Lifestyle: Clement et son univers naturel pour prendre soin de vos cheveux

Lifestyle: Clement et son univers naturel pour prendre soin de vos cheveux

Clement Salon est un salon de coiffure situé à 5min du canal  “Tour & Taxis” de Bruxelles. C’est digne d’un petit cocon dans un écrin de verdure que Clement nous reçoit pour chouchouter et sublimer nos cheveux. C’est lors d’une entrevue exclusive accordée à Mademoiselle ERGO que Clement s’est confié sur son parcours de Lille à Mumbai jusqu’à Bruxelles et sur son magnifique métier qu’est le monde de la coiffure.

Photos : Clement Salon – tous droits réservés

Un après-midi de novembre, il fait très beau dehors, je me gare proche de l’adresse indiquée et j’appelle Clement car je ne suis par certaine de trouver. Celui-ci m’accueille dans une ancienne maison bruxelloise quand soudain, j’entre dans l’univers de Clement… une bulle hors du temps, un endroit cosy, un petit cocon de douceurs. L’énergie et la bienveillance qui se dégage de Clement me mettent de suite à l’aise. Nous démarrons l’interview avec un petit thé à la main et je lui pose mes questions.

Directement on ressent toute l’intelligence émotionnelle et l’univers de Clement dans sa manière d’aborder les choses, son parcours et la vie en générale. Je me sens transportée dans une autre dimension dans laquelle on se sent tellement bien.

L’interview touche à sa fin quand Clement m’invite à prendre place et à m’installer confortablement pour découvrir le rituel ayurvédique avec un massage du cuir chevelu d’une quinzaine de minutes avec l’huile “Indian Ayurvedic Hair Oil” de Dayna Paris|India. Ce massage permet de nourrir en profondeur mes cheveux (du cuir chevelu aux pointes) et en même temps de détendre le haut du corps (la tête, la nuque). Pendant ce massage, Clement ne parle pas avec ses clientes pour que celles-ci puissent vivre un moment de détente et de relaxation quasi méditatif. (NDRL: Pour ceux qui me connaissent bien, vous savez combien, je suis très mauvaise en méditation, relaxation et lâcher prise mais ici l’effet est garanti.)

Ensuite, Clement rince et lave mes cheveux avec un shampoing naturel de la gamme “This Green by Hairborist” et après nous passons à la partie coupe. J’avais besoin de changement et je me suis donc laissée couper une frange après une petite réflexion mutuelle pour s’assurer que ça irait bien avec la morphologie de mon visage et un bref rafraichissement de mes pointes. Un séchage et voici ma nouvelle coupe :

Je suis ULTRA satisfaite de ma nouvelle coupe et des soins prodigués par Clement. Au-delà d’un simple passage chez le coiffeur, il y’a aussi une belle rencontre humaine. Nous avons discuté de sujets liés à l’ayurvéda, aux doshas, à l’environnement, l’écologie, la médecine alternative, des voyages.. la liste est longue tellement les sujets étaient passionnants. Je vous recommande le salon de Clement les yeux fermés.

L’interview :

«MADEMOISELLE ERGO» – Pourquoi êtes-vous devenu coiffeur ?  

Clement Vannoye – J’ai démarré mes études de coiffure à 22 ans après un premier cursus d’architecture du paysage à Lille en France d’où je suis originaire. Je voulais déjà être coiffeur depuis l’âge de mes dix ans, mais mes parents, à l’époque, préféraient que je m’oriente vers d’autres types d’études. En France, les études de coiffure se déroulent sur 3 ans en alternance. J’ai été en apprentissage chez Philippe Gonay à Lille où je suis resté quelque temps. Ensuite je suis allé travailler à Paris comme coiffeur studio avant de venir travailler dans un salon bruxellois connu.

Je suis ensuite parti en Inde pour le travail en juillet 2015. L’Oréal India m’a proposé de partir à Mumbai pour une mission d’un an afin d’encadrer les futurs formateurs de l’Académie. Petit à petit et en plus de ma mission pour l’Oréal, j’ai commencé à collaborer avec Bollywood. Grâce à la découverte de cet univers et de nouveaux contacts, je me suis initié et formé aux soins ayurvédiques. En rentrant, je ne me voyais plus exercer dans des salons traditionnels, utiliser les mêmes produits qu’avant. Je n’étais plus dans ce mood-là. Je voulais attirer les gens autrement qu’avec une vitrine. Je voulais proposer un nouveau concept qui me ressemble. « Clement, coiffure & soins naturels » est né.

Et en quoi consiste votre métier ?

Accueillir, écouter, conseiller ! En tant que coiffeur, ce que j’aime le plus, c’est l’effet “avant/après”. J’aime le fait de m’occuper de quelqu’un, d’en prendre soin, d’égayer un peu sa journée, de l’écouter, de lui permettre un moment de détente. Le fait aussi de l’embellir évidemment. C’est fou comme une nouvelle perception de soi peut changer complètement l’énergie d’une personne.

J’ai déjà eu des questions comme: “ce n’est pas embêtant de faire tout le temps la même chose?” et je réponds : Non, car chaque client étant unique, je vis des expériences nouvelles chaque jour.

C’est un métier qui évolue sans cesse, je n’exerce plus mon métier de coiffeur comme je l’ai appris, il y’a 10 ans. Aujourd’hui, je travaille davantage dans le sur-mesure avec ce côté “exclusif” , ce qui ne veut pas dire que mon salon n’est pas accessible à tous, simplement  j’ai envie de pouvoir prendre le temps de m’occuper des clients et d’être à l’écoute de leurs besoins et leurs envies.

Quels sont les services que vous proposez au salon ?

–       Les forfaits coupe/séchage : soin sur cheveux secs-shampoing-coupe-brushing.

–        Les soins bien-être : le rituel ayurvédique, la détox à l’argile verte, la crème de karité et le masque de henné neutre.

–        La coloration alternative sans ammoniaque ni PPD. Les huiles essentielles ont remplacés les substances allergisantes.

–        La coloration 100% naturelle composée de poudre très fines de pétales, de pistils de fleur, d’épices et de plantes pour colorer le cheveux tout en le soignant.

–        Le balayage alternatif sans ammoniaque, à base d’argile, de maïs et de protéines de soie.

–        La mise en beauté : chignon, coiffage, formule mariage.

