Orientation: Le poids de la réussite

Orientation: Le poids de la réussite

La réussite : voilà encore un concept qui a tendance à me donner mal à la tête ! Dans l’inconscient collectif la réussite est souvent synonyme de richesse et de grande carrière professionnelle. « Oh oui il/elle a réussi ! » j’entends souvent cette phrase concernant ceux, qui ont un certain statut, un certain revenu… Personnellement j’ai toujours eu du mal avec la réussite car je trouve qu’elle a une connotation négative et égoïste, comme si la réussite c’était de gagner beaucoup en écrasant les autres.

(suite…)

Orientation: Mon permis suite et fin

Orientation: Mon permis suite et fin

Si vous suivez le webzine depuis ses débuts, vous n’êtes pas sans savoir que j’ai eu de vraies galères pour apprendre à devenir une bonne conductrice et pour décrocher mon permis ! Si vous n’avez pas suivi les épisodes, voici le numéro 1 et le numéro 2 avant de découvrir le dernier épisode dans cet article***.

*** Attention: Je parle du permis pratique en Belgique entre l’année 2016-2017 (Il n’est pas encore question des nouvelles règles du permis pour l’année 2018 😉 )

3 ans de conduite en filière libre + 18 mois de conduite seule

Oui oui, vous avez bien lu! J’ai mis 4 ans pour décrocher le Saint-Graal : mon permis. Je l’ai réussi le 8 janvier dernier, et ce du premier coup! Je rassure tout le monde ce n’est pas difficile, mais simplement une question d’apprentissage et de rythme, mais surtout de moyen. Parce que oui apprendre à conduire est un investissement, mais un bon investissement, car c’est pour toute votre vie. 😉

Pourquoi ai-je mis si longtemps ? (Oui je vous entends jusqu’ici avec votre question 😉 ) J’ai pris beaucoup de temps parce que je n’avais pas toujours la possibilité de conduire assez fréquemment et ça n’est pas la bonne solution ! À refaire avec le recul, j’aurais attendu d’avoir tous les moyens (financier, temps d’apprentissage + voiture à disposition) pour apprendre à conduire. J’entends souvent les proches et les familles dirent et mettre une forme de pression, dès le passage des 18 ans pour que l’étudiant passe le permis de conduire. Nous n’allons pas discuter de son utilité à ce permis. Vous connaissez la chanson aussi bien que moi. Mais je pense simplement qu’il faut passer le permis quand vous êtes prêt vous et pas parce qu’on vous dit que ! 😉

Il m’a surtout fallu du temps pour trouver les moniteurs adéquats pour apprendre à conduire. J’ai découvert un des moniteurs brevetés via l’ancienne plateforme online Benjago (en savoir plus ici) et j’ai pu échanger mes permis grâce à l’auto-école “Pro Permis” de Waterloo que je vous recommande les yeux fermés. Mais je vous conseille également pour les personnes qui vivent en province de prendre quelques heures d’auto-école sur Bruxelles pour vous apprendre à conduire et à manœuvrer dans la “jungle” (bruxelloise) que sont les grandes villes. (Vous ne plaignez pas trop: Paris, c’est pire !)

Si vous n’avez pas la possibilité d’avoir un “guide” alors je vous conseille de suivre directement les 20h en auto-école pour avoir le permis provisoire de 18M pour conduire tout(e) seul(e).

De la préparation à l’examen pratique

Je ne comptabilise même plus mes heures de conduite entre celles avec le moniteur breveté et celles avec ma famille ou toute seule avec mon “L” collé sur le dos de la voiture. Toutefois, je me suis entrainée à raison de 2h min. par semaine et 2 semaines avant le passage de mon examen. J’ai pris 2 x 2h. avec le moniteur breveté.

