vous recommander à 300% d’aller consulter un.e professionnel.le en fonction des difficultés que vous pouvez être amené à rencontrer. Il n’est pas toujours dit que vous rencontrez un psy’ cela peut aussi être un coach dans le domaine du sport ou du business par exemple qui va vous accompagner et vous permettre de vous réaliser davantage.

Comment trouver un.e professionnel.le ?

Google notre grand amis va vous proposer un nombre incalculable de professionnel.le cependant, je vous conseille d’aller chez quelqu’un qui vous a été recommandé via le bouche à oreille. N’hésitez pas à en parler avec votre médecin traitant, votre pharmacien ou votre mutuelle, eux peuvent vous donner une liste de professionnels compétents et reconnus.

Il ne faut pas non plus, avoir peur de tester plusieurs professionnels différents avant de trouver le bon. C’est un service payant comme un autre donc si vous n’en êtes pas pleinement satisfait, vous êtes en droit de changer pour trouver la personne qui correspond à vos besoins.

J’espère que cet article vous plaît ? Est-ce que vous aussi, vous avez rencontré des professionnels à un moment de votre vie ? Est-ce que cela vous a fait du bien ? N’hésitez pas à partager votre expérience en commentaire 😉

Business Tips: Comment avoir un profil LinkedIn attractif ?

Business Tips: Comment avoir un profil LinkedIn attractif ?

Précédemment lors d’un job coaching, j’ai dû aider un de mes clients à améliorer son profil LinkedIn. Ce réseau social est le réseau professionnel n°1 par excellence compte 106 millions d’utilisateurs actifs! Très en vogue dans les pays anglo-saxons, ce réseau social est même davantage utilisé que Facebook/Instagram. LinkedIn est privilégié par 40 % des entreprises B2B! L’objectif est de réseauter et de recommander son business auprès de son réseau propre et des gens externes qui gravitent autour.

Votre profil LinkedIn c’est votre CV virtuel !

Lorsque vous créez un compte sur LinkedIn, vous avez une page d’accueil avec un fil d’actualité où vous retrouvez les nouvelles des autres membres de votre réseau. Mais le gros avantage de LinkedIn est sans compter l’onglet ‘Emplois’ (⚠ si vous êtes à la recherche d’un job et/ou d’un stage).

Exemple de votre page d’accueil (dès que votre compte est créé).

Ensuite vient la partie avec votre “profil” qui est comparable à un CV virtuel. Ici vous faites le choix de publier ce que vous vous voulez ou alors une partie des jobs/missions freelances les plus importants ! À titre personnel, j’ai décidé de noter que mes expériences dites “publiques” dans le sens où je tiens le webzine suivant et mon activité de freelance. Mes autres expériences se retrouvent dans mon CV papier/numérique que j’envoie de manière personnalisée lors d’une demande ou envoi de candidatures. J’ai choisi de ne pas tout indiquer, car LinkedIn ne permet pas de restreindre les informations mentionnées dans votre profil auprès des autres utilisateurs LinkedIn. C’est-à-dire qu’un recruteur, par exemple, qui est lui-même, un utilisateur sur LinkedIn a accès aux informations mentionnées sur votre profil sans être en relation avec vous. (Oui sur linkedIn, on est en relation avec un utilisateur, ce qu’on est “amis” sur Facebook). C’est une question de choix, si vous souhaitez garder une part de “privée” ou pas 😉

Je note quoi dans mon CV virtuel ?

En-tête :

Votre profil démarre par l’en-tête avec la photo de couverture ( c’est intéressant de mettre le logo de votre business par exemple) et votre photo de profil ( ⚠ une photo avec votre visage de face ou légèrement de profil avec une posture professionnelle est fortement conseillée !)

Ensuite en dessous de votre prénom et nom, la partie clé de votre profil : le titre de votre fonction actuelle. (⚠ Il est possible de noter un autre “titre” que votre dernier poste en date. Je vous conseille de noter des mots-clés comme Freelance/ entrepreneur/ avocat, etc. en fonction de votre domaine d’activité parce que ce sont les titres des fonctions qui sont repris par le moteur de recherche LinkedIn.)

Enfin,  vous trouvez un espace qui sert pour votre description. Il est intéressant de noter une brève description de votre business par exemple ou des services que vous proposez et de donner envie aux utilisateurs de lire la suite de votre profil.

Bloc 1 – Expériences :

Ce bloc “expériences” sert à noter toutes vos expériences professionnelles. Il vous suffit d’encoder votre fonction, le nom de l’entreprise, le temps que vous êtes resté à dans cette fonction. Il est possible aussi de détailler votre poste en question et je vous recommande vivement de noter une petite phrase explicative de votre fonction et les compétences/tâches que vous avez effectuées.