–        Il y a également un espace boutique qui met en avant des marques éthiques comme This Green by Hairborist (Belgique), Daynà Paris India (France) et bien sûr « Clement les produits », gamme ayurvédique sur-mesure développée à la main dans le salon.

Comment vivez-vous le fait d’être indépendant avec votre propre salon ?

Je suis quelqu’un d’assez indépendant déjà dans mon tempérament et je pense que c’est aussi pour cela que je l’ai fait. Dans mes précédents postes, j’ai démarré comme apprentis jusqu’à devenir manager d’équipe. Mes différentes expériences ont été très formatrices. Cependant faire du management était devenu un peu frustrant car je n’avais pas la satisfaction de faire tourner ma propre entreprise.

Actuellement, je travaille seul dans mon salon donc c’est encore un autre état d’esprit et une autre dynamique que si je devais diriger mon propre staff. J’ai acquis de nouvelles compétences.

Il y a évidemment en contrepartie énormément de boulot et on est seul à tout faire. Dans mon cas par exemple, quand je ne suis pas dans le salon, je varie mes activités. Je dois m’occuper de ma comptabilité, réaliser les commandes de produits/soins pour le salon, nettoyer et ranger les serviettes et le reste du matériel du salon, s’occuper de la prise des rendez-vous clients, la com’.

J’ai l’avantage que mon salon se situe dans ma maison où je vis avec mon mari ce qui permet un gain de temps et réduit les charges.

Cette interview te plait ? Épingle-là sur Pinterest ! 😉

Comment se passe une journée ou semaine type avec vous ?

Les journées sont assez variables en fait.  J’accueille les clients et leur propose les différents services : soins, coupes, coloration alternative ou végétale, massages, mise en beauté…

Si mon planning le permet, je crée également des cosmétiques bio mêlant huiles végétales et combinaisons de plantes que je propose à la vente pour des cheveux fortifiés, doux et brillants au naturel. Ma gamme comprend 3 shampoings solides ayurvédiques pour les différents types de cheveux, une poudre désincrustante visage et une huile miraculeuse pour cheveux et corps.

Il m’arrive également de travailler à l’extérieur pour des shootings mode et des défilés.

Mon horaire de travail, c’est du 9h-20h et parfois sur demande, je réalise également des nocturnes en fonction du calendrier lunaire. Ce sont en général des journées très intenses.

Quel est votre recette ou mantra dans les moments “down” ?

Je fais beaucoup de méditation et de la pleine conscience depuis mon année à Mumbai. Je n’ai pas de routine fixe, mais je fais au minimum 3 séances par semaine au feeling. Je m’écoute beaucoup et en fonction du planning et de mes impératifs, je m’octroie toujours du temps pour mes moments de médiation et de Yoga.

Mon boulot m’aide beaucoup aussi, car j’ai la chance de vivre de ma passion. Je me dois de prendre soin de moi pour pouvoir offrir un accueil chaleureux et relaxant dans une atmosphère zen et cosy. C’est aussi ce que les clients attendent !

Être entouré de mes amis et ma famille aide aussi beaucoup. Je me suis rendu compte de l’impact que ceux-ci avaient dans ma vie lors de mon année à l’étranger. Quand on est seul et loin de tout, ce n’est pas toujours évident.

Selon vous, qu’est-ce qu’il faut faire pour se lancer à son compte ? Avez-vous des conseils ?

J’ai été accompagné par l’incubateur d’entreprise bruxellois “Job Yourself” qui nous forme à tous les aspects de notre futur activité et je le conseille, c’est un excellent apprentissage.

Les incubateurs sont des structures intervenant dans la création d’entreprise. Des professionnels et des experts m’accompagnent dans la concrétisation de mon projet. Je me considère comme un artisan, être bien entouré était pour moi une priorité. J’ai aussi eu la chance de faire des études supérieures avant, ce qui apporte également un autre bagage.

Quand on lance son activité, il faut savoir qu’il y aura énormément de travail, d’aspects administratifs, de sacrifices et de moments de solitudes parfois. Mais quelle satisfaction quand on voit que tout cet investissement porte ses fruits !

Qu’est-ce que vous faites quand vous ne travaillez pas ?

J’aime beaucoup la nature et la forêt en particulier. Je pense que ça se voit dans la déco de mon salon. Les plantes occupent une place importante dans la maison. Nous avons un grand chien et partons régulièrement faire de longues balades pour profiter du calme, de l’air, du paysage et recharger nos batteries.

J’aime aussi cuisiner, le dahl particulièrement… C’est un de mes plats indiens favoris à base de lentilles.  J’ai découvert en Inde une richesse culinaire, une manière pour moi de revivre ma parenthèse indienne depuis ma cuisine.

J’ai aussi besoin de passer du temps en famille et entre amis.

Retrouvez CLEMENT SALON

SiteFacebookInstagram

Orientation: De la mode au web avec Lisa

Orientation: De la mode au web avec Lisa

Lisa de IIWABSTUDIO est graphiste et webdesigner freelance. Elle crée des sites web et une identité graphique à destination des femmes entrepreneures.  Lisa a un bac+3 en communication avant de reprendre des formations sur le tas pour devenir webdesigner notamment. Lisa bossait avant pendant 8 ans dans le retail, c’est suite à un burn-out , qu’elle s’est réorienté dans l’entrepreneuriat. Lisa a accepté de se livrer sur son expérience professionnelle, son activité de freelance ainsi que quelques bribes de sa vie privée. Un très beau portrait une fois de plus :

«MADEMOISELLE ERGO» – Pourquoi êtes-vous devenue Graphiste & Webdesigner Freelance ? Et en quoi consistent ces métiers ?

Lisa Gounon – Je n’ai pas toujours fait ça. J’ai travaillé 8 ans dans le commerce de détail, j’ai toujours été passionné par la mode, je voulais même être styliste quand j’étais plus jeune.

Après 8 ans dans les magasins et un burnout, j’ai eu besoin de changement et surtout de retourner à quelque chose de plus créatif. Je voulais aussi un métier qui me permette d’être indépendante et libre de bouger. L’objectif de départ était de devenir digital nomad. L’objectif a changé mais l’envie d’indépendance n’a pas bougé.

Je voulais un métier qui allie création et digital. J’avais des choses à dire, à partager, notamment sur ma reconversion. J’ai donc ouvert le blog hashtag92.com. Je ne l’ai pas ouvert toute seule, mais avec Nath mon amie qui souhaitait elle aussi se lancer dans une reconversion. Elle a d’ailleurs aujourd’hui repris le site.

