InterviewsVidéos

Orientation: Le métier d’Avocate version 3.0 par Alexiane Wyns

Avez-vous déjà rencontré une avocate 3.0 ? Si pas, je vous présente Alexiane Wyns, avocate au Barreau de Bruxelles en droit de l’entreprise au service des start-ups et PME. Cette lawyer-girl nous présente quotidiennement une nouvelle vidéo sur sa chaine Youtube pour rendre les grands principes du droit accessibles à tous! Une femme engagée, à l’écoute de ses clients, curieuse et d’une ouverture d’esprit dehors de toutes conventions. Découvrez le portrait d’Alexiane Wyns dans une interview exceptionnelle accordée à Mademoiselle Ergo.

Photos: Alexiane Wyns – tous droits réservés

 

«MADEMOISELLE ERGO» – Pouvez-vous nous décrire votre métier d’avocate?

Alexiane Wyns – Je suis avocate depuis 2011 et je me concentre sur le droit de l’entreprise, c’est-à-dire tout ce qui touche au droit des sociétés, droit commercial, droit du travail, à la propriété intellectuelle, etc. Du coup, je travaille avec une clientèle composée principalement de PME, de start-ups, d’indépendants et de sociétés étrangères qui sont actives en Belgique.

On imagine souvent que les avocats vont plaider tous les jours mais ça c’est la partie dédiée aux litiges. Il y a aussi tout un côté consacré au conseil, à l’accompagnement et à la stratégie.

Quel est votre cursus scolaire en supérieur?

Après ma dernière année d’humanité, je suis partie une année en Chine à l’Université Normale de Pékin pour étudier le chinois et la culture chinoise. En rentrant de Chine, j’ai commencé mes études à Saint-Louis à Bruxelles avec un baccalauréat  bilingue français/anglais en droit. Après j’ai poursuivi mes études avec un master en droit de l’entreprise à l’UCL.

Qu’avez-vous fait à la sortie de vos études?

J’ai tout de suite commencé à travailler. Déjà pendant mes études, j’avais fait des stages dans des cabinets d’avocats. Je voulais tellement être avocate et j’ai fait mes études de droit vraiment pour cela. J’étais trop impatiente de commencer mon stage au barreau. J’ai immédiatement trouvé un stage au barreau de Bruxelles. Pour devenir avocat, après les 5 années d’études supérieures en droit, il faut réaliser un stage de 3 ans rémunéré auprès d’un maitre de stage, qui est un avocat expérimenté. Pour ma part, j’ai effectué mes 3 ans de stage dans un cabinet spécialisé  avec la Chine et j’ai pu travailler dans ce pays pendant une durée de 3 mois dans le cadre de mon stage.

Quel a été le déclic pour vous lancer à votre compte?

Après mon stage j’ai changé de cabinet et je me suis spécialisée en droit de sociétés. J’ai travaillé comme collaboratrice dans le département Corporate/M&A dans un cabinet anglo-saxon. Je voulais développer ma clientèle car quand on est avocat, on est d’office sous statut d’indépendant. Je me suis dit, étant indépendante, si je ne travaille que pour le cabinet, c’est risqué économiquement. De plus, lorsque je travaillais pour ce cabinet, je me suis rendue compte que j’appréciais beaucoup travailler avec les start-ups. Mon envie de développer ma clientèle était trop forte et j’ai commencé à avoir des clients qui me contactaient par le bouche à oreille. J’ai donc démissionné en juin 2016 et j’ai lancé mon propre cabinet en juillet 2016.

 

Pourquoi avoir décidé de créer une chaine Youtube?

C’est une idée qui s’est développée au fur et à mesure. Au début, j’ai démarré en rédigeant des articles juridiques sur le blog de mon site web. Les sujets traités étaient assez efficaces et en parallèle j’ai lancé des workshops sur des thématiques juridiques comme par exemple, comment récupérer ses impayés? ou les nouveautés du crowdfunding. Je me suis rendue compte qu’il y avait beaucoup de règles et astuces juridiques que les participants ne connaissaient pas mais qui sont pourtant utiles au quotidien.