Mon autre conseil est d’aller vous entraînez TOUT(e) seul(e), dans un Zonning par exemple, à faire vos manoeuvres comme le créneau et le demi-tour qui sont demandés lors de l’examen pratique. Pourquoi je vous dis d’y aller tout(e) seul(e) parce que lors de votre examen, vous êtes accompagnés de votre guide et de l’examinateur, mais ils n’ont pas le droit de vous parler (surtout votre guide). Vous serez déjà habitués à ne compter que sur vous-même et ça vous donne moins de stress pour le J-J.

Autre conseil que je vous donne: c’est d’aller conduire au maximum dans la ville où vous passez votre examen de conduite. Ce qui vous permet de repérer les “zones” compliquées: où se trouve les priorités de droite, les sens uniques, les ronds-points et autres limitations de vitesse, les abords des écoles, etc.

Autre point important, c’est de bien connaître toutes les commandes qui se trouve la voiture avec laquelle vous passez votre examen de conduite. Lors de l’examen pratique, l’examinateur vous pose des questions sur le capot ou sur le pneu, mais aussi sur vos commandes qui se trouvent sur le tableau de bord de votre véhicule ainsi que d’expliquer vos réglages de vos rétros et de votre siège conducteur.

Le passage à l’examen pratique

En fonction de votre heure de passage, je vous conseille si possible d’aller encore vous entraînez pour faire les derniers créneaux. Vous verrez qu’à le stress du JOUR-J, il est possible que vous fassiez des fautes d’où l’utilité d’aller encore s’entraîner parce que ça évitera que vous le fassiez pendant l’examen.

Au moment de l’examen, vous devez être accompagné par votre guide ou quelqu’un qui vous conduit, si vous passez avec l’auto-école. Laissez-vous conduire à ce moment-là. C’est important comme ça vous gardez toute votre concentration et énergie pour l’examen pratique. Idem pour le retour que le résultat soit positif ou négatif dans les deux cas, la précision redescend et donc vous n’êtes pas dans un état optimal de conduite (surtout quand on est encore un conducteur débutant 😉 )

Dernière astuce : ON SE RELAXXXXXX et KEEP CALM, tout ira bien, car vous vous êtes bien préparés et pour faire descendre le stress, je vous conseille Rescue dans les fleurs de Bach ou Ignatia Amara en homéopathie.