L’ouverture de ce blog m’a fait découvrir la magie de WordPress et j’ai commencé à me renseigner sur le webdesign. Je me suis formée au métier de webdesigner et j’ai repris une formation complète de graphisme. Des métiers parfaits qui allie digital et créativité !

Je suis donc devenue graphiste et webdesigner. Je crée des identités visuelles et des sites internet.

Quel a été le déclic pour choisir ces métiers-là ?

Le déclic a vraiment été l’ouverture du premier blog mais aussi les perspectives d’apprentissage. Le digital évolue sans cesse, on peut se former tout le temps à de nouvelles méthodes et on peut aussi créer de nouveaux produits/services. C’est ça qui m’a plu.

Quelles études/formations avez-vous suivies pour pouvoir exercer ?

J’ai un bac+3 en commerce et communication des entreprises. Mais ça c’était il y a 10 ans… A l’époque on n’apprenait pas vraiment à créer un site-:-(

Du coup j’ai fait le choix de reprendre les bases avec la formation « Graphiste en 7 semaines » de Laure Favrat @lauredouceline

Autre choix que j’ai fait, c’est de ne pas retourner à l’école parce que je ne voulais pas perdre de temps. J’ai aussi choisi de ne pas choisir une seule et unique formation. Le monde du digital a besoin de plusieurs sources et surtout il existe 1001 spécialités et je ne me voyais pas  choisir. Je me suis donc formé chez LiveMentor au marketing digital. J’ai approfondi les logiciels (photoshop, Illustrator, Sketch…) avec des formations spécialisées sur Udemy et j’ai suivi des formations en UX design et webdesign sur OpenClassroom.

J’ai complété en lisant des livres et des articles de blog sur des sujets particuliers. Et bien sûr, j’ai surtout expérimenté !

Quels sont les services que vous proposez avec “IIWAB STUDIO » ?

Je m’adresse principalement aux femmes qui entreprennent car je suis passionnée d’entrepreneuriat au féminin. Je trouve ça fantastique tous ces réseaux et cette entraide qui se crée autour de cette thématique. Je suis également passionnée de management, c’est d’ailleurs la chose qui me manque le plus de mon ancien métier. J’ai donc décidé de mettre l’accompagnement et la formation au centre de tous mes produits et services.

Je propose les services « classiques » de création de sites internet sur CMS et de création d’identité visuelle. Je ne propose pas de création de logo seul car, pour moi, ça n’a pas de sens de créer un morceau et pas l’autre.

Avec IIWAB, j’ai vraiment envie d’accompagner les jeunes entrepreneurs puisque je pense que l’identité visuelle fait partie intégrante de la base de l’entreprise au même titre que son nom ou ses statuts. Je propose donc un service d’accompagnement en partage d’écran pour la création de site ou l’identité visuelle. Et j’ai aussi créé une formation complète en vidéo pour apprendre aux entrepreneures à créer leur site web seule. Cette formation est conçue pour créer un site pas à pas et elle comprend un accompagnement de 6 mois.

Comment vivez-vous le faît d’être freelance ?

J’adore ! Je suis libre de mon planning, libre de développer mes projets et surtout de choisir les personnes avec qui je souhaite travailler. Même si le rythme de travail est souvent élevé parce que pour l’instant je fais tout, toute seule, je suis libre de travailler comme je veux et de planifier mes moments de repos en pleine semaine si je le souhaite.

Bien sûr, la motivation et l’organisation pour travailler chez moi n’est pas venue d’un coup. J’ai mis du temps à trouver mon rythme et à me motiver chez moi mais aujourd’hui je suis heureuse, passionnée et épanouis !

Comment se passe une journée ou semaine type avec vous ?

Il n’y en a pas vraiment et c’est ça qui est bien ! Je vais quand même essayé de te décrire les grandes lignes. En principe, je travaille quasiment tous les jours de la semaine. Je préfère travailler 7/7 et avoir des demi-journées libres et souvent improvisées. Ce rythme me permet de ne pas dire non à une escapade, à un ciné en plein milieu de l’après-midi…

Dans les choses que je fais chaque semaine, il y a la préparation de mes post instagram et pinterest et l’écriture d’un article de blog.

Ensuite, je prépare mon planning de la semaine en fonction du travail que j’ai à faire pour chacune de mes clientes. J’ai encore du mal à bloquer des créneaux « lecture » ou « formation ». C’est un de mes objectifs !

Qu’est-ce qui vous anime le plus dans votre métier ?

Les rencontres ! C’est incroyable le nombre de personnes que j’ai rencontré depuis que je me suis lancée ! Rencontre virtuelle ou réelle, peu importe, il y a vraiment de chouettes liens qui se créent et même des partenariats incroyables.

Quel est votre recette ou mantra dans les moments “down » ?

J’arrête tout ce que je fais. Peu importe que j’ai une deadline ou pas, si ça ne va pas, j’arrête. Je sors de chez moi si j’ai envie ou je m’enfonce sous mon plaid devant Netflix ! En tous cas, je ne force pas les choses, c’est contre-productif !

J’ai la chance de vivre avec quelqu’un qui me comprend et me soutien dans tout ce que j’entreprends. Alors, souvent, c’est elle qui arrive à me faire parler. Ensemble, on résout tout, on dénoue les situations qui coincent dans mon cerveau et en principe, après ça, c’est reparti !

Selon vous, qu’est-ce qui il faut faire pour se lancer à son compte ? Vous avez des conseils ?!

Il faut investir sur soi ! Il faut se préparer, se développer, apprendre à se connaître. On est l’acteur principal de notre entreprise, on doit se connaître pour savoir ce que l’on veut réellement. Connaître sa mission de vie et définir ses objectifs et ses valeurs, c’est capital si on veut que l’authenticité transparaisse parfaitement.

Quels sont vos rêves ou projets futurs ?

Plein de projets pour 2019 ! De nouveaux services et produits verront le jour ! Mais je ne vais pas spoiler 😉

Mon rêve numéro 1 est de vivre complètement de mon entreprise. Mon rêve numéro 2 est de travailler uniquement pour des femmes qui entreprennent dans les domaines du bien-être, de la spiritualité et de l’ésotérisme !