Bloc 2 – Formations :

Ce bloc “formations” sert à indiquer vos formations ou cursus académiques ainsi que vos diplômes et/ou distinctions.

Photo du bloc “formation” du profil LinkedIn de Anna Bassano, branding coach

Bloc 3 – Les compétences  / recommandations :

Ce bloc “compétences/recommandations” permet aux autres utilisateurs de “recommander” vos compétences grâce à un système de “vote”. Ce système permet à vos relations d’approuver vos compétences.

Photo du bloc “compétences et recommandations” du profil LinkedIn de Anna Bassano, branding coach

Il est aussi possible de laisser des recommandations écrites comme anciennement les lettres/mails de recommandation.

Bloc 4 – Réalisations :

Ce bloc indique vos connaissances en langues ou encore des projets/activités que vous avez réalisé par exemple.

Photo du bloc “Réalisations” du profil LinkedIn de Anna Bassano, branding coach

Bloc 5 – Centres d’intérêt :

Ce bloc regroupe toutes les pages “entreprises” que vous suivez sur LinkedIn.

 

Avoir un profil au top, cela passe aussi par :

  • La personnalisation de l’URL de votre profil exemple: https://www.linkedin.com/in/nomprénom/ cette modification rend le partage de votre profil plus facile et surtout plus pro qu’avec l’URL par défaut. Vous pouvez personnaliser l’URL de votre profil public ici, en la modifiant avec l’option présente sur la droite.

 

  • Dans le bloc “en-tête”,  il est aussi possible et fortement recommandé d’ajouter votre site web, portfolio ou votre blog personnel. Ce système permet de mettre en avant votre business. Il vous suffit d’y ajouter un badge qui redirigera directement vers votre profil public LinkedIn. Vous pouvez même configurer le vôtre ici.

 

  • LinkedIn permet d’ajouter, dans la description de votre en-tête ou encore dans les blocs 1, 2  (voir plus haut dans l’article) des liens externes comme des vidéos, images, URL de site web, documents PDF. Vous pouvez ainsi présenter différents projets, fournir des exemples de votre travail et optimiser encore plus votre profil LinkedIn.

 

  • Transformer votre profil LinkedIn en CV grâce à un clic, il vous suffit de cliquer sur le côté droit de votre profil et de cliquer sur la case “enregistrer au format PDF” et voilà votre CV virtuel en format numérique.

 

Voici un aperçu des différentes fonctionnalités du réseau social pro “LinkedIn”, si vous souhaitez aller plus loin, je vous dirige vers cet article. (cliquez ici) et si vous souhaitez réaliser un job coaching ensemble pour évaluer votre CV papier + lettre de motivation + profil LikedIn. (Plus d’infos ici ou contactez-moi directement ici)

Orientation: Et si tu étais un(e) multipotientiel(le) ?

Orientation: Et si tu étais un(e) multipotientiel(le) ?

Je suis tombée par pur hasard, il y’a quelques mois sur un article qui m’a un peu bousculée. A vrai dire je ne l’ai jamais retrouvé, mais cet article avait laissé germer en moi ce terme de “multipotientiel”. Je me suis donc documentée sur le sujet et je me suis dit qu’il était important d’en parler ici avec vous.

Qu’est-ce qu’un “multipotentiel” ?

La pionnière dans le domaine à avoir compris ce qu’était cette notion de “multipotentialité, c’est Emilie Wapnick. Cette auteure, entrepreneure touche-à-tout nous explique dans cette vidéo comment et pourquoi elle en est arrivée découvrir ce terme et comment elle a pu mettre un mot sur “sa différence” qu’elle vivait au quotidien.

La définition traduite en français et venant tout droit de Wikipédia : “ La multipotentialité est un terme éducatif et psychologique désignant la capacité d’une personne, en particulier celle de la curiosité intellectuelle ou artistique, à exceller dans deux ou plusieurs domaines différents. Elle peut également désigner une personne dont les intérêts couvrent plusieurs domaines plutôt que d’être fort en un seul.”

En résumé : Une personne très curieuse dont les intérêts sont infinis.

Émilie Wapnick démarre sa conférence TEDx en demandant à son assemblée qui a déjà répondu “je sais pas” sous-entendu “je n’ai pas de réponse” à la fameuse question : “Et toi, tu veux faire quoi quand tu seras grand ?” ou encore “Quel métier veux-tu faire quand tu seras grand ?”. Les gens du public sourient ou rigolent et bon nombre d’entre eux, lèvent le bras en signe de réponse que “oui” ils ont déjà su ne pas quoi répondre à ces deux questions.