Et vous le passage de votre permis pratique, c’était comment ? 😉

Rétrospective 2017: L’année de la création

Rétrospective 2017: L’année de la création

L’année 2017 a été pour moi, l’année de la création sur tous les plans. Après avoir démarré mon année par une petite opération chirurgicale. La 6e opération après 10 ans de tranquillité. Cette étape a été pour moi, une étape de remise en question, de nouveau départ. Il fallait appuyer sur le bouton “RESET”. C’est ce que j’ai fait. Après un mois et demi de rétablissement, j’ai continué à être créative et surtout productive pour le webzine. J’ai écrit de très bon article et j’ai surtout osé me lancer comme freelance ! J’ai créé mon propre STUDIO de création de contenus digitaux. J’ai osé foncer ! Je ne regrette pas d’avoir passé le cap. J’ai continué à suivre mon intuition et mes envies. Je suis retournée bosser dans un job (admin) à côté pour me permettre d’évoluer en douceur et de grandir petit à petit. J’ai continué à réaliser des interviews pour le webzine de Mademoiselle Ergo. J’ai démarré mon activité de freelance avec mon premier fidèle client Textilia. Cette société familiale dans le secteur de la couture. (NDLR: la famille d’Ayoub – ancien fondateur de la start-up Benjago – rencontré quelques mois auparavant). Je suis partie à la rencontre de personnes inspirantes comme l’interview de Béa Ercolini à l’occasion de la journée mondiale du droit des femmes le 8 mars dernier. Cette date est importante pour moi, car l’année précédente, mon ancien stage en alternance touchait à sa fin. J’ai continué ma route sans rien n’abandonner et sans lâcher mes rêves! Ma grand-mère m’avait gardé un article intitulé “Chouette, j’ai été virée!paru dans le Femmes d’Aujourd’hui avec le portrait d’Emilie. Son histoire nous avait touché toutes les deux. Quand un jour du printemps 2017, je découvre par hasard le profil Facebook d’Emilie. Je la contacte immédiatement pour lui demander une interview, qu’elle accepta directement. Cette entrevue m’a redonnée confiance et espoir en la vie professionnelle! J’ai aussi eu la chance de faire un A/R à Paris avec l’équipe de BNP Paribas pour découvrir le Wealth Management de la banque privée. Le mois suivant, Sarah du blog Cueille le jour.fr accepte de devenir ma co-rédactrice et de m’épauler dans la collaboration du webzine. Cette jeune française aux multiples talents et avec son énergie toujours positive. Nous nous suivions déjà depuis quelque temps via les réseaux sociaux. Je ne pouvais pas passer à côté de cette rencontre personnelle et professionnelle, de cette perle avec sa divine plume ! C’est aussi ce mois de mai que j’ai démarré ma première grosse mission avec un (nouveau) client qui est le groupe TOPOSworkspaces. Grâce à cette nouvelle mission que j’ai rencontrée Anna Bassano avec qui j’ai développé une belle relation de freelance-aide! J’ai aussi eu la chance d’apprendre à cotoyer Béa Ercolini. J’ai retrouvé Bernard et Fred pour une belle aventure ainsi que mes girls de TOPOS Louise. J’ai rencontré grâce à cette opportunité des personnes comme Alexiane Wyns (notre avocate belge 3.0) de cette rencontre en a découlé une belle interview à l’été 2017. La même semaine, je rencontrais aussi Olivier Colin de cette entrevue est ressortie des découvertes comme le profil d’une autre youtubeuse belge Milena and Co et un apprentissage sur le monde de la politique. Ce dernier point que je ne connaissais pas forcément, mais qui me donne des idées pour les élections 2018. Puis, il y a eu mon retour à la Côte d’Azur. J’étais ravie de faire ce summer break, mais je n’ai pas voulu prendre de congé au niveau des articles pour le webzine. J’ai continué avec l’aide de Sarah à proposer des articles et des portraits. Cet été-là m’a permis de faire connaissance avec d’autres personnes de ma communauté dans mes followers Instagram. J’ai eu la chance d’échanger et de me sentir soutenue ! C’est comme ça que j’ai développé une belle complicité “artistique” avec Alex d’Azur Story également. Je suis revenue sur les chapeaux de roue en publiant les derniers portraits et en réalisant les photos de notre future campagne de communication chez TOPOS. Pour la rentrée, les interviews d’Olivier et d’Anna sont sorties. J’ai continué à cumuler mes deux fonctions entre celle d’une “employée” et celle d’une “freelance”. J’ai rencontré encore et encore de nouveaux profils comme le photographe Thomas-Xavier ou encore la fabuleuse Millie, fondatrice de l’e-shop Story to Line pour réaliser des nouveaux portraits inspirants. Je suis allée avec mes “accréditations presses” au DS Brussels Fashion Days en compagnie de ma chère amie Florence. J’ai aussi découvert cette année la marque Cinq Monde grâce à mes collaborations avec la super agence de RP (Joëlle Loffter). Mon boulot d’employé à pris fin début novembre mais ce n’était que pour repartir de plus belle ! J’ai profité de la semaine de congé à la Toussaint pour repenser et refaire de A à Z tout mon site et mon CV notamment avec l’aide précieuse d’Anna ! J’ai eu la grande chance de voir le lancement du cercle d’affaires féminin “Beabee” chez TOPOS Louise, fondée par Béa Ercolini et sa meilleure acolyte Dominika Herzig. Ce nouveau cercle me permet aussi de rencontrer le temps de quelques secondes des personnalités comme par exemple la créatrice Clio Goldbrenner. Enfin, pour terminer cette année 2017, j’ai pu mettre en place, sur la page Facebook de Mademoiselle Ergo, un calendrier de l’avent en postant 31 interviews sur plus de 50 portraits réalisés en 2 ans et demi pour le webzine. J’ai aussi rencontré ma chère Camille par le biais de mon activité de freelance ! Cette jeune française était de passage à Bruxelles pour son stage. L’occasion pour elle de découvrir les plaisirs d’hivers de notre charmante capitale. J’ai eu la chance de rencontrer Rebecka, fondatrice de Rose Clothilde lors d’un Christmas Pop-Up Store. Cette année 2017 m’a apporté tant de belles choses et quelques (toutes) petites déceptions, mais je ne retiens que le positif grâce à toutes mes belles rencontres !!!