Qu’est-ce que vous faîtes quand vous ne travaillez pas ? (activités/hobby’s)

Je balade Noa, notre bouledogue 🙂 C’est pas une activité mais ça prend beaucoup de temps chaque jour ! Je regarde des séries : inconditionnelle d’Outlander, Grey’s anatomy et pleins d’autres ! Je peins, bien qu’en l’écrivant je me rend compte que je ne l’ai pas fait depuis longtemps ! Je lis et je me forme à de nouvelles choses.  Je sors avec Nath. Une terrasse, un verre et on peut théoriser toute la soirée 😉

J’aime beaucoup de choses, alors c’est souvent cyclique. Parfois je vais avoir envie de peindre tous les jours, d’autres fois de dévorer des livres ou encore de pratiquer des activités manuelles. Là encore, il n’y a pas de schéma, je suis mes envies et mon intuition.

Cette interview te plait ? Épingle-là sur Pinterest 😉

SiteFacebookInstagram

 

Entretien vidéo avec Laurent Nizette : l’explorateur de sa vie

Entretien vidéo avec Laurent Nizette : l’explorateur de sa vie

Laurent Nizette est un explorateur, écrivain et photographe bruxellois. Depuis son enfance, il aime raconter, imaginer, découvrir le monde qui l’entoure. C’est très naturellement, qu’il s’est mis à la photo et à écrire des textes qui deviendront ensuite des livres.  Laurent a accepté de répondre à mes questions dans un entretien vidéo exclusif :

Les questions :

1) Pourquoi êtes-vous devenu photographe et écrivain ?

Laurent nous raconte comment son histoire d’amour avec la photographie et l’écriture a commencé…

2) Quelles études/formations avez-vous suivies pour pouvoir exercer ?

Laurent a suivi des études de photographie à INRACI de Bruxelles mais il a pris le reste sur le tas en observant beaucoup, notamment lors de ses voyages…

3) Quels sont les services que vous proposez ?

Laurent propose plusieurs services et toutes les infos sur son site, cliquez-ici

4) Comment vivez-vous le fait d’être indépendant ?

Laurent nous explique pourquoi il vit très bien le fait d’être indépendant…

5) Comment se passe une journée ou semaine type avec vous ?

Laurent travaille et crée beaucoup…

6) Quel est votre recette ou mantra dans les moments “down” ?

A découvrir dans la vidéo !! 😉

7) Selon vous, qu’est-ce qui il faut faire pour se lancer à son compte ? Avez-vous des conseils ?!

Osez mettre un pied devant l’autre et ne pas avoir peur de beaucoup travailler !

8) Qu’est-ce que vous faîtes quand vous ne travaillez pas ? (activités/hobby’s)

Laurent travaille tout le temps et comme il aime son métier, il n’a pas l’impression de travailler.

Retrouvez Laurent Nizette sur :

SiteYoutubeFacebookInstagram

Orientation: Réussir sa reconversion pro’ avec Élodie

Orientation: Réussir sa reconversion pro’ avec Élodie

Après dix années en tant que fleuriste, Élodie ne sentait plus en adéquation avec son métier. Elle a décidé de se réorienter dans le coaching holistique pour les entrepreneures et les femmes en reconversion professionnelle. Pour elle, guider les autres, c’était une évidence enfouie au plus profond d’elle-même. Élodie a accepté de répondre aux questions de Mademoiselle Ergo dans une interview exclusive.

Objectif Lune Coaching – tous droits réservés

J’ai découvert le profil d’Élodie Spaak grâce à ma copine entrepreneure Lilloise Laura Gatto pendant mon mois de repositionnement, de lâcher prise par rapport à mon business et à ma vie. C’est donc naturellement que j’ai voulu partager avec vous son parcours au travers d’une interview. J’aime beaucoup l’état d’esprit et l’univers qu’Élodie dégage sur les réseaux sociaux.

«MADEMOISELLE ERGO» – Pourquoi êtes-vous devenue coach holistique pour entrepreneures & femmes en reconversion ? Et en quoi consiste votre métier ?

Élodie Spaak – J’ai été fleuriste pendant presque 10 ans, j’ai adoré ce métier, la beauté, la créativité, donner du bonheur aux autres, leur permettre de s’échapper de leur quotidien. Mais à un moment donné ça ne me comblais plus, je me sentais triste, il me manquait quelque chose. Très tôt j’avais ressenti le besoin et l’envie d’accompagner les autres : après mon bac j’ai tenté une formation pour être éducatrice de jeunes enfants, un an dans une école d’assistante sociale, des écoles d’art, mais rien de tout ça n’était vraiment LE travail dont je rêvais.

Quand j’ai senti que le métier de fleuriste ne me correspondait plus, je me suis sentie désemparée, je n’avais aucune idée de ce que j’allais devenir et faire de ma vie. Alors j’ai cherché, et j’ai découvert le métier de coach. Immédiatement, j’ai su que c’était ça ! En fait j’avais toujours rêvé de ce métier, mais je ne savais pas qu’il existait ! Accompagner les autres à transformer leur vie, à développer et prendre conscience de leurs talents, de leurs potentiels, à retrouver du sens, de la joie, c’était ça mon rêve !

L’approche holistique m’a tout de suite plu : prendre en compte la globalité de l’être. J’accompagne mes coachées dans toutes les dimensions de leur vie: émotionnelle, mentale, physique, spirituelle, professionnelle. Selon moi il est temps de remettre l’Humain au centre des priorités et de comprendre que nous sommes l’alliance d’un corps, d’un cœur et d’un esprit qui, à eux trois, nous offrent des possibilités infinies.

Mon métier consiste à accompagner les femmes en projet de reconversion et les entrepreneures qui veulent se créer une vie sur-mesure, à la hauteur de leur potentiel. A travers le domaine professionnel c’est en réalité un rééquilibrage complet qui s’opère !

Quel a été le déclic pour choisir ce domaine ? 

Je suis tombée sur le blog d’une femme qui était coach. A l’époque, ce blog m’avait beaucoup parlé, j’avais trouvé son témoignage génial ! Dans le fond je savais que j’étais faite pour ça depuis toujours, j’avais juste besoin de mettre un nom dessus ! Du moment où j’ai compris que ça existait, j’ai foncé !

Quelles études/formations avez-vous suivies pour pouvoir exercer ? 

