Lifestyle: Merci à eux pour m’être retrouvée chaque fois davantage…

Lifestyle: Merci à eux pour m’être retrouvée chaque fois davantage…

Cette année pour la Saint-Valentin, j’avais envie de partager un article particulier dans lequel, j’allais dire merci à mes précédentes relations amoureuses pour tout ce qu’elles m’ont apporté. La société et les règles renvoient toujours une image négative des ex, des ruptures et de la séparation mais nous pouvons aussi apprendre à n’en garder que le positif pour avancer vers le meilleur de notre vie. Je m’explique :

La première histoire d’amour

Je n’ai jamais été une nana à mecs, à vrai dire, pendant mes années collèges et lycées, les garçons n’étaient que mes copains de classe et rien de plus. J’étais sans doute trop plongée le nez dans mes cours à essayer de réussir mes années scolaires. Malgré cela, j’étais quand même déjà une petite fleure bleue, amoureuse de l’Amour et des amoureux.

C’est à l’âge de 20 ans que j’ai connu ma première histoire d’amour, mon premier copain avec qui nous avons vécu sous le même toit ou plutôt “grandit” ensemble comme j’aime le dire encore aujourd’hui sauf que comme le dit le livre de Beigbeder, l’Amour dure 3 ans. Ce que j’ai appris de cette relation et qu’est-ce que j’en ai tiré comme leçons :  

  • La confiance dans un couple = la base

Sans elle, c’est mort et perdu d’avance. Vous aurez beau faire tous les efforts du monde, si vous n’avez pas confiance en l’autre ou que vous l’avez perdue en cours de route, il sera très difficile de la récupérer.

  • Le mensonge n’est pas pardonnable

Je ne parle pas de petits mensonges sans importance et quoi que si cela commence par un petit, cela peut terminer par des gros. Mentir ne sert à rien et surtout que tout fini par se savoir un jour l’autre.

  • Non l’autre ne changera pas

Quand on est jeune et idéaliste, on pense qu’il est possible que la personne qu’on aime change et fasse des efforts. Sauf que NON, elle ne changera pas, surtout si ce n’est pas une décision prise pour et avec elle-même.

  • La suspicion de tromperie n’est pas vivable

Vivre avec des intuitions et des doutes que l’autre n’est pas à 100% dans votre couple parce qu’il garde toujours une porte ouverte pour les autres personnes. N’est pas vivable.

  • Quitter un amour qui ne vous respecte pas n’est pas une fuite ou une défaite

J’ai découvert cette phrase de l’une des pages du roman d’Agnès Ledig – “Pars avec lui” et cette phrase disait ceci : “L’amour sans respect n’est pas de l’amour. En prendre conscience et le fuir ne consiste, ni un échec, ni même une défaite mais une grande victoire, une très grande victoire.”

Et d’aventures en aventures

Après 3 ans dans un couple, il m’a fallu du temps pour réapprendre à vivre pour moi même. J’ai trouvé mon petit nid douillet et j’ai apprécié davantage mon célibat. J’ai rencontré des hommes plus mûrs que moi mais cela m’a appris à mûrir et à m’affranchir davantage. Ce que j’en ai retenu des ces petites amourettes :

  • Apprendre à s’amuser et profiter de l’instant

Oui cela fait du bien de ressentir les effets “amoureux” sans pour autant ne pas se prendre la tête dans un couple, le quotidien etc. Simplement pouvoir faire des sorties, s’amuser, flirter aussi cela fait du bien.

  • Faire l’amour et pas la guerre

Les petites âmes prudes qui me lisent, ça va, on va pas se mentir et chacun fait ce qu’il veut par contre on n’oublie pas de se protéger hein (contre les MST + les bébés)  !!! 😉

Les moments de ruptures

Et oui quand on a le cœur d’artichaut et le côté fleur bleu. Eh bien l’Amour nous rattrape souvent en route et parfois l’on croit naïvement qu’il pouvait y avoir plus… et c’est là que ça fait mal, même très mal. Cependant,  ma nature créative a appris à aimer ces phases-là aussi. Ces moments de grande tristesse, de froideur, de cœur lourd, de gorge nouée, de réveil vaseux, d’insomnies amères et puis ma créativité s’est épanouie et elle a pu reprendre le contrôle en me plongeant corps et âmes dans mes créations, mes écrits, mes lectures. J’ai été nourrie et je me suis retrouvée davantage. J’ai appris à apprivoiser ces phases-là, je n’irai pas jusqu’à dire que je finis par les aimer autant que les périodes des débuts mais elles m’ont nourries.

View this post on Instagram

[LA DURÉE DE VIE D'UN AMOUR] Jacques Salomé explique dans plusieurs de ses ouvrages qu'on ne connaît pas la durée de vie d'un amour. . . Je n'ai jamais fait partie de la catégorie de gens qui pense qu'on rencontre une personne et qu'on va faire toute sa vie avec elle. Je crois plutôt à la possibilité d'avoir plusieurs amours au court de sa vie. Cependant ce qui me fascine et me questionne à la fois, c'est qu'est-ce qui fait qu'un jour, on "tombe" amoureux de l'autre et qu'un autre jour, on ne l'aime plus ? . . Comment 2 êtres peuvent du jour au lendemain passer d'un statut en couple avec une intimité partagée à un statut d'étranger. Mais que ce passe-t-il dans le coeur des gens ? J'ai aussi cette impression que ce n'est pas possible pour tout le monde de garder une forme de respect par rapport à la relation initiale surtout au moment de la rupture et ensuite de la séparation. . . Bien-sûr il existe 1000 raisons pour lesquelles on vient à terminer une histoire d'amour mais n'oubliez jamais pourquoi nous sommes tombé.es amoureux/euse de l'autre. . . #mademoiselleergo#lemagazine#lifestyleblogger#businessblogger#frenchblogger#belgianblogger#microblogger#instablogger#freelancerlife#entrepreneurship#instadaily#january2019#followme#pint#pinterest

A post shared by MADEMOISELLE ERGO (@mademoiselleergo) on

Se sentir prête à rencontrer quelqu’un

Quelques jours avant mon départ en vacances d’été, voilà qu’un soir, seule dans ma voiture, ma pensée, mon cœur et mon intuition se mettent d’accord : je suis prête à rencontrer quelqu’un. Mais qui ? Moi je ne savais pas par contre l’univers, lui le savait ! Cinq jours après mon 25e anniversaire, je rencontre l’homme (je vais pas dire de ma vie – je ne crois pas trop en cette expression -) mais je rencontre ce quelqu’un, ce pourquoi, j’étais prête. J’ai vécu une histoire d’amour sans définition tellement c’était intense et elle m’a appris des choses :

  • Avoir confiance en l’autre directement et spontanément

Je ne parle pas seulement de la confiance qui s’installe au sein d’un couple, je parle aussi de cette confiance qui s’installe spontanément entre 2 étrangers qui se connaissent à peine mais pour qui tout paraît évident.