Je n’oublie évidemment pas ma famille et mes amis qui me suivent, me supportent depuis toutes ces années. Je suis si reconnaissante de vous avoir à mes côtés et je vous aime profondément.

L’année 2017 était l’année de la création et 2018 sera l’année de la réalisation ! Je suis si heureuse d’avoir sauté le cap en devenant freelance avec “The STUDIO by Mademoiselle Ergo”. Je suis ravie que le webzine continue de se développer. Je veux remercier toutes les personnes que j’ai cité dans ce texte. Ainsi que toutes les autres personnes avec qui j’ai réalisé des interviews entre 2015-2016. Je veux surtout vous remercier pour la confiance que vous m’avez accordée et que vous m’accordez encore. Enfin, je veux aussi remercier tous les lecteurs, fans, followers pour vos likes, commentaires, partages et vos présences toujours plus nombreuses. Mademoiselle Ergo, c’est peut-être moi Florence, c’est aussi Sarah de Cueille le jour mais c’est avant tout VOUS alors en route vers 2018 !

Orientation: J’ai été viré(e). Ensuite, je fais quoi ?

Orientation: J’ai été viré(e). Ensuite, je fais quoi ?

Depuis la création du webzine, je vous donne des tips concernant la recherche d’emplois. Mais avant de trouver un nouvel emploi, il y’a d’abord (parfois) eu la case de la perte d’emploi. Cette perte peut se traduire pour diverses raisons: faillite, restructuration d’un service, changement de personnel, maladies, etc. Alors que c’est voulu ou pas. Être viré n’est pas forcément quelque chose de facile à vivre, mais pas une fatalité en soi. Alors prêt pour d’autres conseils? 😉

Prendre le temps de digérer la nouvelle

Et oui! Nous ne sommes pas des robots et apprendre qu’on perd son job, ce n’est jamais une nouvelle réjouissante ou évidente à faire passer. Alors on prend le temps et à son rythme de digérer la nouvelle. Pourquoi à son rythme, car tout le monde ne va pas vivre la “mauvaise” nouvelle de la même manière. Certains vont très vite se remettre dans l’action tandis que d’autres vont déprimer pendant des jours. Alors on n’hésite pas à prendre son temps pour faire passer la pilule comme on dit !

💡 Petits conseils pour faire passer la nouvelle:

  • On s’entoure de personnes bienveillantes dans notre entourage et ainsi on parle de ce qui s’est passé réellement! C’est important de pouvoir vider son sac (qu’on soit en tort ou pas, ce n’est pas la question), mais si on veut pouvoir avancer, c’est important de pouvoir en parler (quand on se sent prêt of course!)
  • Prendre du temps de faire autre chose que le boulot ! Oui si vous voulez éviter de déprimer pendant des jours et des semaines, voir des mois. Prenez directement cette occasion pour faire ce qui vous fait plaisir à vous-même comme voir ses proches, faire du shopping, faire une activité sportive, partir en week-end ou carrément à l’étranger pour des petites vacances improvisées. Bref le but est de vous changer les idées !
  • Prendre le temps de se reposer littéralement, car souvent le travail nous apporte une assez grande dose de stress et de fatigue alors avant de se relancer dans un nouveau job et bien on recharge les batteries.

