Les thèmes sur les hauts-potentiels, la multi-potentialité ou encore l’hypersensibilité sont venus vers moi sur le tard. Il m’a fallu sortir du système scolaire et de mon cercle familiale dans lesquels, j’ai été éduquée pour arriver à mettre davantage de mots sur mes ressentis et mes comportements. Je me suis mise à faire des recherches sur ces sujets et j’ai fait des découvertes extraordinaires.

Tout à commencé avec “Trop intelligent pour être heureux” de J.Siaud-Facchin 

Ma rencontre avec ce livre ne date que de l’année 2018, suite à une conversation lors d’un dîner avec mon ancienne meilleure amie, Laura journaliste de formation que nous évoquions le sujet de la haut-potentialité. C’est elle, de manière très directe, qui me dit : Flo, je ne serais pas étonnée que tu le sois. Sa phrase m’a fait sourire et à la fois m’a paru impossible. Moi avec une douance ? C’est impossible, j’ai toujours galéré à l’école, j’ai toujours traîné mes difficultés d’apprentissage et j’ai encore beaucoup de lacunes. Alors si j’étais surdouée, ça se saurait ! Elle me dit, Flo, justement, lis le livre : “Trop intelligent pour être heureux” et tu comprendras.

C’est seulement l’été 2018, j’ai finalement acheté ce livre et le lire a été une vraie révélation. Ce livre m’a permis de mettre des mots sur des situations de vies, des modes de fonctionnements et sur mes maux.

A la fin de lecture de ce livre, je me suis sentie simplement soulagée et il a fallu que j’en parle avec ma première psy pour qu’elle me fasse comprendre qu’elle ne serait pas étonnée que je le sois mais que tant que ce n’était pas un questionnement profond de ma part, ça n’était pas le focus de notre thérapie à l’époque.

J’ai rangé ce livre dans ma bibliothèque avec mes livres préférés et j’ai continué mon bout de chemin.

Entre mes thérapie, mon changement de vie inéluctable

2018 et 2019 n’ont été que deux année de remises en question totale, d’une quête effrénée à me trouver à l’extérieur et à l’intérieure de moi aussi. C’est du jour au lendemain, avec un simple ticket sans retour poussée par mon feu intérieur que j’ai quitté mon pays natal dans le but de m’installer définitivement à 1200km dans la ville de Cannes. Terminé mes allers-retours, j’étais bien décidée à trouver un job, un mec, des nouveaux amis et à moi la nouvelle vie.

Les choses se sont mises en place sans problème, parce que lorsque vous êtes alignée avec votre moi profond, l’Univers, Dieu (appelons cela comme vous souhaitez) est là pour vous aider à tout mettre en place. Aides-toi et le ciel t’aidera.

Rencontrer des gens partagent des valeurs semblables

Forcément tout quitter pour partir vivre ailleurs m’a demandé de me recréer un nouveau réseau de personnes autours de moi. Et inconsciemment, j’ai attiré des personnes sur la même fréquence que la mienne, c’est-à-dire des HP & des hypersensibles. Travaillant pendant plusieurs mois, juste en face de la Fnac, je passais la plupart de mes pauses déjeuner là-bas. Le bonheur pour moi qui est une fan de livres.

Les livres n’arrivent jamais par hasard dans ma vie, au contraire, ils arrivent au moment opportun. J’ai donc continué mon cheminement sur les thématiques de l’hypersensibilité en achetant en l’espace temps record 3 livres :

  • Le Guide de Survie des hypersensibles emphatiques – Judith Orloff
  • Aimer quand on est hypersensible – Elaine N.Aron
  • Le Manuel de L’hypersensibilité – Mel Collins

Ces 3 livres ont fait l’effet d’une bombe, je ne lisais pas chaque lignes, je les buvais tellement les phrases résonnaient en moi. Je me suis même demandée comment pendant des années, j’avais pu croire que j’étais anormale, folle et complètement dingue parce que j’étais et je suis en décalage avec les gens qui m’entourent. Comment avais-je laissé les autres me dicter ma conduite à coup de : Tu es “trop” ceci, “trop” cela…

Oui je suis TROP et alors ?