  • Apprendre à être soi

Pas de tricherie, pas de mensonge, pas de faux-semblant, simplement être soi-même. Accepter l’autre dans son entièreté avec ses défauts/faiblesses et ses qualités/forces.

  • Rire avec l’autre

Pouvoir rire sans cesse avec l’autre, faire des minis sketchs, avoir de la répartie, faire des blagues, avoir des fous rires pour des choses sans importances, des privates jokes.

View this post on Instagram

[ RIRE TOUS LES DEUX ] Je me suis habituée à nos rires et de ne plus les entendre, me fait un vide immense. Parfois je ferme les yeux et j'essaie de me remémorer "nos moments de rires" mais plus les semaines passent, plus j'ai l'impression qu'ils se perdent. Moi je veux pas les perdre, jamais. Je pensais que nos fous rires allaient grandir jusqu'aux étoiles, que ce ciel en serait la limite. Mais non, la limite ce n'était pas le ciel mais nous. Je me dis que ça va passer et que le temps va faire son "effet", que mon coeur va cicatricer, qu'un autre viendra te remplacer mais nos rires, eux ils ne reviendront jamais. Je pensais pas qu'on pouvait s'habituer autant à ces petits moments de bonheurs et de complicité partagés. Je me demande souvent si toi aussi, ces petites choses là te manquent ou alors tu n'y penses même pas/plus pour ne pas dire que tu as remplacé ces rires là avec quelqu'un d'autre parce que je suis convaincue qu'on ne rit pas de la meme manière avec tout le monde surtout dans l'intimité. D'autre fois, je me dis, que ça doit te faire la même chose qu'à moi et que tu repenses à nos moments de rires et qu'en faisant cela, eux vivent pour l'éternité en hommage de toute la tendresse, l'Amour, la bienveillance qu'on a pu se porter à un moment donné. . . . #quotesofnight#textespersonnel#mademoiselleergo#lifestyleblogger#amoursolidaires#happyus#couplegoals#brandgelina#brokenheart#lovestory#sweetheart

A post shared by MADEMOISELLE ERGO (@mademoiselleergo) on

  • Travailler sur soi-même

Être en relation ce n’est pas uniquement pour du positif et parfois il est nécessaire d’apprendre au travers du regard de l’autre, ce que nous avons encore à améliorer chez nous.

  • Aimer, juste ça “Aimer”

Aimer l’autre, être attentif à lui, à ses besoins et envies. Donner de son temps, de sa présence, de son écoute, de son énergie, de sa vie. Parce qu’il faut simplement “vivre” ses relations et en prendre soin.

La séparation à la rupture

On pense qu’on est blindé mais on ne l’est pas. On se dit, oui ça ira. Oui il me manquera pas. Mais c’est comme prendre un anti-douleur pendant quelques semaines, mois. Puis c’est se réveiller et avoir mal en pleine face. C’est se dire que plus rien n’a de saveurs, que l’autre vous manque mais que vous ne lui manquez peut-être même pas. C’est se retrouver seule encore avec ses états d’âmes, d’amours, de manque, d’angoisses, de cœurs brisés en miette. C’est regarder un quotidien qu’on aura plus. C’est voir des endroits, des lieux, des activités, des gestes du quotidien qu’on ne fera plus. Puis c’est juste se dire: c’est fini, accepte-le, tu cicatrices ensuite. C’est se dire: “I’ll never love again” comme le chante Lady Gaga dans A Star is Born. Et c’est vrai, on aimera plus jamais comme ça, c’est impossible. Mais au moins on l’aura vécu, une fois dans sa vie.

C’est retourner puiser dans sa créativité, c’est peindre, écrire, courir et dessiner. Lire le merveilleux roman de Martin Diwo – “Pour te perdre un peu moins” et comprendre grâce à ce livre que les hommes peuvent morfler autant que nous après une rupture, une histoire d’amour. C’est comprendre qu’on peut se retrouver au plus mal, au plus bas, mais se relever ensuite. C’est accepter que les choses ont pris fin mais que le reste vivra éternellement, l’Amour et toute la tendresse partagés, eux vivent pour toujours. C’est finalement savoir qu’il restera toujours une part de toi avec moi, différente mais toujours là.

Soyons indulgent avec l’Amour parce qu’il ne faut pas oublier que c’est notre but ultime sur cette terre. L’Amour de soi, des autres, des animaux et de notre Terre. L’Amour est la plus belle énergie qu’il puisse exister et la plus noble aussi. C’est la seule chose qui ne s’achète pas mais qui se vit. N’ayez plus peur d’aimer ou d’être aimé, d’être quitté ou de quitter, de construire et de reconstruire, tout ceci fait partie de la VIE. Une vie sans Amour vaut-elle la peine d’être vécue ?

Je n’ai pas encore trouvé de recette ou de solution miracle concernant les histoires d’amours et les couples. Je ne sais pas qu’est-ce qui peut faire durer un amour toute la vie. Mais je sais qu’il est important de continuer d’Aimer et de manière la plus inconditionnelle possible. J’ai surtout appris qu’il est nécessaire d’être bien avec soi pour être heureux avec les autres.