Avant de passer à l’action, on se pose les bonnes questions

Être viré doit être vu comme une nouvelle opportunité de recommencer de nouvelles choses et non pas comme un échec! Une fois la nouvelle digérée et bien, on peut se remettre dans une recherche d’emploi classique ou la création d’un nouveau projet (start-up, lancement de société, création d’une activité freelance), mais avant les 2 cas cités:

Profitez de cette nouvelle opportunité pour vous poser les bonnes questions en matière de développement personnel et professionnel. Qu’est-ce qui me fait vibrer ? Est-ce que mon métier me plait toujours autant ? ou ai-je envie de le changer complètement ? Ou de le réinventer tout simplement. Après avoir fait l’état des lieux de vos envies, non-envies et besoins, vous serez plus d’attaque pour atteindre vos nouveaux objectifs !

Article lié: Comment trouver sa voie ?

Et ensuite, je passe à l’action

Après avoir pris le temps pour digérer la nouvelle et se poser les bonnes questions, le temps est venu de passer à l’action ! Alors à vos CV, lettres de motivation, média kit et business plan ! On fonce les gars ! Pas une minute à perdre et dans la bonne humeur (c’est encore meilleur)

Profitez d’être chez vous pour mettre votre musique préférée. On ouvre Google avec ses sites d’aides à la recherche d’emploi, de création d’un CV ou d’un business plan et on établit un planning.

💡 Petits conseils pour faire votre planning et les étapes à suivre:

  • On élabore un planning semainier (le plus simple et le plus efficace, prenez l’agenda de Google) ainsi vous avez accès partout en plus! Vous notez que tous les matins, vous checkez les offres d’emplois pendant 30 min max. Puis vous bloquez que vous postulez aux offres trouvées. Ensuite vous notez vos autres rendez-vous comme les rdv dans les organismes d’aides à l’emploi, les centres d’orientations, les tables de travail ou encore quelques évents pour réseauter (bon pas tous les soirs non plus, ce n’est pas utile)

Article liè: Comment gérer son temps ?

  • Une fois votre agenda programmé et régulièrement mis à jour, on passe à l’étape de création d’un CV dans l’air du temps et de la rédaction d’une lettre de motivation qui sont adaptés à votre recherche d’emplois. Si vous souhaitez vous mettre à votre compte en tant que freelance par exemple alors on passe par la case création d’un “média kit”.

Articles liés: Comment faire un CV et une lettre de motivation / Comment créer un média kit

  • Dans le cadre d’une recherche d’emploi ‘classique’, il faut postuler de manière qualitative et pas quantitative ! Ok les organismes qui contrôlent votre recherche d’emploi vous imposent de postuler aux maximums, mais cela ne sert à rien d’envoyer 50 CV par jour en mode copier-coller ! Au contraire, il est plus pertinent pour les recruteurs de recevoir des profils adéquats et personnalisés aux annonces !
  • Si vous souhaitez vous lancer dans la création de votre activité comme freelance par exemple, il faut commencer par prendre contact avec un secrétariat social pour vous mettre en ordre au niveau des démarches administratives (assurances, gestion des fiches de paies, cotisations sociales, inscription de votre n°de TVA) si vous ne vous sentez pas encore à l’aise (surtout au moment de la création) je vous conseille de passer par un organisme comme la SMart(Be) qui existe aussi dans d’autres pays européens. Cet organisme vous permet de faire facturer vos prestations et recevoir en échange un salaire en utilisant leur système d’encodage avec leur n° de TVA (de prestations associées).

Article lié: Comment devenir freelance/indépendant ?

  • On crée un fichier “Excel” qui justifie tout ce que vous mettez en place pour trouver ou créer votre nouvel emploi. Dans cet Excel, il est important de noter toutes vos démarches de manière la plus précise possible et de garder des preuves “justificatives” (comme vos lettres de motivations et CV envoyés, les captures d’écran des offres d’emploi ou du journal papier, preuves d’inscriptions à des formations ou des agences intérims ou attestation de présence pour des salons de l’emploi, etc) et surtout on note bien les dates d’envois des candidatures (important pour les relances téléphoniques et de mail.)

