Clement Salon est un salon de coiffure situé à 5min du canal  “Tour & Taxis” de Bruxelles. C’est digne d’un petit cocon dans un écrin de verdure que Clement nous reçoit pour chouchouter et sublimer nos cheveux. C’est lors d’une entrevue exclusive accordée à Mademoiselle ERGO que Clement s’est confié sur son parcours de Lille à Mumbai jusqu’à Bruxelles et sur son magnifique métier qu’est le monde de la coiffure.

Photos : Clement Salon – tous droits réservés

Un après-midi de novembre, il fait très beau dehors, je me gare proche de l’adresse indiquée et j’appelle Clement car je ne suis par certaine de trouver. Celui-ci m’accueille dans une ancienne maison bruxelloise quand soudain, j’entre dans l’univers de Clement… une bulle hors du temps, un endroit cosy, un petit cocon de douceurs. L’énergie et la bienveillance qui se dégage de Clement me mettent de suite à l’aise. Nous démarrons l’interview avec un petit thé à la main et je lui pose mes questions.

Directement on ressent toute l’intelligence émotionnelle et l’univers de Clement dans sa manière d’aborder les choses, son parcours et la vie en générale. Je me sens transportée dans une autre dimension dans laquelle on se sent tellement bien.

L’interview touche à sa fin quand Clement m’invite à prendre place et à m’installer confortablement pour découvrir le rituel ayurvédique avec un massage du cuir chevelu d’une quinzaine de minutes avec l’huile “Indian Ayurvedic Hair Oil” de Dayna Paris|India. Ce massage permet de nourrir en profondeur mes cheveux (du cuir chevelu aux pointes) et en même temps de détendre le haut du corps (la tête, la nuque). Pendant ce massage, Clement ne parle pas avec ses clientes pour que celles-ci puissent vivre un moment de détente et de relaxation quasi méditatif. (NDRL: Pour ceux qui me connaissent bien, vous savez combien, je suis très mauvaise en méditation, relaxation et lâcher prise mais ici l’effet est garanti.)

Ensuite, Clement rince et lave mes cheveux avec un shampoing naturel de la gamme “This Green by Hairborist” et après nous passons à la partie coupe. J’avais besoin de changement et je me suis donc laissée couper une frange après une petite réflexion mutuelle pour s’assurer que ça irait bien avec la morphologie de mon visage et un bref rafraichissement de mes pointes. Un séchage et voici ma nouvelle coupe :

Je suis ULTRA satisfaite de ma nouvelle coupe et des soins prodigués par Clement. Au-delà d’un simple passage chez le coiffeur, il y’a aussi une belle rencontre humaine. Nous avons discuté de sujets liés à l’ayurvéda, aux doshas, à l’environnement, l’écologie, la médecine alternative, des voyages.. la liste est longue tellement les sujets étaient passionnants. Je vous recommande le salon de Clement les yeux fermés.

L’interview :

«MADEMOISELLE ERGO» – Pourquoi êtes-vous devenu coiffeur ?  

Clement Vannoye – J’ai démarré mes études de coiffure à 22 ans après un premier cursus d’architecture du paysage à Lille en France d’où je suis originaire. Je voulais déjà être coiffeur depuis l’âge de mes dix ans, mais mes parents, à l’époque, préféraient que je m’oriente vers d’autres types d’études. En France, les études de coiffure se déroulent sur 3 ans en alternance. J’ai été en apprentissage chez Philippe Gonay à Lille où je suis resté quelque temps. Ensuite je suis allé travailler à Paris comme coiffeur studio avant de venir travailler dans un salon bruxellois connu.

Je suis ensuite parti en Inde pour le travail en juillet 2015. L’Oréal India m’a proposé de partir à Mumbai pour une mission d’un an afin d’encadrer les futurs formateurs de l’Académie. Petit à petit et en plus de ma mission pour l’Oréal, j’ai commencé à collaborer avec Bollywood. Grâce à la découverte de cet univers et de nouveaux contacts, je me suis initié et formé aux soins ayurvédiques. En rentrant, je ne me voyais plus exercer dans des salons traditionnels, utiliser les mêmes produits qu’avant. Je n’étais plus dans ce mood-là. Je voulais attirer les gens autrement qu’avec une vitrine. Je voulais proposer un nouveau concept qui me ressemble. « Clement, coiffure & soins naturels » est né.

Et en quoi consiste votre métier ?

Accueillir, écouter, conseiller ! En tant que coiffeur, ce que j’aime le plus, c’est l’effet “avant/après”. J’aime le fait de m’occuper de quelqu’un, d’en prendre soin, d’égayer un peu sa journée, de l’écouter, de lui permettre un moment de détente. Le fait aussi de l’embellir évidemment. C’est fou comme une nouvelle perception de soi peut changer complètement l’énergie d’une personne.

J’ai déjà eu des questions comme: “ce n’est pas embêtant de faire tout le temps la même chose?” et je réponds : Non, car chaque client étant unique, je vis des expériences nouvelles chaque jour.

C’est un métier qui évolue sans cesse, je n’exerce plus mon métier de coiffeur comme je l’ai appris, il y’a 10 ans. Aujourd’hui, je travaille davantage dans le sur-mesure avec ce côté “exclusif” , ce qui ne veut pas dire que mon salon n’est pas accessible à tous, simplement  j’ai envie de pouvoir prendre le temps de m’occuper des clients et d’être à l’écoute de leurs besoins et leurs envies.

Quels sont les services que vous proposez au salon ?