NB: Merci à eux pour m’avoir fait grandir, m’avoir fait devenir davantage une femme, de m’avoir fait revenir à mes essentiels, de m’avoir permise de retrouver la route de mon enfant intérieur et surtout de m’avoir montré que je devais/pouvais m’aimer encore plus moi-même !

Rétrospective 2018 : L’année de l’apprentissage

Rétrospective 2018 : L’année de l’apprentissage

Nous sommes le 15 décembre est c’est une bonne date pour réaliser mon bilan de fin d’année concernant l’année 2018 qui touche à sa fin bientôt. L’an dernier, j’avais déjà écrit un article sur ma rétro de 2017  et je vous parlais de mon année de création avec mon activité de freelance. Qu’est-ce que l’année 2018 m’a apprise ?

Premier trimestre

J’ai démarré mon année 2018 avec l’obtention de mon permis B pratique après 4 années d’apprentissage de conduite (très compliquées), j’ai réussi à décrocher le Saint-Graal : mon permis.

Ma première rencontre de l’année (l’une de mes plus belles rencontres entre entrepreneures) et devenue amie aujourd’hui, c’était avec Charlotte de Ekko Studio, une jeune bruxelloise qui est graphiste et traductrice de formation.

Fin janvier, je suis partie quelques jours à Paris avec une de mes meilleures amies du Collège. Nous avons profité de notre séjour pour nous balader dans tous les coins de la ville et nous avons aussi fait la connaissance d’une autre entrepreneure parisienne: Lauriane du blogzine, Make it Now.

Entre janvier et février, je me suis rendue à deux reprises sur Lille pour rencontrer d’autres entrepreneurs comme Aurélie de Digital Women ou encore Loïs Low, illustrateur et singer.

J’ai bouclé mon premier trimestre de l’année en trouvant (enfin) mon petit nid douillet après 24 ans à vivre avec ses bagages à la main, j’avais enfin trouvé l’endroit idéal pour déposer mes affaires. J’ai emménagé en solo dans mon petit studio.

Deuxième trimestre

Un mois après mon emménagement, j’apprends que ma collaboration avec mon plus gros client régulier prenait fin. Cette annonce a été un peu un choc pour moi tant j’adorais mon job, le lieu de travail et mes chers collègues.

J’ai surtout commencé à comprendre, que j’allais de devoir vivre avec une pression financière pour joindre les deux bouts tous les mois. C’était la première fois que j’étais confrontée à ce genre de problématique. Bienvenue dans la vie d’adulte Florence ! Tu dois payer tes factures, ton loyer et tout le reste. Ma nature angoissée n’a pas vraiment réalisé tout de suite et disons que je me suis mise encore plus dans mon mode “instinct de survie”, ce mode qui est un très vieil ami chez moi. Welcome back my friend !!

Je me souviens ce jour-là avoir pris un café avec mon amie Charlotte et elle m’avait dit : Flo, prends du temps pour toi. Retrouve-toi un job mi-temps (même alimentaire) pour t’alléger la conscience concernant tes charges. Je me suis remise à postuler plus que jamais dans l’espoir de retrouver quelque chose rapidement.

Au printemps, avec mon amie entrepreneure Anna, nous avons mis sur pied des business breakfast sur Bruxelles entre femmes. Ce groupe s’appelle les GirlsBoss Digit Club.

J’ai profité aussi pour passer davantage de temps à m’occuper de ma famille plus agée. J’ai passé beaucoup de temps avec mon meilleur ami avant son grand départ pour le Canada. J’ai retrouvé aussi à cette période, mon amie journaliste d’investigation Laura qui revenait de ses études à Paris et de son stage en Afrique du Sud. Nous nous sommes très fort soutenues à ce moment-là, car on fréquentait au même moment chacune quelqu’un avec qui rien n’était simple notamment parce qu’il y avait des enfants en jeux. Petit à petit, on a fait le deuil de nos histoires d’amour et avec nos bracelets de quartz rose (NDLR: à retrouver chez Nasoha), nous avons vu la chaleur de l’été arrivée.

Le mois de juin est arrivé avec la date échéance du 3e anniversaire de la création du site de Mademoiselle Ergo. Et à cette occasion, j’ai repensé tout le branding, l’identité visuelle, les couleurs du site. Je suis passée du rose petite fille à un jaune solaire et davantage femme, à la veille de mes 25 ans, c’était nécessaire. J’ai été fêtée mes 3 ans le jour J à Lille (ville que j’affectionne) en présence d’un ami de longue date et le même jour, j’ai revu également Aurélie de Digital Women et j’ai rencontré Marie Roé avec d’autres entrepreneures pour un afterwork qui sentait déjà bon l’été.

J’ai fêté le 28 juin avec quelques jours d’avance mes 25 ans en présence de mes amis proches.

Troisième trimestre

Une seconde naissance ? Presque. A quelques jours de mes 25 printemps, je me suis jamais sentie aussi bien avec moi même, j’ai connu quelques déboires avec ma voiture (pot échappement qui tombe, accrochage), mais je suis surtout allée retrouver des copines entrepreneures à la 2e édition des Folle Com afterwork. J’ai adoré l’ambiance décontractée et informelle où recruteurs et stagiaires/juniors se rencontrent autour d’un verre pour réaliser une sorte de job dating.

Au lendemain de mes 25 ans, je suis partie rejoindre mes grands-parents dans le sud de la France pour 3 semaines de vacances bien méritées. La France qui venait de gagner pour la 2e fois, la coupe du monde de football. Autant vous dire, que c’était la fête partout et que ça nous chambrait en tant que Belge ne pas avoir gagné la coupe. Mais on était content pour nos compatriotes. Je suis partie avec le projet de faire : eat.beach.sleep.repeat.

Sauf que j’ai rencontré sur ma route un petit crabe de républicain duquel je suis tombée sous le charme. Et voilà que mon idée de eat.beach.sleep.repeat SOLO se transforme en Summer of love. J’adore la phrase de Salomé qui dit : “il y’a des rencontres qui vous réconcilient avec le meilleur de soi” et c’est ce que cette rencontre m’a apporté.