J’ai commencé par une formation de coaching certifiante dans une école parisienne. Très vite j’ai dû me rendre à l’évidence : je ne pouvais pas attendre la fin de la formation pour me lancer professionnellement ! J’adorais tellement ça, je me sentais tellement bien et dans le flow quand je coachais !!! Alors je me suis lancée en auto entrepreneur. J’ai tout de suite eu mes premières clientes et, alors qu’on m’avait dit que je mettrais au moins deux ans pour que ça décolle vraiment et qu’il y avait très peu de chances pour que j’en vive un jour, moins de six mois après je me dégageais un vrai salaire !

Je me forme en continu, pour moi le coaching est une base d’accompagnement à laquelle j’ajoute ma patte personnelle à travers les approches qui m’intéressent !

Quels sont les services que vous proposez avec “Objectif Lune Coaching” ?

J’ai deux accompagnements de trois mois chacun:

  • « Sens & Mission » pour les femmes en reconversion qui ne trouvent plus de sens dans leur vie professionnelle
  • « Attraction & Abondance » pour les entrepreneures qui veulent lancer ou développer leur activité en l’amenant au niveau supérieur

Pendant 3 mois nous effectuons une séance d’une heure chaque semaine, suite à laquelle je donne des exercices introspectifs sur lesquels nous débriefons lors de la séance suivante, et ainsi de suite ! Tout est fait sur-mesure pour chaque cliente : je suis disponible pour elle entre deux séances, j’adapte les exercices et les thématiques en fonction des besoins de chacune. Par exemple, certaines ont de vraies difficultés avec l’argent, je consacre donc une ou plusieurs séances à la gestion financière, au rapport à l’argent, au besoin de sécurité, ….

Je propose aussi des coachings guidance, qui sont destinés aux personnes ayant besoin d’un « déblocage  express » par rapport au domaine professionnel. C’est un accompagnement par mail pendant 5 jours lors duquel je pousse à la réflexion, je donne des exercices, bref : ça bosse et ça avance !

Comment vivez-vous le fait d’être freelance ?

A merveille ! Je ne me suis jamais sentie aussi bien, libre et alignée que depuis que je suis à mon compte ! J’adore le fait de pouvoir faire évoluer mon activité au gré de mes envies, de mes nouveaux apprentissages ! Je suis une grande curieuse de nature, j’aime le mouvement, le changement, donc pour moi la vie d’auto entrepreneure est un vrai luxe ! Et puis je me rends compte qu’en fait lorsque j’étais salariée j’avais développé plein de qualités propre aux entrepreneures : grande autonomie, prise d’initiative, gestion et création d’une page Facebook d’un compte Instagram,…. J’avais l’habitude de faire plus que ce qu’on me demandait et de beaucoup m’impliquer dans l’entreprise.

Comment se passe une journée ou semaine type avec vous ?

C’est là tout le charme de mon quotidien : je n’ai pas vraiment de semaine type ! Je coache mes clientes, c’est mon seul « impératif » ! Autrement bien sûr je poste sur les réseaux sociaux, je fais vivre le groupe privé Facebook, je gère l’administratif, la compta, j’écris des articles de blog, mais surtout je m’écoute ! J’ai choisi la liberté, ce n’est pas pour me surcharger derrière ! Je me fixe généralement deux ou trois tâche par jour, en fonction de comment je décide d’articuler ma semaine, mais je fonctionne surtout au feeling ! Il n’y a que deux choses sur lesquelles je ne déroge jamais : mes clientes et ma routine matinale. Le reste peut attendre !

Qu’est-ce qui vous anime le plus dans votre métier ?

Tout ! Honnêtement, j’aime tout ce que je fais ! Mais ce que je préfère par-dessus tout bien entendu c’est coacher, ça me met dans un état de flow immédiat, je ne vois plus le temps passer ! Et puis voir mes clientes évoluer, se transformer, se dévoiler au fil des séances, reprendre confiance en elles, c’est magique !

Cette interview te plait ? Épingle-là sur Pinterest 😉

Quel est votre recette ou mantra dans les moments “down” ?

J’accueille, et j’accepte. Je ne cherche pas à lutter, je lâche-prise, tout en gardant du recul. Je sais que la vie fonctionne par cycle, et je garde toujours en tête que dans un moment « down » je ne peux que remonter 😉 Ce n’est pas un mantra mais une croyance ressource : pour moi l’échec n’existe pas, chaque expérience est là pour m’apprendre quelque chose !

Selon vous, qu’est-ce qui il faut faire pour se lancer à son compte ? Avez-vous des conseils ?! 

Volonté, passion et détermination. Tout le reste ça se travaille, mais ça c’est la base ! Sans ça la moindre difficulté donnera envie de tout abandonner.

Les conseils que je donnerais sont ceux liés à ce que je vois tous les jours : il n’y a pas de projet irréalisable. J’ai presque tous les jours des femmes au téléphone qui me disent « je ne sais pas si c’est possible ». On peut tout faire si on y croit vraiment. Ce qui fait que certains réalisent leurs rêves, c’est qu’ils y croient. Moi-même j’ai surmonté de nombreux obstacles, on m’a dit que je n’y arriverais pas, j’ai dû faire face à mes peurs, mes croyances limitantes, et aujourd’hui j’en suis exactement là où j’ai toujours rêvé. Pas une seule seconde je n’ai remis mon projet en question, quoi qu’on me dise, quoi qu’on en pense.

Quels sont vos rêves ou projets futurs ? 

J’ai plusieurs projets pour la suite : écrire un livre, faire des ateliers, des cercles de femmes, des conférences, des stages d’immersion, des programmes en ligne. J’aimerais aussi développer un concept avec mes trois passions : les animaux, l’art et le coaching.

Actuellement je suis une formation certifiante qui va me permettre d’aligner l’énergie de mes clientes avec leurs objectifs, qui va sans doute m’amener à modifier mes accompagnements et ma façon de travailler.

Qu’est-ce que vous faîtes quand vous ne travaillez pas ? (activités/hobby’s)

Je me forme, j’apprends ! Tellement de choses m’intéressent, parfois je me dis que je n’aurais jamais assez d’une vie pour faire tout ce que je voudrais ! Là par exemple je suis à fond dans la numérologie et l’énergétique, j’aimerais aussi me former à l’astrologie, au tarot de Marseille, aux fleurs de Bach…. Dès que je n’apprends pas j’ai l’impression de perdre mon temps ! Et l’avantage c’est que je peux agrémenter mes coachings avec mes différents apprentissages !

