Valentine, c’est une douceur comme son joli compte instagram que vous avez sans doute déjà vu passer. Elle est devenue une digitale experte freelance dans le domaine des réseaux sociaux et du webdesign. Valentine fait aussi partie du réseau “Wonder Women” des femmes entrepreneurs belges qui réussissent le mieux de sa génération. C’est une femme dynamique, travailleuse assidue et d’une gentillesse à toute épreuve! Découvrez son portrait au travers d’une interview accordée pour le webzine de Mademoiselle Ergo.

Photos: Valentine H – Instagram

«MADEMOISELLE ERGO» – Peux-tu nous décrire ton parcours scolaire en supérieur ?

Valentine Helsmoortel – J’ai débuté à l’université libre de Bruxelles en histoire de l’art pendant 2 ans. Je trouvais cela intéressant, mais je ne voyais pas vraiment de déboucher par la suite, puis le système universitaire ne me convenait pas. J’ai décidé de me réorienter en haute école (ISFSC) en communication. Le système en haute école me convenait beaucoup plus avec des petites classes où tout le monde se connait. J’ai eu mon bac après mes 3 années. Ne voulant pas aller bosser directement et pas non plus l’envie de continuer en master. Je suis partie 6 mois en Angleterre, où j’ai étudié le webdesign dans une école privée et j’ai perfectionné également mon anglais. Ce fut une très belle expérience, car nous étions qu’une dizaine en classe pour apprendre. Par la suite, j’ai débuté ma carrière comme employé dans une boite de vêtement et je suivais en soirée des cours en marketing digital à l’Ichec. De plus, voulant me perfectionner sans cesse, j’allais aussi suivre des cours les samedis matin au CEPEGRA en web développement.

 Peux-tu nous parler de ton métier de digitale experte?

J’ai deux casquettes: la première en communication digitale et la seconde en graphisme/webdesign. Dans la partie communication, je suis amenée à gérer les réseaux sociaux pour mes clients ainsi que de l’emailing ou à développer des stratégies de communication orientée web. La partie créative est la création de sites web, de refontes de site. Je suis quelqu’un d’assez polyvalente et je peux donc proposer à mes clients un package full service.

 Pourquoi as-tu décidé de devenir indépendante et comment vis-tu le fait d’être indépendante?

Quand j’ai commencé à travailler en agence, je me suis très vite rendue compte que je ne pourrais pas faire de la communication et de la création web en même temps. Nous sommes très vite liés par l’une ou l’autre fonction. Cela m’ennuyait un peu de rester qu’avec une seule casquette. J’ai donc décidé de me lancer à mon compte afin de pouvoir offrir aux particuliers et indépendant des services variés axés sur mes domaines de compétences.

Pourquoi avoir créé “Cheese and Wine” ton agence créative et ton blog “The Cherry on the Web”?

Cheese and Wine est le site de mon agence créative qui permet de présenter mes services en tant qu’indépendante. Il n’est plus très à jour d’ailleurs (sourire) mais je suis en réflexion pour voir si je le renouvelle ou bien si je le réoriente, car les gens ne savent pas toujours que c’est moi. C’est très important que les internautes de nous identifier directement en tant que personne.

J’ai créé mon tout premier blog quand j’étais ado, ou je racontais ma vie et je donnais également des conseils/tutos pour Photoshop et l’HTML/CSS. A l’époque, la blogosphère était complètement différente de maintenant. J’ai arrêté ce blog quand je suis rentrée à l’université. J’ai toujours eu envie de recommencer. Quand je me suis lancée comme freelance, j’avais pas mal de temps libre au début donc j’en ai profité pour lancer un nouveau blog. Au départ je ne savais pas trop où aller au niveau de la ligne éditoriale. Petit à petit, je me retrouve à faire ce que je faisais il y a 15 ans : des tutos et des conseils + raconter ma vie (de freelance cette fois-ci) 😉 Je ne sais pas trop comment le blog va évoluer. Pour l’instant, je garde surtout la notion de plaisir sans me prendre la tête.

Peux-tu nous parler de ton nouveau projet “Online Succes with Valentine”?

Online Succes with Valentine est site qui proposera début 2017 des formations en ligne avec des thèmes comme les réseaux sociaux, le webdesigns, le graphisme, la communication digitale. Ce site est destiné aux femmes entrepreneures de 30 à 50 ans qui souhaitent booster leur business grâce au webmarketing. Pour l’instant, c’est un site qui regroupe des articles avec des astuces pour comment augmenter en visibilité sur le web. Par la suite, je voudrais développer davantage de formations en ligne payante ainsi que des séminaires ou ateliers sur plusieurs jours. J’ai eu ce déclic en avril 2016 grâce à ma rencontre avec Florence Blaimont, fondatrice du réseau “Wonder Women” en Belgique, le réseau des femmes entrepreneures. Elle m’avait contactée pour la gestion de ses réseaux sociaux et c’est ainsi que j’ai intégré le réseau WoWo, ce qui a été un bon accélérateur pour mon carnet d’adresses.

Comment se passe une journée ou une semaine type avec toi?

Je n’ai pas vraiment de journée ou semaine type. Je travaille de chez moi donc j’essaie toujours d’être prête pour 9h derrière mon ordi afin de répondre à mes mails et de commencer les différentes tâches liées à mon travail. Mon agenda va varier en fonction des rendez-vous et/ou lunch avec mes clients. Je suis quelqu’un qui regroupe mon travail par tâche donc par exemple tous les lundis matin, je programme tous les posts facebook pour les pages de mes clients. J’essaie de dégager du temps en fin de semaine pour ma partie business avec le développement de mon site “Online Succes”. Je peux aussi tout fait rester 2,3 jours sur la création d’un site puis le lendemain faire du community management.

Comment te vois-tu dans 5 ans et quelles sont tes projets/rêves futurs?

J’aimerai beaucoup voyager. Étant donné que mon job me demande que d’avoir un ordinateur et une connexion internet, je peux travailler facilement de n’importe quels lieux. Je me vois toujours dans le web après nous verrons de quelles manières, il aura évolué. J’espère aussi que mes formations en ligne et les séminaires/ateliers auront du succès.

Quels conseils donnerais-tu aux jeunes qui souhaitent se lancer en tant qu’indépendant ou dans la création?

Mon tout premier conseil est d’avoir confiance en soi et d’arrêter de croire que les choses sont difficiles. Beaucoup de gens n’osent pas uniquement à cause de cette raison. Ensuite, je dirais que c’est important de savoir déléguer, mais aussi ne pas avoir peur de se former continuellement en suivant des séminaires par exemple. Enfin, de trouver bon réseau comme les Wonder Women et savoir s’entourer avec des mentors. Dans mon cas, des personnes comme Florence Blaimont ou la coach Caroline Bachot m’ont beaucoup conseillée et soutenue dans mon dernier projet.