J’ai (ré)appris à vivre ma vie dans la vraie vie, à sortir faire de vraies activités pour moi uniquement et apprendre à être davantage dans la qualité des moments sans être non-stop sur les réseaux sociaux. J’avais oublié combien c’était important, cela m’a rappelé l’époque où je ne bossais pas dans le digital et que même Facebook n’existait pas! Je me suis souvenue de mes vacances en famille l’été dans le sud et l’hiver au ski. Vous vous souvenez quand petit, on avait que nos yeux pour mémoriser tout ce qu’on vivait parce que même le téléphone à l’époque ne servait qu’à téléphoner. Cela m’a fait du bien et pour la petite histoire, j’ai eu une infection à mes yeux qui a duré plusieurs jours, mais maintenant avec le recul, je pense que c’était la seule façon pour mon corps de me dire : STOP FLO ! Stop les écrans (déjà) et apprends à voir la vie sous un autre angle, à regarder ta vie autrement.

J’ai rencontré aussi d’autres entrepreneures de la région comme Rachel Nething ancienne photographe devenue formatrice en marketing digital.

Comme a dit ma grand-mère: elle n’a jamais passé un aussi bel été. Je suis revenue dans le plat pays toute bronzée, souriante, avec un mood puissance 10 en mode : Good Vibes Only. Motivée à bloc pour me pencher sur la rentrée et démarcher pour la première fois de ma vie de nouveaux clients.

La rentrée est arrivée et j’ai décroché mes premières demandes avec des prospects potentiels, j’ai retrouvé aussi mon groupe de copines entrepreneures entre différents networkings. Mais les prospects ne sont pas devenus tout de suite des clients, par contre, ils ont été un excellent labo pour moi, me repositionner dans mon business.

Quatrième trimestre

Profité de l’après-rentrée et de l’été indien pour faire “une vraie pause” et réfléchir à mon repositionnement. Mes services… étais-je toujours en adéquation avec les besoins/demandes du marché et avec moi aussi ? NON. Je me suis retrouvée à un stade où je ne voyais pas que j’étais devenue SUPER à cran et que j’avais accumulé beaucoup trop de choses depuis presque 3 ans concernant ma frustration face à des objectifs non atteints et des non-résultats. Il a fallu que je dise STOP, mais consciemment cette fois ! Je n’étais pas la seule à vivre cela, beaucoup de copines entrepreneures vivaient la même chose que moi dans leur business également.

J’ai profité de ma pause pour vivre à nouveau ma vie. Prendre du temps pour moi, de la distance surtout et puis me protéger émotionnellement sans doute d’une période personnelle, familiale compliquée suite à des problèmes de santé. Ce qui remet beaucoup de choses en question. J’ai senti aussi le besoin de me rattacher davantage au domaine spirituel, médecine alternative et holistique. J’ai même effectué une séance de voyance avec Céline. Elle m’a donné dans les grandes lignes beaucoup de directives concernant la suite de mon avenir pro.

Je me suis remise à travailler et à mon rythme, j’ai relancé une nouvelle version du site web avec des services globaux. Je dois encore continuer à travailler sur pas mal de points d’ailleurs. J’ai repris le chemin des interviews et des articles pour le mag.

J’ai rencontré Clément dans le cadre d’une interview et j’ai pu tester son salon. J’ai coupé mes cheveux avec un léger changement, mais radical : une frange ! Est-ce ma façon à moi, d’amorcer un changement de vie ? un nouveau cap ? une nouvelle direction ? Continuer à retrouver davantage mon enfant intérieur que j’ai commencé à retrouver depuis ce printemps. Tout est possible.  

Enfin, nous sommes arrivés en décembre et les temps sont durs pour beaucoup de monde, 2018 doit se terminer dans une dynamique de mouvement – peut-être pas toujours pacifique – mais il faut que les choses bougent ! J’ai aussi choisi de me mettre un peu en veille sur les réseaux sociaux et j’ai notamment désactivé mon Facebook perso. La page de Mademoiselle Ergo reste active notamment pour la suite du calendrier de l’avent. Ceux, qui me connaissent, savent que je n’ai jamais été très esprit de Noël et que je ne raffole pas des fêtes de fin d’année ou de la fin d’année tout court. J’attends toujours d’être en janvier de l’année suivante, cette fois, pour la première fois, je ne suis pas tout à fait confiante et j’ai du mal à dessiner la suite de mes projets pour l’année à venir. Mais je reste convaincue que nous allons tous nous en sortir et qu’on va trouver le bon chemin, au pire, on change d’itinéraire en cours de route, ce n’est pas dramatique.

Je vous souhaite déjà de belles fêtes de fin d’année ainsi qu’une excellente année pour 2019. Je vous remercie pour votre suivi, vos messages, vos commentaires, votre soutien pendant cette année 2018 qui était riche en apprentissages pour moi. Merci d’être vous et de plus en plus nombreux sur les réseaux sociaux notamment pour échanger ensemble sur ce qui nous anime dans cette belle aventure qu’est la vie ! Je vous souhaite d’être vous et d’essayer d’être heureux tant qu’on le peut puis n’oubliez pas que nous sommes tous, l’étoile de quelqu’un et qu’après la pénombre, il y’a toujours de la lumière, après les tempêtes, le beau temps revient toujours. MERCI la vie.  

Lifestyle: Apprendre à gérer son stress

Lifestyle: Apprendre à gérer son stress

Comme vous le savez sans doute, je suis sujette depuis mon enfance à des crises d’angoisses et au stress de façon plus générale. J’ai eu la possibilité de tester beaucoup de techniques et méthodes pour me détendre durant toutes ces années… C’est pourquoi aujourd’hui je souhaite vous faire part de ce qui m’a le plus aidé, afin que, peut-être, cela puisse vous aider.

Je tiens tout de même à vous avertir qu’il n’y a pas de recette miracle (malheureusement) et que nous sommes tous constitués différemment. Ce qui veut dire qu’une chose peut très bien marcher pour moi et pas du tout pour vous et inversement !