Article lié: Comment justifier ses recherches d’emplois?

  • Après 1 semaine des envois de vos candidatures (si moyen) si et seulement si vous avez un numéro de téléphone ou un mail direct. On relance les recruteurs pour savoir où ils en sont dans le processus de recrutement et s’assurer qu’ils ont bien reçu notre candidature.
  • Surtout on ne panique pas si les réponses (négatives ou pour un entretien) n’arrivent pas dans la minute ou dans la semaine, car tout le monde à un agenda bien busy !
  • On se fait confiance, on croit et on ose ! 😉

Interview de Emilie (voir photo ci-dessous) est juste ici

J’espère que cet article vous aura aidé et s’il vous manque encore des inspirations, je vous laisse découvrir la catégorie “INTERVIEWS” du webzine avec plus de 50 interviews de personnalités en rapport avec leurs métiers. Ils vous expliquent leurs études, leurs parcours et vous donnent même des conseils alors on fonce lire cela !

Si vous souhaitez aussi vous faire “coacher” car vous ne vous en sortez pas pour réaliser un CV dans l’air du temps alors je suis aussi disponible pour une séance de “JOB coaching” avec The Studio by Mademoiselle Ergo.

 

Orientation: Beabee un nouveau cercle féminin s’installe chez TOPOS Louise

Orientation: Beabee un nouveau cercle féminin s’installe chez TOPOS Louise

Le centre d’affaire et de coworking TOPOS abrite désormais un cercle féminin dans son centre de Louise. Un lieu où réseauter, rencontrer et écouter des guests speakers inspirants, être mentoré mais aussi se refaire une beauté, se poser entre deux rendez-vous. C’est chez BEABEE, le nouveau cercle féminin !

Beabee le nouveau cercle qui ne manque pas de piquant

Beabee s’installe au deuxième étage du centre TOPOS Louise. Ses fondatrices, Béa Ercolini et Dominika Herzig, comptent sur leur carnet d’adresses et leur expertise pour offrir un programme d’activités et une aide sur mesure à chacune de leur membre.

Photos: Béa Ercolini & Dominika Herzig


La première fondatrice du cercle féminin a été rédactrice en chef et directrice des rédactions de ELLE Belgique pendant 13 ans. (Lire son interview ici ). Elle a également fondé l’ASBL “Touche Pas A Ma Pote” qui lutte contre le harcèlement de rue. La seconde fondatrice est une serial entrepreneuse investit. Elle qui a accompagné des entreprises dans leur stratégie de développement, de croissance ou de changement. A elles deux, grâce à leurs réseaux, elles sont des « ouvreuses de portes » exceptionnelles, une réelle opportunité pour les membres du Cercle Beabee!

Au programme chez Beabee ?

Le activités du cercle se dérouleront essentiellement dans le salon de TOPOS Louise au 367 de la mythique Avenue Louise. De manière très ponctuelle, cette pièce sera privatisé. Une “beauty room” complète l’espace : miroir, make up… Tout est prévu pour se refaire une beauté avant un rendez-vous. Il y’aura aussi des business talk avec des guests speakers inspirants ou encore des déjeuners “thématiques”. L’accès membership coûte entre 300 à 500 euros par an et c’est gratuit pour les membres du groupe TOPOS.

Pour des informations sur le Cercle et les conditions de membership, contactez beabee : cliquez-ici

Orientation: Pas de CDI, pas de logement (coup de gueule!)

Orientation: Pas de CDI, pas de logement (coup de gueule!)

Cet article est un article exceptionnel et sans doute éphémère ici, mais j’avais besoin de m’exprimer sur le webzine qui est le mien. Je te préviens de suite que si le titre t’interpelle, mais que tu te dis déjà encore un coup de gueule de plus… je préfère te dire de ne pas perdre temps et de passer ton chemin!