J’aime aussi faire du yoga, me promener (je peux marcher des heures), la musique, la méditation, …

Site Groupe FacebookInstagram

Lifestyle: Hyvin une nouvelle façon de prendre soin de soi

Lifestyle: Hyvin une nouvelle façon de prendre soin de soi

La douce Julie Taton nous accueille chez Hyvin, un centre de bien-être basé sur les médecines alternatives et énergétiques. Cette working-mom, à la fois, animatrice chez RTL Belgique et femme influente avisée, est aussi maman du petit Côme. Julie a autant d’énergie à revendre que de la bienveillance qui émane d’elle. Le mois dernier, Mademoiselle Ergo a eu la chance immense de la rencontrer pour entretien exclusif.  

Photos : Christian Hagen – tous droits réservés

 

«MADEMOISELLE ERGO»Pouvez-vous nous décrire le concept de HYVIN ?

Julie Taton – HYVIN est centre pluridisciplinaire qui regroupe différentes pratiques exercées par des experts “coup de cœur” en médecines alternatives et énergétiques (ex: kinésiologie, thérapie holistique, hypnose, sophrologie, acupuncture, massages Thaï, … etc)  ainsi que des soins esthétiques (LPG et Cryofit center).  Il y’a aussi un espace boutique qui met en avant des marques éthiques et conscientes belges ou internationales comme Likami, GreenLab, Thé Hyvin et détox, Nasoha, Little Butterfly, Alphascience.

Photos: Christian Hagen – tous droits réservés

Les soins dispensés chez HYVIN regroupent les bienfaits esthétiques et énergétiques. liés au physique et au mental. Pour que ceux-ci fonctionnent à 100%, il est certain que l’on applique une bonne hygiène de vie.

Photos: Christian Hagen – tous droits réservés

A la rentrée, HYVIN met à disposition un espace pour l’organisation d’événements comme les babys shower, EVJF, des ateliers pour les petits-déjeuners et déjeuners, les ateliers de méditation, ateliers de tarots et privatisation des lieux pour un dîner ou un événement marques/presse.

Photos : Christian Hagen – tous droits réservés

Pourquoi avez-vous décidé de créer ce centre ?

J’ai eu envie d’un nouveau challenge professionnel après 15 ans dans le milieu de la TV et du divertissement. J’ai estimé qu’en tant que animatrice, j’avais fait le tour de la question même s’il me restait encore beaucoup de choses à apprendre. Cependant, cela reste un métier éphémère. Je souhaitais avoir un projet à moi et avec lequel je pouvais grandir et qui me parlait sur du long terme. J’ai cherché plusieurs idées: une collection de vêtements pour les enfants, faire des bijoux… Puis je me suis dit : “ Mais là Julie, tu fais tout ce que tout le monde fait déjà et qu’ils font très bien.” C’est en parlant avec mon mari, qu’il m’a dit: “pourquoi ne fais-tu pas un endroit où tu regroupes tout ce que tu aimes. Parce que tu cours dans toute la Belgique pour aller voir des experts du bien-être”.

Quel est votre cursus académique en supérieur ?

J’ai commencé à 17 ans un graduat en relation publique, mais qui s’est interrompu, car à 18 ans j’ai été élue Miss Belgique. J’ai enchainé avec mon année de Miss et tous les contrats qui en découlent. A la fin de mon année de Miss Belgique, le média RTL Belgique m’a engagée. J’ai appris davantage sur le terrain que sur les bancs de l’unif. (En tout cas dans mon domaine qui est la com) Cela a été la plus belle des formations.

Comment conciliez-vous votre métier de chroniqueuse chez RTL Belgique avec HYVIN ?

Ce n’est pas évident tous les jours, mais heureusement, pour moi les tournages et toutes les émissions TV ne se font pas en même temps. L’été dans le milieu de la com’ et l’audiovisuel tout est plus calme, ce qui m’a permis de faire le focus sur HYVIN.

À partir de la rentrée, je vais devoir gérer 3 émissions donc je verrai comment combiner tout cela. Chez HYVIN, j’ai aussi Alison qui m’aide au bon fonctionnement du centre, ce qui me permet de dégager du temps pour le reste de mes tâches.

Quel est votre regard sur les réseaux sociaux  et les médias d’aujourd’hui ?

J’ai l’impression que je fais partie encore de l’ancienne génération tout en utilisant les réseaux. Je ne suis pas comme les blogueuses et les influenceurs, toutefois j’ai de belles propositions de mises en avant avec des marques que je sélectionne avec soin et avec lesquelles, j’apprécie de travailler.

J’essaie surtout de gérer mes réseaux sociaux en me disant que c’est utile. L’inconvénient maintenant c’est que la presse peut voler mes photos sans mon autorisation – même si l’article en lui-même est flatteur – mais j’estime que si quelqu’un souhaite faire un reportage sur moi et en rapport avec mon image, qu’il suffit de prendre contact avec moi pour avoir mon autorisation.

Le mauvais côté des réseaux sociaux et de certains médias, c’est cet “excès” de pouvoir voler les photos ou les identités sans le consentement des intéressés. (NDLR: Julie nous fait part qu’elle a souvent son compte Instagram hacké ou des faux profils qui usurpent son identité). C’est un peu quitte ou double, j’utilise mes réseaux sociaux à des fins mi-perso et mi-pro. J’aime beaucoup Instagram et les échanges que j’ai avec ma communauté qui sont bienveillants.

Cette interview te plait ? Épingle-là sur Pinterest ! 😉

Qu’est-ce qui vous anime le plus dans votre vie ?

Les surprises, c’est-à-dire que je ne sais jamais ce que le lendemain me réserve et c’est ça qui me plaît parce que du coup, je ne ressens pas tellement les effets d’une routine.

Je ne m’ennuie jamais et quand c’est le cas, ça ne me convient pas trop. Mais je crois beaucoup aux surprises de la vie, car quand tu es juste avec toi-même et que tu fais les choses avec le cœur, tu te rends compte qu’il y’a des portes qui s’ouvrent. C’est beau et chouette ce qui t’arrive. Je suis très confiante à ce niveau-là. Je crois beaucoup en la vie et les petites choses qu’elle me réserve.

Je suis consciente que j’ai de la chance, mais après à côté de cela, j’entretiens cette chance. Je me force aussi d’avoir des pensées positives et chasse les idées négatives en ne parlant pas dans la négation. Souvent on ne se rend pas compte de la puissance qu’on a et, quand on a un rêve qui est juste, qui est bon pour soi, si tu y crois et que tu dépenses toute l’énergie pour, tu y arrives ! C’est cela que je trouve magique dans la vie.