Aussi, dans cet article vous ne trouverez pas de « listes de choses à faire » contre le stress… Car j’ai beaucoup de mal à expliquer point par point ce qu’il « faut faire » (et que c’est souvent un mélange de beaucoup de choses)… Mais promis je vais tenter d’étayer ma pensée d’exemples afin que vous puissiez facilement comprendre.

Allez c’est parti

Pour moi, la gestion du stress commence par une bonne connaissance de soi, une sérieuse introspection. Je sais, ça peut paraître bateau comme remarque, et pourtant j’estime que c’est la base ! Et bien souvent oser aller chercher au fond de soi n’est pas si simple…

Je vous en avez déjà parlé dans cet article, mais l’hypnose est pour moi ce qui a le plus marché dans toutes les thérapies « de fond » que j’ai entrepris. En effet, l’hypnose est mon socle, la thérapie qui m’a permis de régler de gros « traumatismes », qui m’empêchaient d’avancer.

Pour les crises d’angoisse, et le stress « quotidien », là encore, il n’existe pas de règles, j’ai fait un mélange de beaucoup de choses…

J’ai appris avec le temps à respirer, et à faire ce que j’appelle des « pirouettes cognitives », à revenir à l’instant présent, et à devenir spectateur plutôt qu’acteur de ma crise d’angoisse ou de mon stress.

angoisse

Cas concret : Je me réveille en pleine nuit en sursaut, la gorge nouée, du mal à respirer, en sueur, avec un mal de ventre épouvantable.

Ce que je fais : Je me lève et je marche dans mon appartement, je bois un peu d’eau, je regarde l’heure et je vais devant la baie vitrée du salon pour regarder la lune. Cette première étape me permet de revenir dans le présent, le concret, de me sortir de l’état nébuleux dans lequel j’étais. Le fait de marcher, de boire de l’eau permet de revenir au corps. Regarder la lune m’apaise, et me rassure, car je sais qu’après la nuit vient toujours le jour… Dans un second temps, je me recouche et je fais trois grandes inspirations en gonflant bien le ventre (on inspire par le nez, on souffle par la bouche), et là, si mon angoisse est toujours présente, je prends la place du spectateur. J’observe mon angoisse et je constate, je reste dans le factuel : « oh tient, j’ai l’estomac qui brûle », « mon corps tremble », « je sens l’air frais s’échapper de ma bouche ». Cette étape permet de prendre de la distance avec l’angoisse et surtout oblige l’esprit à se concentrer sur des faits plutôt que de divaguer : « oh mon dieu j’ai mal à l’estomac ! Et si c’était un ulcère ?! »…. Et là c’est le serpent qui se mord la queue.

On récapitule :

  • On revient dans le présent
  • On passe par les 5 sens pour nous apaiser (une odeur, la vue de la lune par exemple, une matière qu’on aime toucher…)
  • On respire profondément
  • On observe l’angoisse

Autre cas concret : J’ai un examen, un entretien d’embauche important dans quelques jours. Je commence à stresser, à appréhender…

Ce que je fais : Là encore je reviens au présent : « là tout de suite, est-ce qu’il y a raison de paniquer ? », bien souvent la réponse est non.

Vous pouvez aussi faire quelques séances de sophrologie ou d’hypnose quand vous savez à l’avance que vous allez rencontrer un événement qui va vous mettre dans une situation de stress. Cela va vous entraîner à visualiser la situation (un examen par exemple) et à vous y projeter de façon plus sereine. Vous pouvez aussi très bien vous entraîner chez vous à visualiser les situations qui vous angoissent, bien souvent cela permet d’anticiper et donc de moins stresser.

On récapitule :

  • On essaye d’être objectif face à la situation
  • On essaye le plus possible d’anticiper et de visualiser la situation de stress.


Dernier cas : Je suis dans les transports, au travail et une crise d’angoisse survient sans raison.

Ce que je fais : Un peu comme pour une crise d’angoisse la nuit. Je reviens à l’instant présent et j’effectue en conscience ce que j’appelle une pirouette cognitive : j’observe autour de moi, j’observe mon corps, je vois qu’il n’y a aucun danger (rationnellement). Et c’est là que mon cerveau effectue une « pirouette », il se rend compte que je suis en sécurité et que mon état est disproportionné face à la situation, alors, en conscience, il va se « brancher » sur la bonne onde, celle du calme et de la sérénité.

Je trouve ça important de le faire « en conscience », car cela permet de revenir encore une fois dans le réel, dans l’instant et surtout de ne pas se laisser glisser dans ce qu’on appelle « l’irraisonnable » (ce moment où peu importe qu’on vous dise que tout va bien, rien ne pourra vous rassurer).

Puis j’occupe mon cerveau à des tâches concrètes (trier un dossier, appeler des clients…), revenir à du factuel, c’est vraiment ce qui marche chez moi. Voir qu’à l’instant T, il fait beau, le soleil brille, je suis en sécurité. Je me crée un cocon, une bulle.

On récapitule :

  • On revient à l’instant présent en conscience
  • On observe la situation et son corps
  • On effectue des taches concrètes

Prévenir les crises d’angoisses :

Aujourd’hui si je suis beaucoup moins stressée et que je gère beaucoup mieux les crises d’angoisses, c’est que j’ai intégré à mon quotidien tout un tas de « rituels ». Cela passe par avoir un rythme de vie assez stable (attention stable ne veut pas dire routinier ou ennuyeux) cela veut juste dire « avoir une bonne hygiène de vie » (manger correctement, respecter ses temps de sommeils, faire du sport…). Encore une fois, cela peut paraître « stupide » et pourtant…

A cela j’ajoute la médiation (pour respirer et prendre du recul), j’anticipe les situations stressantes pour moi (les voyages dans mon cas. Quand je les prépare à l’avance, ça se passe mieux). Enfin, je peins, je lis, j’écris… Je fais des activités qui me font du bien et qui me vide la tête.

crises_angoisse

Un petit mot de fin :

Sachez que j’ai mis des années à réussir à revenir à l’instant présent, et à ne pas laisser mon cerveau filer comme le vent… Je pense que c’est aussi une question de « maturité », quand on est enfant et qu’on ne comprend pas ce qui nous arrive, revenir dans le concret est un exercice très compliqué…

Il faut savoir aussi que c’est un travail de tous les jours et c’est pourquoi la connaissance de soi et importante… Personnellement, le fait d’avoir appris à me pardonner, à avoir confiance en moi, et surtout à reconnaître mes ressources et forces intérieures m’ont ENORMEMENT aidé !