“Pas de bras, pas de chocolat” – Citation du film INTOUCHABLE

Cela fait des mois et des mois que je suis à la recherche d’un nouveau petit nid. Après avoir expérimenté la vie en colocation, je me suis dit et en vue des prix parfois pour ces dernières aussi que j’allais me diriger vers la recherche d’un petit studio pour un loyer de 500€ MAX. Dans ce type de prix, on trouve des choses très bien rapport/qualité prix ou alors des trous à rats insalubres sans compter que la pièce de vie est souvent à la limite d’une chambre de +/- 18 ou 20m² donc rien du tout! Je cherche activement via les sites d’immobiliers ou encore les groupes FB dédiés à la location/colocation. Je suis allée en visiter une flopée (je ne serais même plus les compter!) et j’ai déjà candidaté à plusieurs reprises pour des coups ❤ sauf que ça ne va jamais plus loin…

Je vous explique pourquoi: je cumule deux boulots différents avec deux fonctions différentes en tant freelance via la SMART (organisme qui permet d’utiliser leur numéro de TVA pour faire facturer nos prestations freelances à nos clients et en échange on reçoit un salaire, en avance même, puisque c’est la SMART qui nous paie notre salaire et qui facture le montant de l’engament à notre client pour qui on travaille). Travailler via la SMART est donc un gage de garantie contrairement à indépendant qui facture lui-même et que si son client ne lui paie pas avant des mois la mission effectuée et bien il n’a pas son argent et peut aller en justice pour récupérer sa somme!

Tu l’auras compris, mon premier problème pour louer un logement est que je n’ai pas de CDI et que le propriétaire a peur que je ne sache pas payer tous les mois mon loyer ! Deuxième solution, je propose une garantie “parentale” sauf que j’ai été élevée par mes grands-parents donc mon garant dans mon cas, ce n’est pas un parent! Je précise encore lors de mes candidatures la profession de mon garant pour lui faire comme sous-entendu qu’il ne reçoit pas une pension d’un ouvrier ou d’un indépendant (sans être péjorative dans cet exemple, mais je nuance, car oui la profession joue dans la balance de la pension!), mais non rien n’y fait, le propriétaire ne me loue pas!

Il faut quand même qu’on m’explique pourquoi les propriétaires sont d’accord de louer à des étudiants (sans revenus dans la majorité des cas, puisqu’un étudiant par définition ne travaille pas comme il étudie) avec une garantie parentale (oui les parents, eux ils ont un CDI alors le propriétaire, il est rassuré !)

Quand le CDI n’est pas gage SUPRÊME de garantie

Vous pouvez m’expliquer pourquoi on ne jure que par les CDI, mais réfléchissez 2 secondes: un CDI c’est bien, mais si demain la boîte qui vous engage fait faillite ou si elle vous vire et bien plus de CDI ! Bah oui !! Le CDI ça ne veut pas dire GARANTIE à 100% !! Et cette explication, ça vaut pour les parents d’étudiants qui louent à la place de leurs enfants un studio/kot/coloc.

Les propriétaires ne sont pas à laisse avec mes garanties, mais un pensionné reçoit tous les mois sa pension de l’état donc c’est une meilleure garantie que ton CDI (dans quels cas, l’état va supprimer toutes les pensions – je ne dis pas que ce soit impossible –, mais on a encore le temps avant que ça arrive!)

“Mais trouve-toi un CDI”

J’entends déjà les mauvaises langues parler jusqu’ici alors pour remettre les pendules à l’heure: je regarde toutes les semaines pour des offres d’emplois en CDI! Comme je l’ai toujours expliqué et revendiqué ici, j’ai un bac+2 (CESS pour les Belges) et j’avais débuté à ULB en information et communication pour devenir journaliste puis l’année suivante, j’ai suivi une formation en alternance en publicité le soir et la journée, je bossais dans une agence de relation presse. J’étais une stagiaire employée mal traitée et payée comme de la m*** avec aucun statut, car en Belgique, on n’est pas capable de faire une alternance de manière encadrée comme chez nos voisins!