J’ai compris grâce à mes lectures à mettre davantage de compréhension sur ma façon d’être et de fonctionner. J’ai appris qu’il est possible de vivre avec et ne plus avoir peur oser d’assumer d’être qui je suis et avec ma personnalité. C’est libérateur et l’un des challenges de toute une vie.

Le break planétaire imposé : le confinement à cause du COVID-19

Rien n’est du hasard, tout n’est qu’une question de timing… je me suis retrouvée confiner toute seule à 1200km de mes proches. Quel enjeux magnifique mais ce n’était pas rose tous les jours. Au début en bonne sprinteuse que je suis. J’étais très contente, me revoilà à la maison, moi qui avait enchaîné depuis 6 mois un retour dans le salariat avec un boulot qui m’avait demandé de déployer une énergie physique et morale incroyable (surtout pour quelqu’un d’hypersensible). J’étais enfin chez moi, à travailler au calme, à agencer mon temps comme je le souhaitais et à me laisser vivre au grès de mes humeurs et de mes envies.

Mais au bout d’un mois, la sprinteuse se rend compte que c’est pas un sprint mais un marathon et là, la sensation d’isolement à commencer à se faire trop ressentir. Il y’a eu des moments très compliqué à gérer avec beaucoup de crises d’angoisses nocturnes, le moral complètement downs, la peur au ventre, l’avenir dont on ne connaissait déjà rien mais alors qu’on n’arrive même plus à projeter aucun projet.

Je me suis remise à lire des livres sur le sujet des hauts-potentiels en lisant les livres suivants :

  • La femme surdouée – Monique de Kermadec
  • Adultes Surdoués et les relations amoureuses – Dre Valérie Foussier

Ces livres m’ont permis encore plus de compréhension et m’ont permis de maîtriser davantage mes questionnements, mes angoisses, mes craintes et le reste.

Et si tu étais haut potentiel et/ou hypersensible ?

Aujourd’hui, je sais que je suis hypersensible et après en ce qui concerne le fait que je sois dotée d’une douance ou non. Je ne peux rien certifier car je ne n’ai pas fait les tests et pour le moment, je ne ressens pas le besoin de les réaliser. Rien ne dit que l’avenir ne me fera pas changer d’avis…

Après, je reste d’avis que pourquoi le savoir par un test, vous savez pour moi, c’est presque associé à un test de dépistage pour savoir si on l’a ou on l’a pas. Mais je suis sereine car j’apprends tous les jours sur moi-même, j’évolue, je continue d’avancer sur mon chemin de la connaissance de soi et c’est ça qui m’importe le plus. Pas de savoir, si je l’ai ou pas. Même si je l’étais “surdouée, zèbre, haut-potentiel”, je pense que je préfère même le garder pour moi, non pas par sentiment d’imposture ou de supériorité/infériorité vis à vis du monde qui m’entoure mais parce que que je considère que ce qu’on ne sait pas ne nous blesse pas et cela contribue aussi à une forme de bonheur. Le principal pour moi, c’est d’être heureuse et en adéquation avec qui je suis. Le reste est secondaire.

Posted by:Mademoiselle Ergo

Fondé en juin 2015, le média de Mademoiselle Ergo est un “recueil” de bons plans, d’astuces et de conseils liés aux thématiques de la communication digitale, des métiers, des modes de vie (lifestyle) et de l’orientation. Mademoiselle Ergo, c’est avant tout une entrepreneure de sa vie qui, depuis 5 ans, a créé un univers avec une touche de “Yellow Vibes”. C’est surtout, une jeune femme solaire et dynamique prénommée Florence Ergo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.