Je sais que c’est un chemin de solitude et de longue haleine mais n’abandonnez jamais. N’hésitez pas à vous faire aider, il n’y a aucune honte à ça. Et rappelez-vous : « donnez-vous les moyens de réaliser vos rêves, peu importe les obstacles » !

Et vous ? Quelles sont vos techniques ?

Cet article te plait ? J’en rédige d’autres articles sur mon blog :

VOIR

Lifestyle : Vers un chemin en pleine conscience

Lifestyle : Vers un chemin en pleine conscience

Dans mon article précédent, je vous confiais comment je me sentais après 1 année de thérapie et les biens-faits qui en découlent. Aujourd’hui, j’ai envie de partager avec vous mes découvertes en matière de lithothéraphie,  d’astrologie, non pas de manière mystique, mais concrète. Ce qui a fonctionné ou non pour moi.

 

 

Découverte de l’univers de la gemmologie et de la lithothéraphie

Dans le cadre de l’une de mes interviews,  j’ai rencontré Chloe Sarasola pour la première fois au printemps 2016. Cette dynamique et solaire entrepreneure a fondé Nasoha, mais elle est avant tout, experte diamantaire, gemmologue et kinésiologue.  Chloe partage avec nous sa passion et son amour des pierres au travers de Nasoha, une boutique et un e-shop sur mesure avec des produits sélectionnés avec soin. Derrière cette société, il y’a une philosophie et une éthique de vie. Une partie des fonds de Nasoha est reversée à des fondations qui viennent en aide à des femmes et des enfants dans des pays en voie de développement. (Plus d’infos ici).

Chloe Sarasola – Photos: Christian Hagen

Chloe sélectionne avec soin sa matière première qui est les pierres (ex: Agate, Quartz Rose, Amethsyte, Tourmaline, Célestine,ambre… etc) pour en faire des cristaux, bracelets et malas.

Suite à cette interview, j’ai été touchée par la qualité et l’énergie solaire, quasi divine qui ressort de Chloe!  Je suis retournée ensuite la voir pendant l’hiver 2016 car j’allais vivre un nouveau grand tournant dans ma vie personnelle et par rapport à ma santé.

Lors de notre entrevue, Chloe m’a demandé de sélectionner, à l’instinct et sans réfléchir, 6 pierres. Après un premier tirage, elle m’explique la signification des pierres et le rapport qu’il y’a entre les significations et les événements qui étaient dans ma vie. Ensuite, elle me demande de refaire une sélection de 3 nouvelles pierres. Et elle m’explique à nouveau la signification. Enfin, il a fallu faire un choix entre les 9 pierres. J’ai fini par repartir avec une Agate qui signifie le “courage et prise de décision”. C’est ce dont j’avais besoin à ce moment-là de courage et de prise de décision.

 

Je suis retournée dans la boutique de Chloé en mai dernier, j’avais besoin de m’offrir un bracelet de Quartz Rose comme un petit talisman pour réparer mon petit cœur qui avait subi un chagrin d’amour. En arrivant à la boutique, je savais donc exactement ce que je voulais.  Cependant une fois sur place, le choix est tellement immense et les pierres sont tellement belles que je ne suis pas repartie sans autre chose. J’ai choisi un second bracelet “jaune” car j’étais dans une phase de changement notamment avec mon nouveau ‘branding’ pour mon site web et la nouvelle couleur. Je demande donc à l’assistante de Chloe: le bracelet jaune, c’est quoi comme pierre ? Elle me répond de l’Agate ! Je me suis dit OK je prends ! Je suis aussi repartie avec un cristal de tourmaline noir pour me protéger des ondes dans mon appart notamment à cause du WiFi.

Si vous me suivez sur les réseaux, vous avez du apercevoir que je porte mes deux bracelets comme des talismans à mon poignet gauche, le côté “cœur” comme on dit.  De semaines en semaines, j’ai ressenti que mon cœur et mon esprit se sentaient mieux, qu’ils étaient plus ouverts, sereins et guéris en quelque sorte.  Mon attitude envers les autres aussi avait changé et mon “aura” était davantage plus ouverte au monde et je me sentais plus aligné avec mes chakras. Si vous êtes bien dans votre tête et dans votre corps, tout se voit directement !

Parce qu’Instagram peut avoir des côtés positifs et utiles: je partage avec vous le profil de Carole Smile fondatrice de la boutique et du magazine : The Play’s on the Moon

Carole formée dans une école de massage à Paris. Ce fut pour elle la première étape de sa découverte de l’univers merveilleux du bien-être et de la spiritualité. Passionnée par l’aromathérapie, la lithothérapie, le yoga et la relaxation par la respiration. Pour compléter son cursus d’activités, Carole a ensuite suivi des formations de conseillère en aromathérapie, fleur de Bach, sophrologie antistress et sa dernière formation coach en psychologie positive.

View this post on Instagram

Si vous souhaitez mieux me connaître ✨ —————— Depuis petite je suis sensible aux vibrations et aux énergies des gens, des maisons, des lieux… Grande voyageuse, ouverte au monde et aux autres, j’ai vécu 6 ans à Londres avant de partir pour l’Asie. De Bali à Hong Kong, en passant par le Japon ou la Thaïlande, j’ai, au fil des mes séjours, appris à découvrir et utiliser plusieurs thérapies holistiques. ✨ Par la suite, formée dans une école de massage à Paris, ce fut la première étape de ma découverte de l’univers merveilleux du bien-être et de la spiritualité, par l’aromathérapie, la lithothérapie, le yoga et la relaxation par la respiration. Pour compléter mon cursus d’activités j’ai ensuite suivi des formations de conseillère en aromathérapie, fleur de bach, sophrologie anti-stress et ma dernière formation coach en psychologie positive. ✨ Femme engagée, végétarienne depuis mon plus jeune âge, j’ai toujours été concernée par le respect de la nature, des animaux et de soi-même. Avec Let’s play on the moon, j’ai voulu partager avec vous mes valeurs du quotidien ma joie de vivre, mais aussi ma passion pour le bien-être et la spiritualité à travers ma boutique et mes consultations en ligne qui vous permettront d’avancer dans votre quête d’épanouissement et de bonheur.

