Interviews

Fashion Business: Le pop-up store nomade de Rose Clotilde

Photos: Rose Clotilde - tous droits réservés

Rebecka Gulino fondratice du concept store nomade « Rose Clotilde » a accepté de répondre aux questions de Mademoiselle Ergo. Dans cette interview, notre belle  liègeoise nous explique son déclic d’entreprendre et pourquoi elle a créé son propre label. Je vous propose de découvrir une fois de plus un parcours inspirant.

«MADEMOISELLE ERGO» – Pouvez-vous nous expliquer le concept Rose Clotilde ?

Rebecka Gulino –  Rose Clotilde c’est le pop-up store nomade qui habille les femmes des tailles 42 au 54. Féminité et élégance sont les maitres mots de ce concept. Rose Clotilde habille avec style et attention toutes les jolies courbes du corps.
Ici, la qualité prime sur la quantité. Chaque vêtement est choisi avec soin et répond à des critères de tendance, de coupe et de matière. La femme Rose Clotilde est positive, souriante et tendance ! Elle surfe sur l’air du temps et est maitre de son corps grâce à des vêtements pensés et créés pour elle.

Photos: Rose Clotilde – tous droits réservés

Quel est votre parcours scolaire en supérieur et qu’avez-vous fait après vos études ?

Après une année passée à l’étranger à apprendre les langues de notre pays, je commence un Bachelier en communication à HEPL. Là, je donne toute mon énergie dans la recherche de stages qui me feront avancer. Et j’y arrive. C’est ainsi qu’année après année je travaille dans des entreprises renommées et actives dans la communication, d’RTL TVI, à Strategie, en passant par Lampiris.

Toutefois, je ressens le besoin d’une formation supplémentaire et je continue sur ma lancée en intégrant un nouveau Master que la renommée école de communication IHECS propose : l’Executive Master en Management évènementiel. C’est ainsi que pendant un an, je joins travail en agence de presse le jour et cours du soir et du week-end.

A la suite de cette expérience, je trouve un emploi dans une PME dans le département marketing été communication. Cette expérience sera l’élément déclencheur : c’est certain, je veux être ma propre patronne. Je veux entreprendre !

Parlez-nous de ce déclic « d’entreprendre » ?

C’est lors de mon premier emploi que cette sensation m’anime peu à peu. J’ai eu l’occasion de travailler au côté de chefs d’entreprise très actif dans le secteur de l’évènementiel Liégeois. Au-delà de toute la partie communication et marketing, j’ai pu apprendre à leur côté ce qu’était une PME de 30 personnes : les problèmes rencontrés, la façon de gérer les conflits, l’engagement de personnel, la mise en place, la maintenance et la comptabilité. Ce fut une expérience très enrichissante. J’ai appris beaucoup, j’ai créé beaucoup de contacts. Ces entrepreneurs passionnés m’ont donné l’envie de faire pareil !

J’ai donc cherché ma voie … pendant des mois, avant de « tomber » dessus !

Comment s’est fait le lancement de Rose Clotilde ?

Rose Clotilde est arrivée à moi suite à une envie d’entreprendre … Mais il s’est avéré que ce projet est en moi depuis toujours.

Rose Clotilde, c’est un projet personnel. Un problème personnel changé en solution pour « toutes ».

Après une formation en création d’entreprises, la participation à une capsule « création d’entreprises » du master ‘Entreprendre’ des HEC et un travail avec le département ‘starters’ de l’UCM (un an de travail acharné sommes toute  )… Je saute sur une opportunité : la première édition de l’Échiquier Mode au Palais des Congrès de Liège. Je présente Rose Clotilde comme un concept innovant et tendance et ça fonctionne !

Les organisateurs et le public reçoivent le projet avec enthousiasme. Rose Clotilde est connue et lancée en avril 2017.

Qu’est-ce qui vous plait dans le fait d’être une jeune femme entrepreneure ?

C’est un sentiment très personnel parce que seuls ceux qui vivent à travers ce désir ressentent cette passion qui les anime (selon moi  ). Et donc ce qui me plait c’est la satisfaction de faire quelque chose par moi-même, pour les autres. Ce qui me plait tout autant, c’est travailler quasiment H-24 sans me sentir piégée. Je suis quelqu’un de très dynamique… et j’ai rapidement été consciente que mon énergie devait être canalisée autour d’un beau projet. Je suis très heureuse et reconnaissante d’avoir trouvé ma voie.

Aussi, pour l’instant, je mêle vie de salariée à temps plein et projet professionnel – à temps plein aussi.  Je vous laisse imaginer l’allure de mon agenda !

Comment se passe une journée/une semaine type avec vous ?

La journée type, c’est réveil entre 6h et 8h selon l’heure tardive de travail accompli la veille au soir (parfois jusque 23h parfois jusque 3h :p ). Là, je travaille entre 2 et 3 heures sur Rose Clotilde. Je gère l’administratif, les emails avec les différents intervenants qu’un projet dans le prêt-à-porter peut rencontrer, la prise de rendez-vous, la création de contenu pour réseaux sociaux, etc. Ensuite, je me prépare (en 10 minutes) et je fonce au travail où m’attend une journée de 8h où je dois « ranger » Rose Clotilde dans un coin de ma tête et reprendre l’activité à 18h. C’est donc à ce moment-là que ma seconde journée commence (continue ?!). Reprise en charge de la boite mail et des rendez-vous, ventes sur prise de rendez-vous, réunions avec différents intervenants au projet. Le jour de mon congé salarial, je travaille encore plus et je vais aussi en collection à la recherche DU produit.

Quels sont vos rêves ou vos projets futurs ?

Mon projet c’est de devenir indépendant à temps plein et surtout de créer de l’emploi. Je souhaite que Rose Clotilde continue de se développer et évolue avec les tendances de la société.

Pour être au courant des activités du pop-up store nomade, il faut aller visiter la page Facebook Rose Clotilde.

La plupart des ventes se font dans le showroom ‘Rose Clotilde – La Maison’ (Quai Churchill 25, 4020 Liège), mais des événements ponctuels auront aussi lieu dans d’autres endroits que le centre-ville.  STAY TUNED on Facebook.

Quels conseils donneriez-vous à des jeunes qui souhaitent se lancer ?

 Quand on se lance à son propre compte, il est primordial de le faire pour une raison qui vous motive au-delà de l’aspect pécuniaire. Vous allez devoir vous investir 7 jours sur 7, H-24 et y mettre toute votre attention … Au début, si vous arrivez à vous rémunérer c’est un plus. Ensuite et c’est selon moi une règle d’or : rester attentif à la moindre opportunité. Enrichissez votre réseau.

SiteFacebookInstagram

Mademoiselle Ergo

Mademoiselle Ergo

Fondatrice & Rédactrice en chef
Suite à un changement d’orientation, Florence décide en juin 2015 de créer le webzine de Mademoiselle Ergo. Passionnée par l’écriture et les contacts humains depuis toute petite, Florence souhaite partager sa vision du monde avec ses lecteurs. Parallèlement au webzine, elle s'est lancée comme copywriter et social media freelance avec The Studio.

Leave a Response

WP-Backgrounds Lite by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann 1010 Wien