Thomas Parmentier est le fondateur de FullTv, un média participatif 100% belge pour ne pas dire 100% carolo. Cet entrepreneur a décidé de montrer aux publics une autre image de sa ville en montrant grâce au support de la webtv toutes les actions et les concepts innovants positifs de sa région. Découvrez dans cette interview exclusive le portrait d’un entrepreneur énergique qui met les autres en avant !

Photos : Thomas Parmentier – tous droits réservés

«MADEMOISELLE ERGO» – Pouvez-vous nous expliquer le concept de FullTV ?

Thomas Parmentier – FullTV est un média participatif qui pose un regard de renouveau et d’avenir sur toute une région : Charleroi. La webtv créée par les jeunes et pour tous, propose toute l’année, depuis 2007, de nombreux reportages sportifs, culturels et festifs via les réseaux sociaux (Facebook et Instagram) et via sa chaîne YouTube : fulltvwebtv.   J’insiste sur le fait que nous ne faisons pas de journalisme.  Notre objectif est de mettre en avant toutes les initiatives positives de la métropole. FullTV vient de fêter ses 10 ans d’existence.  Cela représente plus de 5000 reportages.  Nous travaillons souvent en partenariat, comme avec Tarmac (webtv de la RTBF) avec qui nous venons d’entamer une collaboration.  FullTV ne cesse d’évoluer et de nombreux projets sont encore à venir…

Pourquoi avez-vous choisi de créer cette plateforme digitale ?

Nous passions une soirée entre amis et nous avons entamé une discussion sur Charleroi.  Nous avons constaté qu’il n’y avait que des reportages négatifs sur la ville.  Les médias ne parlaient que de délinquance, d’insécurité, de violence.  Nous n’étions pas d’accord, car nous étions convaincus que Charleroi ne se résumait pas à cela.  Nous avons donc décidé de montrer aux gens qu’il y avait aussi plein d’initiatives positives.  La question était : « Comment faire passer ce message au public ? ».  Nous avons d’abord pensé à une webradio, mais vu notre accent carolo, ce n’était pas la meilleure solution.  Le blog ?  Oui, mais nous n’étions pas spécialement des écrivains en herbe.  Nous avons finalement opté pour la webtv.

Qu’avez-vous suivi comme cursus académique ?

Je suis diplômé en sciences de gestion et j’ai fait mes études à Warocqué.

Qu’avez-vous fait à la sortie de vos études ?

J’ai d’abord travaillé quelques mois dans le privé, mais je me suis très vite rendu compte que ça ne correspondait pas à mes valeurs, mes attentes et mes envies pour ma vie professionnelle.

Comment vivez-vous le fait d’être entrepreneur ?

Je ne suis pas entrepreneur au sens propre, mais j’aide les jeunes à entreprendre.  Je suis à présent président de For’J, une fédération de Maisons de Jeunes et organisation de jeunesse.  Je développe essentiellement des projets avec mon équipe.  Un récent est « Mon Projet Pour Charleroi ».  Il consiste à aller à la rencontre des jeunes carolos de 16 à 25 ans dans les établissements scolaires ou dans d’autres lieux afin de susciter leur expression et les accompagner dans la formulation et la réalisation de leurs idées pour leur ville.

L’intention n’est pas de récolter des souhaits utopiques, mais bien de concrétiser des projets réalisables. C’est un projet qui a été lancé il y a un an environ et une trentaine de projets sont déjà en cours ou aboutis.  Nous recevons chaque semaine des jeunes pour les aiguillers, nous mettons à leur service les compétences dont nous disposons dans nos structures et si nécessaire, les orientons vers d’autres services ou partenaires.

Comment se passe une journée ou une semaine type avec vous ?

Alors… on va dire qu’une semaine représente énormément d’échanges, de rencontres, de réunions.  Chaque journée est diversifiée, en fonction des projets entamés ou futurs. J’ai un agenda bien chargé. J’ai en dehors de ma fonction de nombreux engagements dans des Conseils d’administration, de participation au sein de Charleroi.

Qu’est-ce qui vous plait le plus dans votre activité ?

La diversité et la collaboration avec mon équipe et les partenaires.  Mon activité n’existerait pas sans eux. J’ai toujours besoin d’innover, de me mettre en projet !

Quels conseils donneriez-vous aux gens pour se lancer dans la création d’un business ?

C’est assez comique, car nous réalisons des vidéos sur les jeunes entrepreneurs carolos et c’est une des questions que nous leur posons.  Je pense qu’avant tout, il faut croire en son projet et y mettre du sien pour le mener à terme.  Il faut également bien s’entourer et trouver les personnes ressources pour le réaliser.  Quoi qu’il arrive, il ne faut jamais baisser les bras !

SiteFacebookInstagramYoutube