Comment se passe une journée ou semaine type avec Julie Taton ?

Je cours dans tous les sens. Pour l’instant, mes semaines sont très rythmées par Hyvin. Les lundis comme Alison mon employée n’est pas là,  je suis présente d’office au centre. Je travaille sur mes mails, la comptabilité, la gestion RH, le management des équipes, la gestion des rendez-vous/soins, si les aspects techniques liés à l’intendance ont été faits.

Les mardis, après avoir déposé mon fils à la crèche et/ou mon beau-fils à l’école. Je file faire 1h de sport. Ensuite je viens chez HYVIN et je travaille.

 

Les mercredis, le matin je vais au sport et ensuite je reste chez HYVIN car Alison n’est pas là les après-midis.

Les jeudis, je dépose les enfants, je vais au sport et je reviens chez Hyvin et les vendredis pareils.

Sachant que certaine semaine, on m’appelle pour faire des voix, de la promo ou un tournage donc cela s’ajoute à mon emploi du temps.

Les samedis, si je n’ai pas eu assez de temps de faire de sport en semaine alors j’y vais et ensuite je reviens chez HYVIN voir si tout se passe bien.

Après c’est le weekend en famille avec mes enfants et mon mari et les dimanches, je ne fais rien dans le sens pas de boulot !

Quels sont vos rêves et projets futurs ?

Réussir à stabiliser les fondations d’HYVIN à tous les points de vues. Je souhaiterais pouvoir déléguer davantage pour afin de réaliser d’autres projets. Mon rêve, c’est surtout de garder la santé pour pouvoir gérer tout le reste !

Comment vous combinez votre vie de famille et de business woman ?

 J’ai lancé HYVIN avec mon mari, même si lui de son côté est très pris, car il lance une imprimante 3D et qu’il gère une agence de communication/évènementielle. On ne se croise beaucoup, mais on est dans la qualité des moments. Le matin c’est le rituel avec les enfants et ensuite la journée démarre et le soir c’est de nouveau le rituel avec les enfants jusqu’à 20h30. Là ce sont nos moments avec mon mari, soit on bosse, soit on ne fait rien et on regarde un bon film ou une série. Je préfère être dans la qualité des moments avec mon fils et mon mari. C’est-à-dire que quand je vais à la plaine de jeux, je suis là et je partage un moment présent avec mon fils.

Un secret ou une recette magique pour savoir si on est en phase avec soi ?

Elle est toute simple: “c’est de s’écouter”. On a tous une petite voix, pour certains c’est dans la tête, pour d’autres elle est dans le ventre. Mais quand on se pose une question, on a tous,à un moment donné, déjà la réponse. Quand on est en phase avec soi, c’est quand on est cohérent par rapport, à ce qu’on ressent, à nos envies et à ce qu’on vit.

Quels conseils donneriez-vous à des jeunes qui souhaitent se lancer ?

De croire en leurs rêves. Du côté cartésien, on va parler de plan financier et du côté spirituel, on va parler de plan de vie, mais les bases sont les même. C’est-à-dire savoir où tu vas, quels sont tes objectifs, quel est ton rêve, savoir comment tu vas y arriver.

Après, si on écoute sa petite voix, les signes autours de nous, et qu’on sait ce qui est juste pour nous, les choses vont se mettre en place plus facilement. Il faut croire en ses rêves avec détail et précision. Quand cela vient du cœur, on ne peut que réussir !

SiteInstagramFacebook

Lifestyle: Briller de Santé avec la rayonnante Élodie

Lifestyle: Briller de Santé avec la rayonnante Élodie

Après 7 années dans l’enseignement, Élodie se lance à 100% dans son business avec Briller de Santé. Cette ancienne prof reconvertie en coach bien-être et en alimentation saine partage ses recherches, astuces, bon plans au travers de son site et de sa chaine Youtube avec sa communauté. Comment prendre soin de soi et de sa santé en version 3.0, c’est ce que nous livre Élodie dans cette interview exclusive accordée à Mademoiselle Ergo. 

Photos: Élodie de Briller de Santé – tous droits réservés

«MADEMOISELLE ERGO» – Pouvez-vous nous décrire en quoi consiste Briller de Santé?

Élodie Leclercq – Briller de Santé est une jeune entreprise que j’ai créé en août 2016. On y parle de nutrition, de bien-être, de santé et de développement personnel. Je partage tous mes conseils à travers les différentes plateformes telles que mon blog mais aussi Youtube, Instagram, Facebook et d’autres réseaux sociaux. J’y propose des accompagnements en tant que coach mais aussi des ebooks et des programmes en ligne que tout le monde peut suivre partout dans le monde. Je propose également plusieurs fois par an des ateliers de cuisine et des conférences.

Pourquoi avoir créer ce projet ?

J’ai créé Briller de Santé suite à de gros problèmes de santé que j’ai moi-même rencontrés. En 2013, suite à des changements hormonaux,  je suis tombée en épuisement chronique, tout mon corps a lâché. J’ai longtemps erré dans le monde médical sans avoir aucune réponse ni solution. Les médecins disaient que c’était dans ma tête et que la maladie était chronique donc à vie. Je n’ai pas accepté cette réponse. J’ai alors commencé à faire mes propres recherches. J’ai étudié la nutrition, les remèdes naturelles, les pathologies chroniques… par moi-même. J’ai modifié mon alimentation et mon mode de vie, l’impact fut énorme! Mon état s’est amélioré de jour en jour et il y avait en moi cette envie irrésistible d’à mon tour aider les autres à retrouver la pleine santé. Au moment où je me suis plongée dans le développement personnel, j’ai découvert le monde de l’entreprenariat sur le web, j’ai lâché toutes les peurs et je me suis lancée!

Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste votre métier de coach bien-être et nutrition ? Quels types de formations faut-il suivre ?

J’accompagne les personnes à travers des séances de coaching individuel, des ebooks ou des programmes en ligne que je crée régulièrement. Je les aide à rééquilibrer leur alimentation en fonction de leur profil (car nous sommes tous différents) mais aussi à créer un mode de vie qui leur convient. Ma philosophie à travers Briller de santé est de travailler sur tous les piliers : la nutrition, le corps, la gestion du stress et des émotions, le développement personnel… . Tout est une question d’équilibre et d’écoute de soi.