Toutefois l’auteur nous explique qu’être un multipotientiel ne veut pas simplement dire que vous ne savez pas quoi faire dans votre vie, mais cela veut dire que vous êtes attirés par trop des sujets/domaines différents pour réaliser un choix. Beaucoup de personnes multipotentielles doivent se retrouver dans cette nouvelle génération de “slasheurs” qui au-delà du fait d’exercer plusieurs métiers en même temps notamment pour des besoins financiers, se retrouvent à exercer plusieurs métiers différents pour pouvoir alliés plusieurs de leurs domaines d’activités favoris. C’est pour cela qu’Émilie présente lors de la conférence TEDx plusieurs profils de gens qui ont des métiers différents, et ce en même temps, car ils sont mutilpotientiels et pas uniquement multitâches.

Les personnes multipotientielles sont souvent mal perçues par le monde extérieur

Ces personnalités aux parcours souvent “atypiques” sont mal perçues par le monde extérieur ou encore par le corps enseignant ou cercle familial. Elles sont vues comme des personnes qui ne savent pas ce qu’elles veulent. Qui ont du mal à faire des choix ou encore qui démarre quelque chose et ensuite l’abandonne aux profits d’une autre chose. Vous avez sans doute déjà entendu des phrases du type:

  • Tu voudrais pas un peu te poser, faire comme tout le monde au lieu de vouloir te faire remarquer ?
  • Pourquoi tu changes tout le temps d’activités ou de boulots ?
  • Quand est-ce que tu vas terminer ce que tu as commencé ?

Sur le webzine, je vous parle souvent dans cette même catégorie de la recherche d’emplois, etc. Je ne vous raconte même pas les situations que doivent ‘subir’ les personnes multipotentielles face au recruteur lors d’un entretien d’embauche! Comment arriver à faire comprendre ou encore à justifier les faits que vous avez déjà changés 10 fois d’une boite à une autre en même pas 3 ans. Comment expliquer que vous cumulez les CDD, missions intérimaires ou encore une activité de freelance via la SMart par exemple, mais qu’à côté vous avez un autre job ou vous êtes au chômage ( sauf que vous ne restez pas sans rien faire 😉 )

En tant que multipotientiel, vous n’avez pas de vocation donc vous n’allez pas faire toute votre vie le même métier et encore moins 10 ans dans la même entreprise. Alors bonne chance pour expliquer cela à un(e) DRH (pas toujours ouvert(e) d’esprit) qui il/elle bosse depuis 15 ans pour la boîte ! 😉

Pour Émilie Wapnick, le problème ne vient pas des personnes multipotientielles mais du regard de la société qui nous entoure. Selon elle: “Voyez-vous, le problème n’était pas que je ne m’intéressais à rien ; c’est que je m’intéressais à trop de choses. Et si vous êtes curieux à propos de plusieurs sujets, et que vous voulez faire plein de choses ? Bah, il n’y a pas de place pour des gens comme vous dans cette structure. Et vous pouvez vous sentir isolé. Vous aurez peut-être le sentiment de ne pas avoir de but, ou qu’il y quelque chose qui cloche chez vous. Il n’y a rien qui cloche! Ce que vous êtes, c’est un multipotentiel.”

Les caractéristiques des personnes multipotientielles

Le multipotentiel aime apprendre. Il s’ennuie dans un environnement qui ne le stimule pas ou pas assez à son goût. Il est capable de rassembler toutes les données sur un sujet précis et il est prêt à y consacrer beaucoup temps voir à ne pas compter ses heures lorsqu’un sujet le passionne. Il a la faculté d’accumuler et d’assimiler les connaissances de façon rapide. Il a surtout une réelle capacité d’adaptabilité.

La notion de créativité est présente constamment chez les personnes multipotientielles. Elles utilisent cette notion dans tous les projets ou les réalisations entrepris. Un simple sujet de conversation ou un film peut leur inspirer 100 idées de business, de projets futurs.

Il doit capitaliser sur ses forces : il apprend vite et il sait gérer la nouveauté, car il est capable de comprendre des enjeux complexes rapidement.

Le multipotentiel s’intéresse à tellement de choses qu’il peut se perdre lui-même en chemin pour éviter cela, il faut écouter sa boussole intérieure. Celle-ci permettra de garder un fil conducteur en toute circonstance. Voici le fonctionnement de cette boussole. Celle-ci est très utilisée en se posant les questions suivantes:

  • Un pourquoi : une mission, une cause, un objectif.
  • Un quoi : des aptitudes, des supers-pouvoirs.
  • Un comment : un équipement, un costume, un rythme de vie particulier…

Si vous êtes une personne multipotentielle ou en tous les cas, vous vous retrouvez dans les descriptions ci-dessus, sachez que vous n’êtes pas pas tout seul(e) ! Je pense que c’est important de s’écouter et de suivre son intuition en matière de fonctionnement. Tout le monde est différent et c’est impossible de plaire à tout le monde de toute manière! Apprenez à vous connaître et à savoir comment vous fonctionnez. C’est le principal et le reste n’est pas important 😉

Vous souhaitez en savoir plus sur le sujet :