–       Les forfaits coupe/séchage : soin sur cheveux secs-shampoing-coupe-brushing.

–        Les soins bien-être : le rituel ayurvédique, la détox à l’argile verte, la crème de karité et le masque de henné neutre.

–        La coloration alternative sans ammoniaque ni PPD. Les huiles essentielles ont remplacés les substances allergisantes.

–        La coloration 100% naturelle composée de poudre très fines de pétales, de pistils de fleur, d’épices et de plantes pour colorer le cheveux tout en le soignant.

–        Le balayage alternatif sans ammoniaque, à base d’argile, de maïs et de protéines de soie.

–        La mise en beauté : chignon, coiffage, formule mariage.

–        Il y a également un espace boutique qui met en avant des marques éthiques comme This Green by Hairborist (Belgique), Daynà Paris India (France) et bien sûr « Clement les produits », gamme ayurvédique sur-mesure développée à la main dans le salon.

Comment vivez-vous le fait d’être indépendant avec votre propre salon ?

Je suis quelqu’un d’assez indépendant déjà dans mon tempérament et je pense que c’est aussi pour cela que je l’ai fait. Dans mes précédents postes, j’ai démarré comme apprentis jusqu’à devenir manager d’équipe. Mes différentes expériences ont été très formatrices. Cependant faire du management était devenu un peu frustrant car je n’avais pas la satisfaction de faire tourner ma propre entreprise.

Actuellement, je travaille seul dans mon salon donc c’est encore un autre état d’esprit et une autre dynamique que si je devais diriger mon propre staff. J’ai acquis de nouvelles compétences.

Il y a évidemment en contrepartie énormément de boulot et on est seul à tout faire. Dans mon cas par exemple, quand je ne suis pas dans le salon, je varie mes activités. Je dois m’occuper de ma comptabilité, réaliser les commandes de produits/soins pour le salon, nettoyer et ranger les serviettes et le reste du matériel du salon, s’occuper de la prise des rendez-vous clients, la com’.

J’ai l’avantage que mon salon se situe dans ma maison où je vis avec mon mari ce qui permet un gain de temps et réduit les charges.

Cette interview te plait ? Épingle-là sur Pinterest ! 😉

Comment se passe une journée ou semaine type avec vous ?

Les journées sont assez variables en fait.  J’accueille les clients et leur propose les différents services : soins, coupes, coloration alternative ou végétale, massages, mise en beauté…

Si mon planning le permet, je crée également des cosmétiques bio mêlant huiles végétales et combinaisons de plantes que je propose à la vente pour des cheveux fortifiés, doux et brillants au naturel. Ma gamme comprend 3 shampoings solides ayurvédiques pour les différents types de cheveux, une poudre désincrustante visage et une huile miraculeuse pour cheveux et corps.

Il m’arrive également de travailler à l’extérieur pour des shootings mode et des défilés.

Mon horaire de travail, c’est du 9h-20h et parfois sur demande, je réalise également des nocturnes en fonction du calendrier lunaire. Ce sont en général des journées très intenses.

Quel est votre recette ou mantra dans les moments “down” ?

Je fais beaucoup de méditation et de la pleine conscience depuis mon année à Mumbai. Je n’ai pas de routine fixe, mais je fais au minimum 3 séances par semaine au feeling. Je m’écoute beaucoup et en fonction du planning et de mes impératifs, je m’octroie toujours du temps pour mes moments de médiation et de Yoga.

Mon boulot m’aide beaucoup aussi, car j’ai la chance de vivre de ma passion. Je me dois de prendre soin de moi pour pouvoir offrir un accueil chaleureux et relaxant dans une atmosphère zen et cosy. C’est aussi ce que les clients attendent !

Être entouré de mes amis et ma famille aide aussi beaucoup. Je me suis rendu compte de l’impact que ceux-ci avaient dans ma vie lors de mon année à l’étranger. Quand on est seul et loin de tout, ce n’est pas toujours évident.

Selon vous, qu’est-ce qu’il faut faire pour se lancer à son compte ? Avez-vous des conseils ?

J’ai été accompagné par l’incubateur d’entreprise bruxellois “Job Yourself” qui nous forme à tous les aspects de notre futur activité et je le conseille, c’est un excellent apprentissage.

Les incubateurs sont des structures intervenant dans la création d’entreprise. Des professionnels et des experts m’accompagnent dans la concrétisation de mon projet. Je me considère comme un artisan, être bien entouré était pour moi une priorité. J’ai aussi eu la chance de faire des études supérieures avant, ce qui apporte également un autre bagage.

Quand on lance son activité, il faut savoir qu’il y aura énormément de travail, d’aspects administratifs, de sacrifices et de moments de solitudes parfois. Mais quelle satisfaction quand on voit que tout cet investissement porte ses fruits !

Qu’est-ce que vous faites quand vous ne travaillez pas ?

J’aime beaucoup la nature et la forêt en particulier. Je pense que ça se voit dans la déco de mon salon. Les plantes occupent une place importante dans la maison. Nous avons un grand chien et partons régulièrement faire de longues balades pour profiter du calme, de l’air, du paysage et recharger nos batteries.

J’aime aussi cuisiner, le dahl particulièrement… C’est un de mes plats indiens favoris à base de lentilles.  J’ai découvert en Inde une richesse culinaire, une manière pour moi de revivre ma parenthèse indienne depuis ma cuisine.

J’ai aussi besoin de passer du temps en famille et entre amis.

Retrouvez CLEMENT SALON

SiteFacebookInstagram