J’ai suivi la formation de Taty Lauwers “L’alimentation ressourçante et le profilage alimentaire”, pour le reste, je fais confiance à l’école de la vie 😉 J’expérimente et j’apprends beaucoup par moi-même et au contact des autres. Je suis également plusieurs conférences ou séminaires par an.

Quel est votre cursus académique en supérieur ?

Au départ, je voulais devenir danseuse. J’ai donc fait 2 ans d’études en danse au Lycée Martin V. Si j’avais réellement écouté mes désirs, j’aurais été jusqu’au bout de ce rêve mais malheureusement, j’ai eu peur de la différence, de l’échec et d’aller vers un mode de vie alternatif, du coup, j’ai tout abandonné. J’ai donc entamé un cursus classique à l’université (UCL) de Louvain-La-Neuve en langues et littérature (anglais/espagnol) pour devenir enseignante. Cela n’aura duré qu’un an. L’université, ce n’était pas pour moi, trop de théorie, pas assez de sens et de créativité. Je savais que je voulais enseigner mais j’étais un peu perdue. En sortant de l’école secondaire, j’avais hésité avec des études pour devenir institutrice primaire, du coup je me suis dirigée vers ce choix. Je vais être tout à fait honnête, je n’ai vraiment pas aimé ces 3 ans de baccalauréat mais je suis allée jusqu’au bout car j’aimais transmettre et à l’époque, je me voyais bien dans un mode de vie bien rangé. Au bout de 7 ans d’enseignement, je ne me sentais plus du tout à ma place. Trop de routine et pas assez de liberté et de créativité à mon goût. C’est lorsque j’ai créé Briller de santé que tout s’est éclairé.

Cette interview te plait ? Épingle-là sur Pinterest !

Comment se passe une journée ou semaine type avec vous ?

Comme je le dis souvent, rien n’est permanent. J’aime varier l’organisation de mes journées, ça apporte du renouveau dans mon quotidien! Je commence toujours ma journée par une routine du matin. Je pratique du yoga, de la médiation et d’autres rituels. Cela me permet de démarrer la journée alignée et plus concentrée pour travailler. Ensuite, je prends souvent 1h pour répondre aux mails, aux messages et aux commentaires sur les réseaux sociaux. L’après-midi, je crée du contenu, des nouveaux programmes ou je travaille sur divers projets. J’ai appris à ne plus travailler après 18h sauf événement exceptionnel. Pendant 2 ans, j’ai géré mon boulot d’institutrice à plein temps tout en développant de Briller de santé. Quel challenge! J’étais épuisée mais je ne voulais rien lâcher. Désormais, je bosse exclusivement pour mon entreprise et j’ai cette chance d’organiser mes journées comme je le désire. Je suis vraiment mon intuition et je travaille en fonction de mon énergie et de ma créativité. Chaque semaine, je consacre une journée au tournage de plusieurs vidéos, cela me permet d’être tranquille pour 2 semaines et de ne pas devoir enregistrer tous les jours. J’aime beaucoup regrouper les tâches, je me sens plus efficace. Par exemple, le dimanche, je prépare mon planning de la semaine et je crée mes visuels et citations pour 10 jours environ. Je travaille très peu le week-end, je consacre simplement 1 à 2h aux réponses de mails urgents et je veille à rester présente sur les réseaux sociaux.

Quels sont vos rêves et projets futurs ?

J’ai récemment quitté la Belgique pour rejoindre des amis dans le sud de la France afin de collaborer avec eux sur un projet d’espace membre en ligne. C’est un projet énorme dans lequel on proposera des tas d’outils en nutrition et en bien-être. J’ai vraiment l’intention de continuer à développer “Briller de santé” à travers des formations en ligne mais aussi des ateliers et des conférences. Je veux aider un maximum de personnes à briller de santé et à oser vivre pleinement cette merveilleuse vie! Je vais également beaucoup voyager car mon boulot me permet de travailler d’où je veux dans le monde. Je rêve d’écrire un livre et de sortir mes ebooks de recettes en version papier.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans le fait de créer des contenus vidéos, podcasts, etc ?

Partager et transmettre! L’enseignement est en moi, ce n’est pas pour rien que je me suis dirigée vers ce genre de cursus à la sortie de l’école. J’adore aider et accompagner les autres en partageant mes conseils, mes astuces et mon expérience. La vidéo est un outil fantastique pour répandre un message à un maximum de personnes. La création de contenu demande beaucoup de créativité et d’imagination, ça me rend vivante de pouvoir créer quelque chose de A à Z!

Quels conseils donneriez-vous à des jeunes qui souhaitent se lancer ?

Foncez! Je sais qu’on est souvent rempli de peur et on entend souvent dire “c’est dur d’être indépendant”. Il y a encore tellement de croyances à ce sujet! Faites ce qui vous fait vibrer le plus et suivez votre cœur! On a tous un talent à partager au monde et vous n’êtes pas seuls! La vie d’entrepreneur n’est pas un long fleuve tranquille, il y a des hauts et des bas comme dans tout autre métier mais on évolue et on en apprend énormément sur soi-même et sur la vie. Entourez-vous de personnes bienveillantes qui croient en votre projet et surtout, trouvez votre “pourquoi” (intention de votre projet) et ne le perdez pas de vue, c’est lui qui vous guidera vers la réussite et l’épanouissement.

View this post on Instagram

La vie est une incroyable aventure! Parfois il y a trop de règles! Ne donne pas le pouvoir aux autres, tu es maître de ta vie et tu as le droit de choisir ce qui est bon pour toi! La vie est surprenante! On ne sait jamais ce qu'elle nous réserve alors profite, savoure et éclate-toi! La vie est simple! Avouons-le, on a souvent l'art de compliquer les choses. Allons à l'essentiel, revenons aux bases, à nos racines et à l'écoute profonde de notre coeur. Passe un merveilleux dimanche rempli de joie et d'amour ♡♡♡ #citation #quote #coach #joie #goodvibes #bonheur #happy #lifestyle #modedevie #developpementpersonnel #bienetre #photo #portrait #blogueuse #beauty #belgianblogger #photography #nature #naturel #bienetre #brillerdesante #healthylife #healthy #santé #amour #healthylife #healthy #goodvibes #pleineconscience #conscience #amour #spiritualité #spirituel

A post shared by Elodie Leclercq • Life coach (@brillerdesante) on

Suivre Briller de Santé

SiteFacebookInstagram