A post shared by Bien-être, Un Réel Mode De Vie (@carole.smile) on

J’adore suivre au quotidien son compte Instagram, car elle partage avec sa communauté la signification et les explications des différentes pierres, chakras, thème astral, etc. Carole vend aussi des pierres sur son e-shop et à des prix démocratiques !

De l’astrologie à mon thème astral

Depuis ado, j’ai toujours adoré l’astrologie. Je me souviens dans mes années au collège, tous les mercredis, je branchais ma radio sur NRJ Belgique et j’écoutais l’émission d’une heure avec l’astrologue Michaël MANDL. Avec ma meilleure amie, on passait notre temps sur les sites de magazines féminins à lire les horoscopes, comptabilités de signes. Encore aujourd’hui, je lis tous les jeudis, sur le site du courrier international, mon horoscope écrit par Rob Brezny.

En mai 2015, je rencontre une ancienne rédactrice-chef d’un média belge. Nous nous sommes vues au journal. Cette année-là, j’étais en pleine recherche d’une nouvelle orientation professionnelle. Je venais de quitter les bancs de l’unif à ULB en info-com’ et je me disais, mais mince, mon rêve de journaliste me file entre les doigts !? Cette rencontre avec cette ancienne rédac’ m’a fait un bien fou. (NDLR: A cette période précise, le webzine de Mademoiselle Ergo n’existait pas encore !)

Par la suite, nous avons gardé contact et c’est à ce moment-là qu’elle m’a fait part de sa passion pour l’astrologie et m’a proposé de réaliser une cartographie du ciel au moment de ma naissance, c’est-à-dire un thème astral.

Le thème astral est un réel outil qui vous sert de “guide” quand vous êtes dans une recherche de vous-même dans tous les domaines de votre vie (personnelle, travail, famille, santé, argent, destiné, etc). Ce n’est pas de la voyance, car le thème ne va pas vous dire tel ou tel événement va arriver le X/X/XXXX. Ce thème astral vous permet surtout d’en apprendre davantage sur vous-même, votre façon d’être, d’agir, de fonctionner, votre caractère.

Cet article vous plaît ? Épingle-le sur Pinterest 😉

Le thème astral s’effectue sur base de votre date, heure et lieu de naissance. Cette cartographie reprend les différents astres du système solaire au moment précis de votre naissance. Ce thème astral va donc vous donner des indications sur votre signe astrologique et votre ascendant, mais il est important de lire l’alignement des planètes avec les 12 maisons qui se rapportent aux différents domaines de la vie.  (Plus d’infos ici)

Réaliser mon thème astral a été en quelque sorte pour moi libérateur de pleins de peurs ou d’angoisses que j’avais avec moi depuis enfant. Je ne crois pas au hasard et je crois beaucoup au destin donc pour moi tout est écrit en ce qui concerne notre destinée, mais il nous appartient de prendre différents itinéraires pour arriver à la même destination.  Comme dit l’expression, tous les chemins mènent à Rome. Dans notre vie, c’est pareil. Et le choix de tel ou tel itinéraire n’appartient qu’à nous ! Je me suis sentie davantage en adéquation avec mes choix de vie. Je me suis dit OK je suis normal si je fonctionne comme ceci ou ressens cela. Je suis ravie et avec le recul, je garde en moi cette carte comme une boussole intérieure, dans les moments de doutes où quand je me sens parfois perdue, elle me guide.

Et vous dites-moi quelles sont vos rapports avec l’univers des pierres et de l’astrologie ? Vous y êtes sensible aussi ? Ce sont des univers qui vous passionnent ? Dites-moi en commentaire !

Lifestyle: Faire un tatouage ? J’sais pas, j’hésite !

Lifestyle: Faire un tatouage ? J’sais pas, j’hésite !

Avec l’été et les tenues plus légères, les peaux halées et bronzées font leur apparition mais aussi les tatouages pour ceux-ci qui ne sont pas apparent le reste de l’année. Et vous, vous êtes peut-être comme moi, vous avez envie d’avoir un tatouage sur la peau mais vous hésitez car en avoir un pour toute la vie… on réfléchit à deux fois! Mais j’ai la solution pour vous: les tatouages éphémères de la marque Sioou !

Photos par Rachel Nething – tous droits réservés

Comment fonctionne un tatouage éphémère ?

La marque française “Sioou” commercialise des tatouages éphémères ou encore nommé “bijoux éphèméres”. Sur leur site, vous retrouvez un très large choix de dessins ou de formes géométriques en couleurs, en paillettes ou en noir et blanc.  Les tattoos sont très facile à utiliser car il vous suffit de choisir le dessin que vous souhaitez, de retirer le film transparent. Déposer le tatouage sur la zone de votre corps choisie puis en 20 secondes avec une éponge et de l’eau, vous décalquer votre dessin sur votre peau.

Les produits de la marque Sioou ont été testés sous contrôle hypoallergénique et ils sont désignés en France.

[siteorigin_widget class=”Tribe_Image_Widget”][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class=”Tribe_Image_Widget”][/siteorigin_widget]
[siteorigin_widget class=”Tribe_Image_Widget”][/siteorigin_widget]

Combien de temps ça dure ?

Avant de vous en parler, je souhaitais les tester dans ma vie quotidienne et en vacances pour vous faire un retour objectif et complet ! Verdict ?  Dans ma vie quotidienne, les tatouages ont tenu une semaine. C’est-à-dire entre 5 à 7 jours avec une routine d’une douche par jour et en fonction de la partie du corps choisie.

