Nous sommes tous bombardés d’informations et de contenus surtout via le web. Entre les articles, les images, les vidéos, les montages, les insta/snap-stories, les messageries instantanées comment faire pour ne pas se noyer ? Comment garder une stratégie éditoriale qui a du sens et quels types de contenus sont encore utile de partager ?!

La qualité avant la quantité

Finalement, on revient aux valeurs issues de l’ancienne génération, moi qui a été élevée par mes grands-parents, j’ai grandi avec le sens de “valeur” des choses au niveau de la qualité. Ils me disaient toujours : il vaut mieux avoir moins de choses mais de belles choses.

Pour le contenu digital, c’est pareil surtout en 2019 où nous courrons sans cesse après le temps, l’argent, la rentabilité, le succès bref nous n’avons plus le temps pour lire, traiter et comprendre l’information qui nous passe sous le nez. Il est donc important de partager un contenu intéressant, pertinent pour votre cœur de cible et de préférence quelque chose de “joli” et agréable à regarder/lire parce que la nouvelle génération quand elle a été élevée avec la TV donc le ZAPPING on connaît, c’est-à-dire, tu n’aimes pas alors tu zappes.

Ce que je conseille à mes clients: Il vaut mieux publier 1x par semaine au min ou 2x par mois, parce que vous n’avez pas plus de temps disponible à consacrer pour la communication digitale de votre business, mais avoir des publications d’une qualité suprême que l’inverse !

Contenu : concret, précis et concis

Les utilisateurs veulent avoir accès à de l’information rapide, précise, concise mais qui fait aussi appelle à leur sensibilité et leur parcours de vie. (Welcome, l’effet d’identification et bonjour, l’effet je me sens donc concerné.e). Oui il n’y a pas de secret, vous serez de suite plus touché.es et vous vous sentirez concerné par ce que  vous lisez/voyez quand cela fait écho en vous par rapport à une expérience de votre vie ou d’un de vos proches.

La vidéo

Depuis 2, 3 ans la vidéo s’est démocratisée, plus uniquement réservée au secteur de la production-cinématographique. Celle-ci est devenu un outil privilégié pour partager des moments de vie dans l’instantanéité.

Il suffit de voir les canaux de communication comme Facebook Live, IGTV, InstaStories, Snapachat, Tik Tok et bien d’autres. Toutes les applications même de messageries ont inclus la vidéo comme moyen de communiquer facilement et rapidement surtout pour un effet en toute transparence en général car ces vidéos de l’instant de demande quasi aucun montage !

YouTube reste en tête comme plateforme qui regroupe toutes les vidéos et propose également une option “live” à ses youtubeurs pro et novice.

La vidéo n’est plus seulement un “face camera” c’est aussi des montages avec des visuels et des effets animés.

Des “posts” au format “minis-articles”

Si tu es présent sur Instagram et Facebook, tu n’a pas dû rater cette nouvelle tendance de partager un visuel/une image avec un long texte en légende. Ces textes sont généralement claires et précis (comme expliqué au point 2 de cet article) et ils sont là pour partager une histoire, un conseil, une expérience.

Les utilisateurs commencent à être éduqué de “lire” ces textes et à répondre en donnant leurs avis par rapport au post publié.

C’est un excellent moyen de partager du contenu et des infos sans passer par la case rédactionnelle avec un article de fond.

Sélection des préférences

Au niveau des utilisateurs se dessinent 2 grands groupes :

  • Ceux que je nommerais “les joyeux” dans le sens où ils veulent et apprécient suivre, dans leur “fil d’actu” sur les réseaux sociaux, des contenus de type humoristique avec des vidéos/visuels où il y’a des anecdotes etc. Vous voyez de quoi je parle et vous avez sans doute déjà tagué quelqu’un ou avez été tagué.e par quelqu’un.

 

  • Ceux que je nommerais “les pointilleux” qui eux souhaitent suivre que ce qui les intéressent en fonction de leurs affinités/goûts. (exemple: J’apprécie suivre sur Instagram des entrepreneur(e)s ou encore sur Facebook, je ne suis que les pages d’infos et pas l’actualité de mes contacts ou bien uniquement l’inverse.)

Ces sélections de préférences doivent être prise en compte par les community manager et stratégistes. Parce qu’en fonction des communautés, les réactions et comportements donc les codes de langage utilisé ne seront pas les mêmes.

Et la publicité feat les influenceurs dans tout cela ?!

Lors de ma formation en pub, on nous apprend la base : la pub sert à vendre. Ni plus, ni moins. Mais qu’en est-il actuellement quand les utilisateurs ont compris les rouages de la publicité et que ceux-ci ont été trop bombardé pendant des années et de tous les côtés de pub via tous les supports de communication (TV, ciné, magazine, internet, brochure publicitaire, newsletter, les pubs dans les boites au lettre, etc).

Le fondateur du Slip Français Guillaume Gibault qui explique cela très bien dans la vidéo suivante :

Dernièrement Garance Doré (fondatrice de Atelier Doré, illustratrice et storyteller) dans le podcast Vlan nous donnait aussi son avis sur les influenceurs et le lien avec les marques. Selon elle, les influenceurs n’ont plus la même crédibilité qu’à leur début et il sont devenus des panneaux publicitaires en personne. Ils sont ce que les magazines de modes étaient, il y’a 10 ans, un support de communication digitale pour les annonceurs.

Il est préférable selon moi, d’investir dans une bonne stratégie de communication dès le départ en terme d’identité visuelle, d’image de marque, de storytelling pour son business. Faire appel à des professionnels qui vont penser de A à Z votre produit/service et faire attention à chaque détail.  Au lieu d’aller investir des sommes énormes dans des campagnes de pub qui ne vous garantissent pas à 100% de résultats et même si vous en avez, n’oubliez pas de penser sur du long terme et pas court terme.

En conclusion, il est préférable de publier du contenu de qualité avec des visuels impactant, esthétiquement joli en suivant une stratégie éditoriale précise et en adéquation avec votre business ! Il n’est plus nécessaire de publier pour publier dans le sens d’être présent partout et tout le temps ou encore de dupliquer le même contenu identique sur tous les réseaux sociaux. Il y’a plus de 10 ans dans une interview pour la Madame Figaro, un intervenant disait : “on se fera remarquer sur les réseaux sociaux par notre absentéisme” et pas l’inverse.

Cet article te plaît ? Épingle-le sur Pinterest !