Posted on: janvier 11, 2022 Posted by: Mademoiselle Ergo Comments: 0

C’est la question que l’on me pose souvent: comment je vis la différence entre l’univers du freelance et du salariat.  Après mes études, je me suis lancée comme freelance dans le secteur de la communication digitale à Bruxelles. Après mon expatriation à Cannes, je suis retournée dans le monde du salariat. Aujourd’hui, je peux davantage répondre à cette question et vous partager mon témoignage.

 

Préambule : Il est important de bien connaître son mode de fonctionnement, ses besoins et ses envies. Il n’y a pas de meilleur modèle. Il existe juste plusieurs façons de faire et qui peuvent changer à tout moment. 

 

3 ans de freelance 

Je me suis lancée par la force des choses, parce que l’univers du salariat en Belgique ne m’ouvrait pas ses portes. Ce n’était pas faute d’essayer (le site de Mlle Ergo et sa catégorie – emploi – peuvent en témoigner). J’ai eu le déclic lors d’une conférence sur les réseaux sociaux animée par Valentine Helsmoortel chez TOPOS Louise. J’ai compris que je pouvais moi aussi me lancer comme community manager freelance et démarcher mes premiers clients. J’ai sauté le cap grâce au système de portage salarial avec la SMart Belgique (toutes les infos ici ), le statut d’auto-entrepreneur n’existait pas en Belgique. Je voulais démarrer avec une alternative qui limiterait les investissements en cas de non-réussite de mes clients.

La première année était la plus intéressante parce que vous avez ‘la niaque du début’ et de l’énergie à revendre, Mlle Ergo m’apportait aussi un laisser passer pour ouvrir des portes et agrandir mon réseau. Le bouche à oreille a bien fonctionné et j’ai accumulé mes premiers contrats. J’ai appris à gérer mon temps, à connaître ma valeur sur le marché en tant que freelance et surtout être ma propre boss. Le rêve.

La deuxième année était dans la continuité de la première et le réseau s’agrandit de jour en jour. C’est à l’été 2018, que j’ai ressenti pour la première fois, le besoin de vraiment ralentir et de vivre davantage pour moi. Je ressentais aussi les prémices de mon envie d’aller vivre ailleurs… Cannes était toujours ma maison de vacances et c’était chaque fois le déchirement quand il fallait rentrer en Belgique.

La troisième année était la plus difficile parce que les résultats obtenus n’étaient pas à la hauteur de l’énergie investie depuis 3 ans avant entre le média et mon activité de freelance. J’ai eu moins de clients et je suis tombée sur des mauvais pour ne pas dire toxiques qui m’ont fait l’effet d’éteindre ce petit feu ardent à l’intérieur de moi. J’ai compris qu’il serait temps pour moi de faire un choix : celui de retourner dans le salariat.

 

Le salariat sous le soleil 

Photo: Rachel Nething – tous droits réservés

Ma décision était donc prise, j’allais partir vivre sous le soleil et trouver un CDI serait l’unique but. Août 2019, ma première expérience de salariée tombe (il faut dire que j’avais été formée en alternance dans une agence de presse donc cela m’avait donné un aperçu) et me voilà à réapprendre à fonctionner en équipe, à avoir des managers au-dessus de moi, à devoir respecter des procédures, et surtout à oser dire ce que je pense quand le moment était opportun. Je ne suis plus seule à bord et l’entreprise pour laquelle je fournis de mon temps, de mes compétences et de mon énergie n’est plus la mienne donc au début, j’ai eu difficile à ne pas tout prendre à cœur.

Aujourd’hui, mes différentes expériences dans le salariat, avec des postes et secteurs différents, m’ont fait évoluer. Et je suis plutôt satisfaite du résultat.

 

Freelance vs Salariat 

Temps L’avantage du freelance, c’est la flexibilité dans les horaires, la gestion du temps. La liberté de pouvoir respecter son propre rythme. Le salariat impose un cadre avec des heures et des horaires définis. Il n’y a pas la même liberté que dans le freelance.
Équipe ou seul  J’étais seule maître à bord et ce n’est pas forcément quelque chose de facile sur la durée. Avec le recul, je me demande souvent si l’aventure n’aurait pas été plus rentable si j’avais été accompagnée par une équipe ou un.e associé.e Vous êtes entouré.e de collègues, de managers, d’une hiérarchie. Quand il y’a une belle dynamique mode team-player, c’est hyper agréable mais si le cas inverse, cela peut vite devenir un enfer.
Salaire  Les rentrées sont aléatoires. Il faut bien savoir gérer son budget et toujours être dans l’anticipation des prochains mois, on ne sait jamais. Le salaire fixe tous les mois apporte une tranquillité d’esprit à laquelle on s’habitue vite.
Congé Il n’y a pas vraiment de congé et de plus si vous ne travaillez pas, vous n’avez pas de rentrée financière. Il est aussi nécessaire surtout quand on démarre de s’imposer des temps off. Parce qu’on a vite tendance à se laisser déborder et à bosser tout le temps jour/nuit/7 jours sur 7. Les congés sont payés et les week-ends sont des week-ends. Bref on ne vit que pour ça… l’arrivée du temps libre (souvent).

Ceci est un bref récapitulatif des grandes différences entre les deux univers.

 

L’arrivée du télétravail en 2020

 

Le seul avantage de la crise sanitaire a été la démocratisation du télétravail dans divers secteurs et entreprises. Il est vrai que ce système ne convient pas à tous. Pour ma part, comme j’ai été freelance et que je bossais 90% du temps chez moi. J’ai toujours adoré le télétravail. Si je pouvais avoir un job de salarié en full-remote, je ne dirais pas non !

Mais il manque le lien social, et nous restons des êtres sociaux qui ont besoin d’interaction. Je pense que cette nouvelle pratique pourrait être intéressante à terme, si elle est répartie sur une partie de travail à domicile et une partie au bureau ou dans un espace de coworking (même quand vous êtes freelance, je vous le recommande vivement !!!)

Ce mix des deux permet de garder le lien social, tout en préservant un peu la planète de nos déplacements domicile-travail et de créer/garder des synergies.

 

A mon sens, il n’est pas envisageable de vous dire si il y’a une formule mieux que l’autre. Je pense qu’il faut savoir s’écouter et connaître son mode de fonctionnement. Il y’a aussi des périodes qui sont préférables pour entreprendre ou être salarié.e, c’est avant tout important d’écouter votre coeur et de suivre ce pourquoi vous êtes fait. Il n’est jamais trop tôt ou trop tard. Le plus important c’est d’essayer et n’avoir aucun regret en cas de non-résultat. N’hésitez pas à partager en commentaires vos expériences !

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.