Cet article te plait ? Épingle-le sur Pinterest 😉 Photos par Rachel Nething – tous droits réservés

Pendant les vacances, les tatouages ont tenu moins de temps entre 2 à 3 jours. Ce qui est logique car je suis allée au minimum 1x par jour à la piscine ou à la plage et j’avais une routine de 2 à 3 douche par jour.

Ils sont faciles à retirer aussi – si besoin – simplement sous la douche avec du savon doux et un petit gant “râpeux” ou un peu de matière grasse (huile d’olive ou autre, crème grasse…) pour aider à décoller le dessin.

Sioou, c’est aussi des tatouages éphémères personnalisables

La marque offre la possibilité de créer vous-même votre propre tatouage éphémères. Si le large choix du site ne vous convient pas, il ne vous reste plus qu’à créer le vôtre. Cette super option vous permet d’avoir un tatouage unique et personnel. C’est aussi une excellente idée pour faire un cadeau ou encore un tatouage symbolique avec les gens que vous aimez.

Plus d’infos, cliquez ici

A quelles occasions porter des tatouages éphémères ?  

Encore une question que j’entends souvent autours de moi, quand puis-je porter un tattoo ? La réponse est quand vous le voulez ! Pour un festival, en vacances, pour un EVJF ou EVJG, un baptême, un anniversaire, une soirée à thème, symboliquement en ayant le même que  vos amis, votre famille, votre conjoint(e), même un team building pourquoi pas. Bref au grè de vos envies car de toute façon, ils sont éphémères et se retire en un rien de temps – si besoin – donc pas de panique !

Testé et approuvé

Je vous recommande à 100% la marque Sioou. Le service de livraison est rapide et le rapport qualité prix est très intéressant car vous démarrez avec des tattoos à partir de 3,90 € pour une pochette de 5 tatouages éphémères. A ce prix-là, vous pouvez même vous permettre d’en louper un pendant votre pose ! La bonne tenue des tattoos en toutes circonstances n’est pas négligeable non plus.

 

Merci à Sioou pour cette belle collaboration et à Rachel Nething pour les magnifiques photos réalisées.

Suivre Sioou

SiteFacebookInstagram

 

Lifestyle: Je n’ai pas de seins et alors ?

Lifestyle: Je n’ai pas de seins et alors ?

Je n’ai pas de seins, genre pas du tout, à peine un petit A… J’ai espéré tout le collège et le lycée que mes seins décident enfin à pointer le bout de leur nez, je rêvais de pouvoir arborer sur la plage un magnifique bikini, de pouvoir porter de jolies robes bustier, et de pouvoir me regarder dans la glace sans détester mon corps. Mais à 18 ans toujours rien, que dalle ! J’ai donc fini par me rendre à l’évidence, je resterai une femme sans poitrine.

Et durant ces longues années, ce fût une réelle source de souffrance et de dégoût pour moi. Notamment à cause du regard que portaient les « garçons » sur moi (hummm la période de l’adolescence et de la puberté c’est tellement fun). Combien de fois j’ai entendu que je n’étais pas une vraie femme, que c’était moche, pas attirant…

Autant de réflexions qui m’ont fait penser que sans seins je ne pourrais jamais plaire, jamais être désirée. Au point que j’ai même envisagé de faire de la chirurgie esthétique à l’âge de 16 ans, puis à 18 ans.

corps

Être féminine sans poitrine

Jusqu’au jour où j’ai réalisé que mon corps de jeune et de femme en devenir avait été réduit à une paire de seins. Juste à ça. C’est aussi à cet instant que j’ai commencé à réaliser que je souffrais de mon image non pas car je ne m’acceptais pas dans le fond, mais car la société passait son temps à me renvoyer en pleine figure que pour être une femme (une vraie) il fallait avoir des seins (publicités, photos de magazine, lingerie…). Et elle n’avait pas formaté que moi à penser ça, elle avait aussi laissé croire aux futurs hommes, qu’une femme devait être grande, mince, avec de belles fesses rebondies, et au minimum un 85B.

J’avais failli me faire opérer, déformer mon corps naturel pour coller aux diktats d’une beauté hypothétique.

Alors j’ai décidé de m’aimer tel que j’étais. J’ai déconstruit petit à petit tous les schémas et barrières que je m’étais mises et qu’on avait décidé de me mettre. J’ai décidé de porter des bikinis et des robes bustiers, j’ai arrêté de mettre des soutiens gorge push-up (encore un formidable outil créé par l’industrie de la mode pour coller un peu plus à l’image de la « femme parfaite »), j’ai même arrêté de mettre des soutiens gorges (enfin presque à 100%), après tout dans ma situation à quoi bon en mettre ?!

poitrine

Et c’est alors qu’il s’est passé quelque chose de magique : plus je m’acceptais, plus j’apprenais à m’aimer et plus le regard des autres (des hommes) changeait à leur tour. Je pouvais tout à fait être féminine, attirante, sensuelle et désirée sans poitrine ! Et petit bonus : on m’a toujours regardé dans les yeux ahaha !

C’est dur, c’est violent de grandir et de devenir une femme épanouie et en totale acceptation de son corps dans cette société. Et bien souvent, trop souvent, nous devons nous battre pour affirmer ce que nous sommes, et ce que nous voulons être. Détruire les schémas préconçus le plus tôt possible, par l’éducation, est, à mon avis, urgent ! Combien ont été ébranlées durant leur puberté par des remarques, des préjugés, combien en gardent encore des séquelles ? (attention je ne dis pas que pour les jeunes hommes c’est moins dur).

Aujourd’hui, moi et mes petits seins on se porte bien. Mais j’avoue avoir parfois envie de crier aux femmes qui ne s’aiment pas, qui ne s’acceptent pas, qu’elles sont belles, et qu’elles méritent de s’aimer ! Peu importe leurs « défauts » peu importe les remarques et jugements.

Et surtout n’oubliez pas, notre corps est notre maison, il faut en prendre soin.

Cet article vous plaît ? Retrouvez tous mes autres articles sur mon blog:

cueillelejour.fr