Vous pensez bien que pour trouver un job, je ne peux pas postuler à des fonctions hauts placés! Mais même postuler à des petits boulots (temporaires) on m’engage pas! Seule solution pour moi, me créer mon propre emploi via mon activité de freelance et en bossant à côté dans le notariat avec un poste administratif !

Oui je suis autodidacte et alors ? J’ai fait le choix de ne pas poursuivre des études supérieures vides de sens pour moi! J’ai fait le choix de suivre mes passions et mes envies tout en continuant à me former sans cesse via le net et les livres en plus de quelques petits cours et des webinars suivis par-ci, par-là ! Je suis très heureuse d’être une personne de terrain, débrouillarde, instinctive et entreprenante ! Je ne reste pas dans mon canapé sans rien à faire et au contraire, je me démerde comme je peux avec les moyens que j’ai reçus, car oui la vie ne m’a pas fort gâtée! Je ne me plains pas car il y’a des pires situations que la mienne !

Vous savez même si ce n’est pas tous les jours évident et bien pour rien au monde, je n’échangerais pas la vie que j’ai eue jusqu’à présent, car sans elle, je ne serais pas ce que je suis et ce que je deviendrais ! Regardez un peu dans les livres sur les parcours des gens connus ou qui dirigent notre monde: Barack Obama ou encore Emmanuel Macron ont été élevés par leurs grands-parents. Cela ne les a pas empêchés tous les deux de finir Présidents d’un pays ! Regardez Mark Zuckerberg qui avait une place à Harvard et qui a tout quitté pour créer Facebook et il est milliardaire aujourd’hui ! Regardez Gabrielle Chanel (Coco Chanel) placée dans un orphelinat de bonnes sœurs et qui a fini par créer son empire avec sa marque Chanel qui rapporte encore des millions des années après sa mort ! Il faut croire en ses rêves et à force d’acharnement tout finit par payer non ?!

Tout le monde ne nait pas avec les mêmes chances

Je vis en Belgique dans la capitale de l’Europe et donc par définition un pays développé et riche ! Je ne comprends pas comment il est encore possible en 2017 d’avoir autant d’écart entre l’élite et les pauvres. Comment se fait-il qu’il n’y ait pas plus d’aides pour les personnes qui ont moins de moyens et qui n’ont même pas choisi car tu ne choisis pas de ne pas avoir des parents ou alors d’avoir des parents pauvres ! Revenons à mon problème de logement, je ne recherche pas à vivre dans un château mais bien dans un petit studio de moins de 50m² dans lequel je peux cuisiner, me laver et dormir voilà tout ce que je demande (1er besoin dans les besoins physiologiques de la pyramide de Maslow).

Quand nos dirigeants vont-il proposer une aide aux logements comme les APL en France par exemple !? Les propriétaires n’ont pas tous les droits en matière de choix et reçoivent des revenus supplémentaires en louant leur bien. Demander d’avoir un logement dit “social”, il y’a des listes d’attentes de fou et surtout un nombre incroyable de gens qui reçoivent des passe-droits pour ce type de logement hors qu’ils ont le revenu nécessaire pour se loger ailleurs! (Bref, c’est un autre débat!)

Sans oublier qu’après le paiement du loyer, il reste encore à payer les charges (locatives ou pas) et puis la nourriture, les soins de santé donc un salaire de min. 1000€ ça part vite mais c’est tellement difficile à gagner ! Je ne te parle même pas de sortir ou de faire du shopping ! Je te parle de payer l’élémentaire pour vivre ! 😉

Je te remercie d’avoir pris la peine de me lire jusqu’au bout et je voulais remercier aussi mes collègues de l’étude ou encore mes collègues avec lesquelles je collabore comme freelance ! À mes amis et ma famille pour leur soutien sans faille !  To be continued…