dashblog logo
Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Orientation: Les études de Fashion Business à l’ESMOD

L

aura Libert, étudiante en dernière année à L’ESMOD/ISEM de Roubaix nous livre sa vision de la mode et sur son cursus supérieur en Fashion Business. Elle a accepté de répondre aux questions de Mademoiselle Ergo pour une interview exclusive. Vous êtes prêt pour découvrir le profil de la future Olivia Palermo version belge?

 

«MADEMOISELLE ERGO» – Comment as-tu découvert ESMOD?

Laura Libert – J’ai découvert Esmod au salon de l’étudiant à Tournai, j’y avais été avec ma meilleure amie alors qu’on était seulement en 5ème secondaire mais on voulait déjà absolument savoir ce qui nous attendait pour la suite ! J’étais partie en me disant que rien ne me plairait, je savais que je voulais directement rentrer dans le monde de la mode mais qu’il était impossible d’entamer directement des études de commerce spécialisées dans la mode en Belgique. Il fallait d’abord choisir des études de marketing, journalisme ou autre et ensuite faire un master Fashion Business.

Mais c’est alors que… je suis tombée sur le stand de l’école, située en France, et quand j’ai découvert qu’une section Fashion business existait, j’ai directement foncé et je me suis directement inscrite ! J’ai fini mes secondaires et j’ai enfin pu rentrer dans l’école DE MES RÊVES

Peux-tu nous parler de tes études et quels options as-tu choisi ?

Comme je l’ai dit précédemment, j’ai donc choisi l’option Fashion Business. Il y a 2 grandes sections à l’ESMOD : Le stylisme (ESMOD) ou le Business (ISEM). N’étant pas spécialement hyper douée en dessin et ne m’intéressant pas vraiment à la création, cette option était parfaite pour combiner ce que j’aime : Mode et Commerce.

En ce qui concerne les cours, tu peux trouver ici une photo d’un exemple de planning type qu’on suivait. Les cours ont été très variés et super intéressants pendant les trois années. Il y avait bien-sur les bases comme le marketing, la communication, le droit, la gestion financière mais aussi les ateliers et cours « créadis » : sur les tendances, les différents marchés, le visual merchandising, l’histoire de la mode et bien d’autres encore !

Et comment as-tu su que c’était ce type d’étude que tu voulais faire et pas autre chose?

Quand j’ai découvert les cours qu’on pouvait suivre pendant les 3 ans, aucun ne m’a paru inintéressant ou inutile… AUCUN ! J’ai directement su que c’est ce qui allait me plaire. Et ça a été le cas.

 Peux-tu nous décrire une journée (ou semaine) type à ESMOD?

Alors celle que je vais vous décrire, c’est bien-sûr la semaine MODE (2 par ans) pendant laquelle on visite des musées, on part en city-trip, on participe à des conférences ou on va voir des films comme Yves Saint Laurent au cinéma !

La première année, on est tous partis à Paris pour visiter l’expo Cartier au grand palais, c’était top !

Quels conseils donnerais-tu à d’autres étudiants qui souhaitent faire ton école?

Soyez curieux & motivés ! Il faut pouvoir passer du temps à analyser ce qu’il se passe autour de nous, les nouvelles actus, nouvelles collaborations, nouvelles tendances… Préparez vous à passer des heures de votre vie sur Instagram & Pinterest. Je vous rassure, ce n’est pas atroce et votre vie sociale n’en souffrira pas.

Y’a-t-il des examens d’entrée, dossier d’admission et à combien vaut une année académique? Qu’est-qui justifie ce prix selon toi?

Quand je suis rentrée à l’ISEM il y a 3 ans, j’ai dû passer un test d’entrée qui consistait à analyser et donner son point de vue à propos de ce qu’il se passait à ce moment là dans le monde de la mode et à décrire des silhouettes. Un test qui était donc assez personnel mais qui suffisait à montrer que vous vous y connaissiez ou pas.

Aujourd’hui, cela a un peu changé car en plus du test écrit, vous devez remettre un dossier complet que vous préparez pendant les vacances.

En ce qui concerne le prix d’une année à L’ISEM, elle revient à 9000 euros donc 27 000 euros les trois ans. Ce qui justifie ce prix, c’est la qualité des cours et surtout celle des professeurs (intervenants) ! Ils sont beaucoup à venir de Paris le matin et à repartir le soir.

Je dis intervenants car leur fonction première n’est pas celle de prof, ce sont tous des personnes qui travaillent dans des entreprises et partagent avec nous leurs connaissances et surtout la réalité du métier ! Le point fort, c’est qu’en plus de la théorie, on a la pratique qui va avec.

Tu es en dernière année, avec le recul es-tu contente de ton choix? Comptes-tu faire un master?

Tout a fait, j’ai terminé les examens en mai. Mais ce n’est pas encore tout à fait fini ; Pour valider la dernière année, il faut effectuer un stage de 6 mois dans le domaine de son choix, et présenter un travail de fin d’études devant un jury en novembre, qui sera la clé de notre diplôme.

Le travail de fin d’études consiste en fait à créer une ligne de produits pour une marque déjà existante, et à constituer un dossier complet qui permettrait de commercialiser les produits.

Ça part donc d’une analyse du marché jusqu’à la création des dessins techniques, de la communication qu’on créera autour des produits ou encore de leur packaging… Un travail qui nous prend une année complète.

Mais malgré tout ce boulot, je suis vraiment contente de mon choix et de ces 3 années passées à cette école. Je me suis fais des amies en or, j’ai appris beaucoup de choses et je suis enfin prête à entrer dans le monde du travail 😀

NB : je ne ferais pas de master car je trouve personnellement que la formation qu’on a suivie est assez complète pour travailler dans le domaine que j’aime.

Que souhaites-tu ou que vas-tu faire comme métier ou domaine dans lequel tu vas/veux travailler ?

Je suis actuellement stagiaire dans une agence de communication qui s’appelle Top Secret Communication. Je m’occupe du Community Management, c’est-à-dire que je gère l’image des marques sur les réseaux sociaux en travaillant principalement avec des influenceurs sur Instagram. C’est SUPER intéressant et je pense que j’ai enfin trouvé le job qu’il me fallait vraiment.

Le top serait que je sois embauchée à la fin de mon stage, il reste donc plus qu’à prouver de quoi je suis capable et à croiser les doigts !

share
0

No Comments Yet.

What do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.