Puis, une personne qui a assisté à mes workshops m’a dit: « Alexiane, c’est génial ce que tu fais, pourquoi tu ne ferais pas des vidéos ? ». À l’époque, je n’y avais jamais pensé, ça a attisé ma curiosité mais je restais réticente à cause de toute la partie technique. Finalement, j’ai vu beaucoup de personnes autour de moi faire et regarder des vidéos. Au mois de mars 2017, j’ai décidé de créer une chaine YouTube. J’ai commencé à me former en ligne pour savoir comment faire des vidéos et réaliser le montage. J’ai lancé ma chaine mi-juin et je poste une vidéo par jour du lundi au vendredi. Le but de cette chaine, c’est de rendre le droit accessible et que chacun puisse comprendre le droit plus facilement.

Qu’est-ce qui vous plait le plus dans le fait d’être indépendante?

Ce qui me plait, c’est d’être mon propre patron. J’ai toujours beaucoup d’idées, je m’intéresse à plein de choses et j’ai toujours 3-4 projets en cours en même temps. L’avantage d’être son propre patron est de ne pas devoir  demander l’avis d’autrui. Si j’ai envie de faire quelque chose d’innovant,  je suis seule à prendre les décisions. Comme par exemple, pour créer ma chaîne YouTube, je n’ai dû demander l’avis à personne. Si un projet me plait, je suis mon intuition et comme je fais ce que j’aime, ça se ressent.

Comment se passe une journée type avec vous?

Je me lève à 6h du matin et je pratique une séance de « Miracle Morning ». Je fais de la méditation, des exercices physiques, de la lecture et de la visualisation positive de ma journée.

Vers 9h, j’arrive au bureau et je travaille sur mes dossiers.  Si j’ai des audiences, je vais au Palais de justice. Ensuite, vers midi, je réalise et tourne ma vidéo. Puis, je fais le montage de ma vidéo de la veille en plus de la publication sur YouTube et sur les réseaux sociaux. Je regarde mes mails 3 fois/jour. En fin de journée, je rentre chez moi diner avec mon compagnon, et parfois je vais à un événement de networking qui m’intéresse.

Quels sont vos rêves ou futurs projets?

Mon rêve est inspiré de « la semaine des 4 heures » de Tim Ferris et du concept de « digital nomade ». J’aimerais bien devenir une « avocate nomade » en optimisant la technologie au service de mon cabinet, me permettant ainsi de  pouvoir travailler de n’importe où de façon très flexible.

Quels conseils donneriez-vous à des jeunes qui souhaitent se lancer?

Tous les jeunes doivent de toute façon à un moment donné se lancer dans la vie, que ce soit en indépendant ou employé. Ce que je conseille toujours aux personnes que je connais, c’est que si tu n’as pas d’idée de ce que tu veux faire, pars de ce que tu aimes. Exemple, si tu aimes le sport, renseigne-toi sur tous les business en rapport avec le sport et rencontre des personnes qui sont dans ce domaine-là. Il n’y a pas que les sportifs, il y a plein d’équipes autour d’eux et c’est un secteur très large qui rassemble une grande diversité de talents. C’est la même chose dans plein de secteurs économiques. En ce qui concerne les entrepreneurs, s’ils croient en leur projet, il faut oser se lancer et ne pas avoir peur. Il faut aussi croire en soi, développer des compétences personnelles et croire que ça va réussir. Evidemment, il n’y a pas de secret :il faut être prêt à beaucoup travailler et être persévérant.

SiteYoutubeFacebookTwitterLinkedIn

Mademoiselle Ergo

Mademoiselle Ergo

Fondatrice & Rédactrice en chef
Suite à un changement d’orientation, Florence décide en juin 2015 de créer le webzine de Mademoiselle Ergo. Passionnée par l’écriture et les contacts humains depuis toute petite, Florence souhaite partager sa vision du monde avec ses lecteurs. Parallèlement au webzine, elle s'est lancée comme copywriter et social media freelance avec The Studio.

Leave a Response

WP-Backgrounds Lite by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann 1010 Wien